Le plan Ambition bio 2017 vise à doubler les surfaces cultivées en agriculture biologique à l’horizon 2017 pour les porter à au moins 2 millions d’hectares, soit 8 % de la surface agricole utile (SAU). Mais l’objectif est surtout de structurer la filière, assurer sa viabilité et sa compétitivité sur le long terme tout en augmentant la consommation française de produits issus de l’agriculture biologique. Ce plan s’inscrit plus largement dans le projet agro-écologique pour la France porté par Stéphane Le Foll.

ambition bio 2017

Le plan « Ambition bio 2017 » s’inscrit ans le projet agro-écologique pour la France porté par Stéphane Le Foll et initié par la démarche « Agricultures : Produisons autrement »

Le programme national « Ambition Bio 2017 » ne se limite pas à un objectif de développement des surfaces cultivées en bio. Outre le développement de la production, il cherche à développer le marché et les filières. « Notre ambition est de mettre en place un processus global de développement de l’agriculture biologique. C’est donc d’augmenter la production, et aussi permettre aux produits d’être transformés, ensuite commercialisés et enfin d’être achetés. » affirme Stéphane Le Foll, Ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt.

La spécificité de ce nouveau plan est d’apporter une « cohérence générale » de développement de l’agriculture biologique, selon le Ministre. Ainsi, il s’attache à développer la production et structurer les filières de production, de transformation, de commercialisation et de distribution. Il cherche aussi à développer la consommation et conquérir de nouveaux marchés. Mais pour accompagner les acteurs, il faut aussi de la recherche et de la formation et une réglementation adaptée pour faciliter les démarches d’installation : tous ces aspects sont considérés dans le plan. Simplement, « l’enjeu est que cette filière réponde à la demande et assure son fonctionnement », prévient le Ministre.

Les financements seront doublés là où il y a des enjeux spécifiques liés à la préservation de la ressource en eau. « Le doublement du financement pour les captages prioritaires est un signe fort qui permet d’identifier réellement l’agriculture biologique comme l’agriculture qui respecte l’eau potable », estime Stéphanie Pageot, la Fédération Nationale d’Agriculture Biologique (Fnab).

Des rendez-vous réguliers seront fixés pour suivre l’ensemble du dispositif. Le suivi se fera au niveau régional et au niveau national grâce au comité de pilotage qui regroupe l’ensemble des acteurs concernés. « Il faut suivre, mesurer, évaluer, réajuster en permanence pour faire de ce plan une véritable réussite », prévient Stéphanie Pageot.

Ce plan est relativement bien accueilli par l’Agence Bio, les Chambres d’agriculture, la Fnab et le Syndicat National des transformateurs de produits naturels et de culture biologique (Synabio). L’accompagnement financier, le maintien du crédit d’impôt, la structuration des filières, l’accompagnement des agriculteurs et l’évaluation régulière du suivi des objectifs sont particulièrement appréciés. Les producteurs bio de la FNAB estiment le programme « cohérent » dont « les 6 axes sont vraiment équilibrés ».

Priorité à la restauration collective et aux circuits courts

Pour développer la consommation, l’achat dans la restauration collective sera une priorité. L’objectif de 20 % de produits bio dans la restauration collective est réaffirmé. Les circuits courts vont faire l’objet d’une mise en perspective. D’ici quelques semaines, un plan visant à développer l’ensemble de ces circuits sera présenté. Des systèmes de mises en relation entre producteurs et consommateurs, à l’instar de la plateforme Agrilocal dans la Drôme, devraient se développer. Dans ces circuits courts, les produits bio auront toute leur place.

Pour les financements, le Fonds « Avenir bio » géré par l’agence bio passera de 3 à 4 millions d’euros par an. Les capacités d’investissements stratégiques de l’Etat seront mobilisées par la Banque Publique d’Investissement.

Auteur : Matthieu Combe, fondateur du webzine Natura-sciences.com


La rédaction vous conseille aussi :