Le bio se développe en grandes surfaces, mais aussi en magasins spécialisés. Dans cette dernière famille, on retrouve notamment Biocoop, La Vie Claire, Naturalia, Bio c’Bon, Naturéo, etc. Mais quel est l’engagement de ces magasins ? Natura Sciences vous propose de découvrir la démarche de Biocoop, acteur pionnier de la démarche bio.

biocoop bio

Fin 2013, le réseau Biocoop comptait 395 magasins en France

Les ventes en magasins bio spécialisés organisés en réseau se portent bien. En 2013, les ventes en magasins spécialisés organisés en réseau ont en effet augmenté de 12,4 %, alors que les ventes en magasins bio indépendants ont baissé de 2,3 %. Le taux de croissance en grandes surfaces s’est situé à un niveau inférieur (+6,5 %).

Parmi ces réseaux spécialisés, l’enseigne Biocoop continue son développement, avec une croissance de 11 % en 2013. Elle comptait 190 magasins en 2000, 280 en 2006 et 345 en 2013. Son chiffre d’affaires est ainsi passé de 111 millions d’euros en 2000 à 580 millions d’euros en 2013.

Priorité au bio local et de saison, au plus près des producteurs !

Le réseau de magasins Biocoop donne la priorité aux approvisionnements locaux et de saison en France : parmi les produits distribués, 92 % de ce qui peut être produit en France l’est. Pour les fruits et légumes, par exemple, presque 100 % de ce que l’on peut produire en France, hors agrumes, est d’origine française. Seulement quelques pour cent de ces produit sont achetés en Espagne et en Italie, notamment en début et fin de saisons.

« Nos magasins, et on les encourage à le faire, ont pour vocation de développer l’agriculture locale, paysanne et donc d’aller chercher des producteurs locaux, des transformateurs locaux », note Gilles Piquet-Pellorce, Directeur général de Biocoop.« Plus ils développent l’activité en direct, sans passer par notre centrale d’achats, plus on les rémunère sous forme de remises pour qu’ils développent l’agriculture locale », poursuit-il.« Quand un magasin s’implante quelque part, cela fait naître des producteurs bio autour », insiste de son côté Claude Gruffat, Président de Biocoop.

L’engagement avec les producteurs est fort : Biocoop élabore des contrats d’approvisionnement avec eux pour pérenniser ses relations commerciales, Ainsi en 2013, les approvisionnements de 85 % des fruits et légumes produits en France, de 90 % des produits de la filière volaille, de 75 % des produits de la filière porc et de 60 % de la filière laitage sont contractualisés.

Lire aussiLa Ruche qui dit Oui et les Amap, quelles différences ?

L’équitable est également au rendez-vous

« Dès lors que l’on peut faire du commerce bio et équitable, Biocoop fait 100% de bio et équitable » affirme Claude Gruffat. Ainsi, le café, le thé, les banane et les chocolats vendus chez Biocoop sont intégralement bio et issus du commerce équitable. 13 % du total des ventes réalisées en magasins sont ainsi issues du commerce équitable Nord/Sud.

Biocoop a développé sa propre gamme de produits assimilable à du « commerce équitable Nord/Nord ». Nommée « Ensemble, Solidaires du producteur au consommateur » elle compte 480 références et représente 10 % des ventes de l’enseigne. Avec les 13 % de commerce Nord/Sud, la part « équitable » se porte donc à 23 % des ventes. Biocoop prévoit en 2015 de réaliser 25% de son chiffre d’affaires grâce à l’équitable.

Développer la transparence

Pour plus de transparence sur ses produits transformés, Biocoop a entamé un travail tout au long des chaînes d’approvisionnement de ses producteurs, Ainsi, le but est d’inciter au maximum les fournisseurs à s’engager dans une démarche de transparence. Cela passe notamment par l’indication de l’origine des matières premières sur les emballages, en précisant la région ou le pays d’origine pour chaque ingrédient. Dès 2015 tous les ingrédients des produits pourront ainsi être tracés, comme c’est déjà le cas sur sa gamme « Ensemble ».

Des engagements liés au développement de la bio

Biocoop favorise la vente en vrac (plus de 400 références), ne vend pas de produits de l’hémisphère sud, interdit le transport par avion, le recours aux serres chauffées et refuse l’agriculture bio industrielle. Le réseau a également arrêté la vente d’eaux embouteillées début 2010.

Biocoop est en lien avec une vie associative riche. Elle soutient notamment les producteurs en conversion, facilite l’accès à la Terre hors cadre familial (foncière Terre de Liens), facilite la logistique des petits producteurs et développe la démarche équitable Nord/Nord.

De façon plus large, Biocoop est cofondateur du fournisseur alternatif d’électricité Enercoop. La coopérative partage les campagnes et les actions de nombreuses associations militantes contre les OGM, les pesticides, le nucléaire ou pour la défense des semences paysannes.

Côté des salaires, il est intéressant de noter que le plus haut salaire n’excède pas 5 fois le salaire le plus bas. En 2013, le rapport entre les 10 rémunérations les plus élevées et les 10 plus basses est de seulement 3,43. Voici un bel exemple de solidarité !

Auteur : Matthieu Combe, fondateur du webzine Natura-sciences.com


La rédaction vous conseille aussi :