Ecomouton est une jeune PME qui loue des moutons aux entreprises et aux collectivités pour tondre leurs pelouses. Quoi de plus naturel pour éviter les nuisances liées au bruit de la tonte mécanique et à la pollution par les pesticides ?

ecomouton moutons

Des entreprises adoptent des moutons d’Ouessant pour tondre leurs pelouses ! PHOTO LIBRE

Aux pesticides et aux tondeuses mécaniques, des entreprises préfèrent l’éco-pâturage ! Des moutons paissent toute l’année sur leur terrain et les entretiennent sans faire de bruit. Les moutons proposés par Ecomouton sont des moutons d’Ouessant, une race rustique originaire de l’île du même nom. En tant que plus petits moutons du monde, ils mesurent moins de 50 cm au garrot et ne pèsent pas plus de 20 kg !

L’eco-pâturage s’invite en entreprise, mais pas que!

Ecomouton s’adresse principalement aux entreprises qui ont de grandes surfaces d’espèces à entretenir. Pour adhérer au système, il faut en effet une surface minimum de 3.000 m2 pour l’installation de deux moutons. Il s’agira notamment des sites avec des entrepôts logistiques, des lieux de stockage ou de bureaux. Mais l’entreprise compte aussi parmi ses clients des hôpitaux, des écoles, des stations d’épuration, des friches industrielles… Et même la prison de Fleury-Mérogis. « Nous ne pouvons tout de même pas faire n’importe quoi, il faut avoir de l’éthique, assure Sylvain Girard, Président-fondateur d’Ecomouton. Nous avons refusé d’installer nos moutons sur le périphérique Parisien, car il y a trop de bruit et de pollution pour nos moutons.»

Environ 150 sites de tonte sont actifs fin novembre 2017, pour un cheptel national de 3.600 moutons. Le concept plait et l’entreprise enregistre une croissance annuelle autour de 20%. Les sites se trouvent principalement en Ile-de-France, dans l’Ouest et sur le Sud-Est. L’entreprise mise actuellement sur son développement dans la vallée du Rhône. « Les tarifs commencent à 260 euros par mois pour deux moutons, mais les retours d’expériences montrent que les dépenses liées à la tonte diminuent de 20 % en moyenne pour les entreprises qui travaillent avec nous », explique Sylvain Girard. De plus, l’arrêt de la tonte mécanique et de l’utilisation des pesticides permet de retrouver une certaine biodiversité sur les sites. Les avantages ne s’arrêtent pas là : les crottes de ces moutons, de petites tailles sont peu odorantes, sèchent rapidement et rentrent dans le sol, apportant un engrais naturel, permettant de retrouver le cycle naturel de l’azote et du phosphore.

Lire aussiExposition aux pesticides: des professionnels mal protégés!

Des moutons, pour améliorer le cadre de vie de l’entreprise

« Dès 2019, nous devrions avoir plus de naissances que d’ouvertures de sites, prévient Sylvain Girard. Pour trouver des débouchés, nous ouvrirons certainement notre activité à l’export avec les pays limitrophes, comme la Belgique. » L’autre option pourrait toujours être d’envoyer ces moutons vers les abattoirs pour leur viande. Mais le fondateur craint que ce choix soit mal accepté par ses clients. D’autant plus que leur viande n’est pas très prisée.

Les moutons d’Ouessant peuvent vivre dehors toute l’année pour le plaisir des employés. « Les employés sont ravis et adoptent rapidement leurs nouveaux compagnons ;certains leurs donnent même des noms !  », livre Alix Monnin, l’assistance commerciale de la PME. L’entreprise demande simplement un petit abri où les moutons pourront se réfugier en cas de pluie ou de soleil intense. Ecomouton installera aussi quelques clôtures pour délimiter l’espace de vie des animaux.

Un berger rend visite au troupeau deux fois par mois minimum, pour s’assurer de leur bonne santé, du bon état des clôtures et du site de tonte. Il leur prodigue tous les soins nécessaires, vérifie les grossesses et mesure la qualité de la pâture. L’hiver, il peut également apporter du foin supplémentaire si besoin. Il peut aussi déplacer les moutons, d’une zone de tonte à une autre pour assurer une tonte régulière du site. Entre les visites, un référent doit simplement contrôler l’aspect général des moutons et signaler tout comportement inhabituel !

Auteur : Matthieu Combe, fondateur du webzine Natura-sciences.com


La rédaction vous conseille aussi :