Depuis le 1er juillet, la production et la vente de foie gras sont interdites en Californie, en raison de l’atteinte à la santé et au mal de bien-être qu’implique le gavage. Cette décision fait suite à une loi votée en 2004. Elle laissait sept ans aux producteurs pour trouver une alternative au gavage. Tout restaurant qui choisira de ne pas obtempérer sera passible d’une amende allant jusqu’à 1000 dollars par jour.

La vente et la production de foie gras sont interdites en Californie depuis le 1er juillet 2012. © Jean-Michel BAUD

 « La plupart des études portant sur le gavage recensent des diarrhées et des halètements chez les oiseaux gavés, une mortalité multipliée par 6 (voire 10), ainsi qu’un risque de lésions de l’œsophage ou d’éclatement du jabot », rapporte l’association de défense des animaux L214 dans un communiqué se félicitant de cette interdiction en Californie.

Si la production de foie gras est déjà interdite dans de nombreux pays (comme la Grande-Bretagne, l’Italie, l’Allemagne ou Israël,..), la Californie devient le premier état à interdire sa vente. En France, le Comité Interprofessionnel du Foie Gras (CIFOG) se mobilise bien évidemment pour faire condamner cette interdiction.

Comment gaver un canard ou une oie ?

Selon un sondage CSA pour stopgavage, 63% des Français estiment que le gavage est source de souffrance pour les oiseaux et 44 % sont favorables à son interdiction. Ont-ils raison ? Selon L214, c’est une évidence.

L’association rapporte sur le site internet de sa campagne « Stop gavage » que la production de foie gras implique la naissance de 82 millions de canetons par an et 700 000 oisons. Chez les canards, seuls les mâles sont gavés, l’utilisation des femelles étant interdite pour des raisons gustatives. Les oisillons sont donc triés par sexe dès la naissance. Comme pour les poussins mâles des poules pondeuses, les femelles sont généralement tuées juste après leur naissance par broyage. L’association précise que « Le fonctionnement du foie est perturbé, l’animal a du mal à réguler la température de son corps, il développe une maladie appelée stéatose hépatique. En outre, les dimensions de son foie hypertrophié qui atteindra presque 10 fois son volume normal, rendent sa respiration difficile, et ses déplacements pénibles. Les sacs pulmonaires sont compressés, le centre de gravité de l’animal est déplacé. »

Le gavage dure une douzaine de jours et commence lorsque l’animal a environ 80 jours. Cette pratique consiste à gaver les oies et les canards à l’aide d’un tube inséré dans leur gorge afin d’élargir leur foie avant consommation. Les oiseaux sont ensuite emmenés à l’abattoir où ils sont étourdis par électronarcose puis saignés.

Dans son communiqué, L214 rappelle que la filière française du foie gras ne respecte pas la règlementation en vigueur « La majeure partie du foie gras continue en effet à être produite en France par des oiseaux gavés en cages individuelles, alors que celles-ci sont interdites dans l’Union européenne depuis le 1er janvier 2011. »

« Le foie gras IGP Sud-Ouest représente près de 57% de la production totale française. Seuls 20% des élevages labellisés respectent l’interdiction des cages individuelles, les autres procédant tous à un gavage en « épinettes », des cages minuscules dans lesquelles les oiseaux ne peuvent effectuer aucun mouvement », précise le communiqué.

C’est sur la base d’un avis du Comité scientifique européen pour la santé et le bien-être animal (SCAHAW) que le Sénat californien a d’ailleurs fondé sa décision en 2004.

Lire aussi : Le foie gras : une torture haut de gamme

Le gavage : une pratique naturelle ?

Pour les professionnels de la filière, « Le gavage est un phénomène naturel que l’éleveur ne fait que reproduire ». En effet, à l’état sauvage, les oies et les canards sont des oiseaux migrateurs qui pratiquent l’autogavage pour stocker de la nourriture avant de partir en migration. Pourtant, L214 rappelle que « contrairement à ce qu’on lui impose en période de gavage, l’engraissement naturel d’un oiseau avant une migration reste modéré afin de ne pas l’alourdir trop, et de le garder en bonne santé pour le vol. »

Au contraire, à la fin de la période de gavage, « la plupart d’entre eux ont même déjà bien du mal à se déplacer en marchant. Du fait de la compression des poumons par le foie rendu jusqu’à 10 fois trop gros, ils ont aussi du mal à respirer, et sont incapables de fournir le moindre effort soutenu. » Le rapport de 1998 du Comité Scientifique vétérinaire mandaté par la commission européenne mentionnait d’ailleurs des taux de mortalité de 10 à 20 fois plus élevés en gavage qu’en élevage. La guerre entre professionnels et associations de défense des animaux n’est pas prête de finir…

Faire condamner la décision californienne…

« Même si l’incidence économique est infime, la décision de la Californie cause vraiment un préjudice d’image », souligne Marie-Pierre Pé, déléguée générale du CIFOG. Les professionnels ont donc décidé de se tourner vers le ministre de l’Agriculture pour qu’il ‘intercède auprès de la Commission européenne afin qu’elle saisisse l’Organisation mondiale du commerce (OMC). Pour le CIFOG, la politique de l’État de Californie constitue une entorse aux règles du commerce mondial et à la libre circulation des marchandises. L’Union Européenne a pourtant déjà adopté une mesure similaire lorsqu’en 2009 elle a décidé de fermer son marché aux produits issus de la chasse aux phoques, au nom du bien-être animal.

Martin Malvy, le Président PS de la région Midi-Pyrénées s’offusque et souligne : «Quand on élève des veaux aux hormones, quand on cultive des OGM sans savoir les conséquences que cela aura, on ne vient pas donner des leçons sur le gavage!»

Dans un communiqué, Philippe Martin, député et président du Conseil général du Gers (sud-ouest) « demande à tous les restaurateurs et à tous les cavistes de France de retirer, s’ils en avaient sur leurs cartes ou à la vente dans leurs magasins, les vins en provenance de Californie, et ce jusqu’à ce que la loi interdisant la production et la vente de foie gras dans cet Etat soit elle-même retirée. »

Si la loi condamne la vente et la production du mets, elle ne dit rien sur sa consommation. Les Californiens pourront toujours aller acheter du foie gras dans les Etats voisins du Nevada, de l’Oregon, ou de l’Arizona s’ils le souhaitent.

Auteur : Matthieu Combe, fondateur du webzine Natura-sciences.com

Dans cette vidéo réalisée par les associations américaines APRL et PETA, Roger Moore (l’acteur des James Bond) explique sur des images de gavage, pourquoi il faut refuser de consommer du foie gras.


La rédaction vous conseille aussi :

  • Fan de fois gras

    Bonjour,
    La conclusion de l’article n’est pas très claire… Peut-on manger du fois gras? Pour Natura science, le gavage est il acceptable?

  • La « conclusion » de l’article informe simplement du fait que les californiens pourront trouver un moyen de se procurer du foie gras, ce n’est aucunement une invitation à en consommer ! A titre personnel, vu les conclusions des différents rapports, le gavage industriel devrait effectivement être interdit ou du moins les pratiques être révisées et surveillées. L’élevage industriel a également ses nombreux travers, pourtant je ne pense pas qu’il soit un jour interdit… Les mentalités évoluent mais les initiatives telles que celles de la Californie restent bien isolées. Par exemple, nous avons remplacé l’élevage en batterie par des élevages en cages où les poules ont un peu plus de place, peut-on pour autant dire que c’est une réelle victoire ? La sensibilisation doit être développée, après chaque personne reste libre de ses choix en connaissance de cause.