Depuis 2006 et le rapport L’ombre portée de l’élevage publié par la FAO, nous savons que l’élevage est responsable de 18 % des émissions de gaz à effet de serre mondiales. En cause : la déforestation, la culture du soja en Amérique du sud, etc. C’est plus que tous les transports réunis ! Le livre et le documentaire « La vérité sur la viande » creusent cette question.

la vérité sur la viande

Couverture de « La vérité sur la viande », co-dirigé par Marianne Thieme et Niko Koffeman

La fondation Nicolaas G. Pierson, le bureau scientifique du Parti pour les animaux hollandais a voulu compléter le film d’Al Gore, Une vérité qui dérange. « Nous voulions comprendre pourquoi l’une des principales causes du réchauffement climatique n’apparaissait pas dans un film censé mettre en garde, précisément, contre le réchauffement climatique », explique Niko Koffeman, président de la Fondation Nicolaas G. Pierson et sénateur du Parti des animaux aux Pays-Bas. Etait-ce un simple oubli ? L’ignorance ou la peur d’affronter les lobbies de l’élevage? Ou était-ce parce qu’Al Gore élève du bétail ? Les questions sont posées.

Les auteurs du documentaire ont choisi le même cadre qu’Al Gore : un conférencier devant son auditoire qui leur fait des révélations bouleversantes sur l’état de la Terre et de son environnement. Cette fois-ci, ce sera « la vérité sur le viande qui dérange ». Marianne Thieme, députée et présidente du Parti des animaux aux Pays-Bas, y explique le lien entre l’élevage industriel et les émissions de gaz à effet de serre. « Un conducteur de Toyota Prius qui mange de la viande a beaucoup plus d’impacts qu’un végétarien dans un hummer, mais un végétarien à vélo, c’est encore mieux ! », s’amuse-t-elle à analyser.

Le film est aujourd’hui disponible en 13 langues. Suite à son succès, le projet d’un livre regroupant toutes les grandes données disponibles sur le lien entre réchauffement climatique et élevage industriel s’est révélé incontournable. Voici donc l’appel de 23 experts internationaux contre les menaces de l’élevage industriel et ses impacts sur le réchauffement climatique et sur l’environnement. Les éditions Les arènes publient ce livre le 5 avril, le DVD est inséré dedans (Les Arènes, 400 p., 22,8€).

Concrètement, quels sont les chiffres ?

Entre 1950 et 2000, la population mondiale est passée de 2,6 milliards à 6 milliards. En parallèle, la production de viande est passée de 45 à 233 milliards de kilos chaque année. Avec une population de 9 milliards en 2050, la production de viande devrait doubler et atteindre jusqu’à 450 milliards de kilos d’ici 2050. Cela ne sera pas possible !

La population de porcs et de poulets double en Chine tous les 10 ans. Si les pays riches continuent à manger autant de viande et que les pays émergents rejoignent ces taux de consommation élevés, le réchauffement climatique ne pourra pas être contrôlé. Aux Etats-Unis, 10 milliards d’animaux sont élevés pour être mangés. L’américain moyen consomme 124 kg de viande, soit entre 80 et 85 animaux par année. Au cours de sa vie, un européen moyen mange 7 moutons, 24 lapins, 43 dindes, 789 poissons, 1/3 d’un cheval, 5 bœufs, 42 cochons et 900 poulets, soit plus de 1 800 animaux sur une vie ! Si toute l’humanité mangeait autant de viande, il faudrait élever 142 milliards d’animaux chaque année !

La vache laitière qui produit de 8 à 10 000 litres de lait chaque année produira autour de 500 à 700 litres de méthane par  jour. C’est l’équivalent à la quantité de CO2 produite par un gros 4×4 qui circule 56 km par jour.

Avec l’université libre d’Amsterdam, la fondation Nicolaas G. Pierson a tenté d’évaluer l’équivalent en CO2 qui pourrait être épargné aux Etats-Unis si les américains cessaient tous de manger de la viande entre 1 et 7 jours par semaine. S’ils mangeaient tous végétarien 7 jours par semaine, ils épargneraient autour de 700 mégatonnes de gaz à effet de serre. Cela équivaudrait à enlever toutes les voitures des routes dans le pays ! Sur 6 jours, cela réduirait la même quantité de gaz à effet de serre que la consommation totale de tous les foyers américains. Pour 5 jours, cela reviendrait à planter 13 milliards d’arbres et les laisser pousser pendant 10 ans. Sur 2 jours, cela reviendrait à remplacer tous les appareils électroménagers domestiques par des  appareils économes. Enfin, sur un jour, cela représenterait les émissions de 90 millions de trajets New-York-Los Angeles.

Lire aussiLes Français mangent trop de viande !

Marianne Thieme  et le Parti des animaux

Marianne Thieme est députée du parti des animaux depuis 2006. Même si le parti dispos de 2 chaises sur les 150 que contient le Parlement, aborder la question de la viande reste délicat. « On peut parler d’utiliser moins de voitures et moins d’eau, mais la viande reste un grand tabou », affirme-t-elle.

Selon Marianne Thieme, pour réussir les changements de comportements et amener les personnes à manger moins de viande, il est essentiel de proposer des produits végétaux qui ont du goût ! Son mari s’y emploie d’ailleurs quotidiennement. Il a lancé la première boucherie végétale au monde à La Haye et le résultat est largement plébiscité par tous ceux qui y goûtent !

Auteur : Matthieu Combe, fondateur du webzine Natura-sciences.com

La rédaction vous conseille aussi :