En octobre 2012, l’Anses et le Haut Conseil des Biotechnologies (HCB) réfutaient les conclusions de l’étude du Professeur Gilles-Eric Séralini, mais demandaient une nouvelle étude de long terme pour évaluer la toxicité des OGM et lever le doute qui s’était installé dans l’esprit du public. 5 mois plus tard, où en est ce projet d’étude ?

ogm séralini

Une incertitude demeure : quel OGM utiliser pour cette étude de long terme ? © Tomas Moravec

« La commission européenne a clairement décidé de mettre les moyens financier pour réaliser au niveau européen une telle étude », affirme Marc Mortureux, Directeur général de l’Anses. Le HCB et l’Anses aimeraient contribuer au cahier des charges de cette étude pour en définir les objectifs. L’idéal pour les deux agences serait de pouvoir mener 2 études : une sur 90 jours et une sur 2 ans pour voir si les effets constatés à 90 jours sont sentinelles de ce qu’il peut se passer sur une période plus longue. Le protocole devra définir sur quel OGM sera mené l’étude et choisir si l’OGM est couplé ou non à un pesticide. Pour rappel, le maïs NK 603 était couplé au Roundup dans l’étude de Séralini.

Cette phase de définition sera capitale pour concevoir une étude irréfutable. « Mener l’étude sans prendre le temps de discuter de façon très concrète avec l’ensemble des parties scientifiques et parties prenantes risque d’aboutir à ce que l’étude, quels que soient ses résultats soit contestée », analyse Marc Mortureux.

À quand le lancement de cette étude de long terme sur les OGM ?

Pour le moment, dans ce contexte européen, la Commission européenne n’a pas encore précisé si les agences nationales pourraient participer activement à cette élaboration. Si l’Anses et le HCB ne sont pas impliquées et en fonction du protocole et des objectifs retenus, ce sera au gouvernement de dire si oui ou non, il prévoit une étude au niveau national.

Les agences espèrent avoir une réponse « rapidement ». Quoi qu’il en soit, vu la lenteur des processus européens et la complexité des discussions qui vont suivre, il semble peu probable que cette étude soit lancée avant la fin de l’année. Les prévisions se confirment donc : après un tapage médiatique en octobre 2012, les conclusions d’une nouvelle étude de long terme sur la toxicité des OGM ne seront pas connues avant 2016-2017 au plus tôt. Pendant ce temps, les OGM continuent leur progression dans les cultures mondiales.

Auteur : Matthieu Combe, fondateur du webzine Natura-sciences.com

La rédaction vous conseille aussi :