Les OGM ont ruiné des milliers de paysans en Inde

«  L’agriculteur ne doit acheter et utiliser sur tous les semis de colza Roundup Ready que les seuls herbicides de la marque roundup prévus à cette utilisation. L’agriculteur doit acheter l’ensemble des herbicides de la marque Roundup et le contrat d’utilisation, de technologie chez le détaillant de son choix « , stipule le contrat relatif à un colza «Roundup Ready ». [1] Ainsi, tous les produits nécessaires aux agriculteurs doivent être achetés à l’entreprise fournissant les semences.

Le contrat précise également que « L’agriculteur s’engage à ne récolter aucune repousse spontanée de colza Roundup Ready ». Ce point est frappant et inquiétant, selon les observateurs. Ceci signifie que l’agriculteur se voit placé de fait dans l’impossibilité de revenir au colza non OGM sous peine d’être condamné en justice. L’entreprise s’accorde le droit de venir inspecter l’exploitation jusqu’à trois  ans après la plantation des premières plantes et n’accepte aucune présence de plantes transgéniques si celles-ci ont été abandonnées. Cela est purement impossible car les repousses se font spontanément. Les acheteurs sont ainsi devenus prisonniers du colza transgénique.

Lire aussiSoja OGM : Les semences de la colère

Des semences imposées et plus chères

Les semences OGM sont plus chères que les semences traditionnelles. Cela est justifié par les surcoûts liés à la  recherche. Si un agriculteur choisit de recourir aux OGM, c’est que les revenus qu’il va en tirer seront supérieurs à ceux  qu’il obtiendrait avec des semences traditionnelles.

Cette réflexion repose sur le postulat que l’agriculteur a le choix entre semences OGM et non OGM et que ces premières permettent une augmentation des rendements. En réalité, cela n’est pas si simple. En effet, les entreprises de semences sont rachetées par les  entreprises produisant les OGM. Ces dernières décident donc des semences mises sur le marché. Quel est alors pour elles  l’intérêt de vendre les semences conventionnelles qui leur rapporteront moins d’argent ? C’est ainsi que sur tous les marchés, notamment ceux des pays  en développement, l’intérêt est de promouvoir les OGM.

Lire aussiDissémination et biodiversité des champs des OGM

Un avantage compétitif notable ?

En Inde, des milliers de cultivateurs de coton ont été ruinés par le coton génétiquement modifié. Les rendements promis n’étaient pas à la hauteur. Pire, les récoltes ont été ravagées et particulièrement faibles. En Argentine, le colza transgénique a mené à un désastre écologique et humain. En réalité, les scientifiques observent que les OGM n’aboutissent à aucune augmentation significative des rendements.

Auteur : Matthieu Combe, fondateur du webzine Natura-sciences.com

Note

[1] Vous pouvez le télécharger intégralement sur ATTAC

La rédaction vous conseille aussi :