Tante Hilda !, le nouveau film d’animation de Jacques-Rémy Girerd est une véritable fable écologique sur fond de combat contre les OGM qui relance le débat. Jacques-Rémy Girerd a réagi à un article paru simultanément sur Atlantico et Wikiagri (site pour les « agri-décideurs) qui présente son film d’animation comme une  fable pour « convertir les enfants à l’idéologie anti-OGM » : il n’en serait rien selon lui !

tante hilda ogm

Tante Hilda part en guerre contre l’OGM Attilem

Pour défendre son film Tante Hilda, Jacques-Rémy Girerd dénonce les faits. Selon lui, Atlantico semble « confondre idéologie et volonté d’ouvrir un débat qui nous concerne tous, y compris les enfants ». De plus, il pointe du doigt les pratiques du « lobby agroalimentaire industriel [qui] est toujours prêt à dégainer et monter au créneau à la plus petite alerte, même contre un dessin animé ». « Pourtant le flou entretenu autour de ces techniques et le refus de toute expérimentation sérieuse sur la santé des humains sont insoutenables », soutient le réalisateur. Il présente Tante Hilda comme « une façon ludo-éducative de questionner les choix de notre société, dans lesquels ce sont bien les adultes d’aujourd’hui qui décident pour eux ! »

Que nous dit « Tante Hilda ! » ?

Tante Hilda est une conservatrice de la biodiversité : elle préserve dans sa serre des milliers de plantes du monde entier à l’abri de la dissémination des OGM. Dans le film, une nouvelle céréale, Attilem, est mise au point par des industriels. Elle se cultive sans eau, sans engrais et produit des rendements prodigieux. Rapidement, la plante recouvre toute la planète. A tel point que sa prolifération devient incontrôlable !

Toute ressemblance avec des situations existantes est entièrement voulue par le réalisateur. En effet, on ne compte plus les cas de dissémination dans les champs qui s’accompagne d’une baisse de la biodiversité cultivée. La biodiversité se trouve cantonnée aux banques de gènes réparties un peu partout sur la planète.

Toute polémique mise à part, Tante Hilda est véritable bijou d’animation : le film est intégralement dessiné à la main et les décors sont peints à l’aquarelle. Pour en venir à bout, il aura fallu 7 ans de travail !

Pendant ce temps, les OGM progressent…

La veille de la sortie de Tante Hilda, le Conseil européen n’a pas dégagé une majorité qualifiée pour interdire la culture du nouveau maïs OGM TC1507 de l’américain Pionneer. Pour être « qualifiée » et adoptée, une décision doit en effet obtenir un minimum de 73,9 % des votes, ceux-ci étant pondérés par pays selon une valeur fixe, relative à la taille de sa population. Pourtant, le 19 janvier dernier, 385 eurodéputé-s avaient appelé à l’interdiction de cet OGM. Il revient à présent à la Commission de trancher.

En 2012, les OGM atteignaient environ 13 % des cultures mondiales (voir le panorama des surfaces OGM dans le monde en 2012). Si les OGM sont interdits de culture en France, près de 80 % du soja importé pour nourrir notre bétail est OGM. Toutefois en Europe, seul le maïs MON810 de Monsanto, produisant son propre insecticide, est cultivé. Les Etats restent frileux puisque l’OGM ne représente que 0,07 % de la surface agricole de l’Union selon l’association Inf’OGM.

Bande-annonce de Tante Hilda

Auteur : Matthieu Combe, fondateur du webzine Natura-sciences.com

La rédaction vous conseille aussi :