Suite au départ de Total en 2004, la ville de Saint-Ouen a récupéré un site de 100 hectares en bords de Seine aux portes de Paris. Elle a alors développé un projet visant à aménager un éco-quartier exemplaire et innovant en matière de qualité urbaine et environnementale, de diversité fonctionnelle et sociale, de densité et continuité urbaine. Et ce, sur un quart de son territoire !

éco-quartier Docks Saint-Ouen

Vue d’architecte du futur quartier des Docks de Saint-Ouen. © Séquano Aménagement

La livraison de la serre pédagogique de 1400 m2 est prévue en mars 2013. En septembre 2013, viendra le tour de l’inauguration d’une école à énergie zéro de 17 classes, puis un centre de loisirs aussi économe. La livraison des premiers logements, du gymnase et d’une crèche est prévue pour 2013-2014. En 2017, la ligne 14 du métro sera prolongée jusqu’à l’arrêt « Mairie de Saint-Ouen ». La première phase opérationnelle prévoit une livraison totale d’ici 2015. L’intégralité du projet sera finie en 2025.

Cet immense chantier devrait permettre d’accueillir 12 000 nouveaux habitants dans les prochaines années et favoriser, à terme, la création de 10 000 emplois.

Intégrer des logements, des commerces, des bureaux et favoriser le mélange des habitants

La ville de Saint-Ouen a pris le parti d’intégrer dans le quartier les grands services publics métropolitains déjà présents sur le territoire. Il s’agit de la centrale de la Compagnie parisienne de chauffage urbain (CPCU), un centre d’incinération des déchets et le site de maintenance et de remisage de la ligne 14 du métro.

Le quartier sera mixte, regroupant bureaux, équipements publics (crèches, écoles, gymnases, etc.) et logements. 40 % des logements seront des logements sociaux. Un parc de 12 hectares accueillera les habitants du quartier et de la ville en bord de Seine. Cela sera également un lieu de vie et de rencontres, associé à la serre pédagogique et à la maison du parc.

Des systèmes innovants pour le respect de l’environnement

écoquartier docks saint-ouen au 2 novembre 2012

Aperçu des travaux au 2 novembre 2012. On voit la mise en chantier de la serre pédagogique et les travaux de terrassement pour l’aménagement de la structure du parc et le profilage du bassin. © Franck Badaire Photographe

Collecte sélective des ordures par voie souterraine, réseau de chauffage urbain fonctionnant à 60 % en énergie renouvelable, mise en place de parkings publics mutualisés, gestion alternative des eaux pluviales, constructions économes en énergie (labellisées BBC ou BEPOS)… tout a été pensé pour réduire l’impact environnemental. Le quartier a également été réfléchi pour limiter les déplacements en transports individuels et permettre ainsi de réduire la place de la voiture.

La collecte des déchets se fera donc par voie souterraine. Ce réseau de 6 km comprendra des bornes de collectes situées dans les immeubles ou sur la voie publique, des tuyaux souterrains servant à la collecte des déchets et une centrale d’aspiration et de réception des déchets, centrale implantée dans le périmètre de l’usine d’incinération du Syctom, l’agence métropolitaine des déchets ménagers.

Dans un tel système, lorsque l’usager dépose ses déchets dans une borne de collecte, les déchets sont stockés dans un sas. Lorsque le niveau de remplissage de la borne est atteint, les ventilateurs se déclenchent et aspirent son contenu. L’aspiration est mutualisée avec le contenu des bornes voisines. Les déchets sont aspirés jusqu’à la centrale et regroupés dans un caisson- compacteur. Ils sont évacués vers un incinérateur pour les ordures ménagères ou un centre de tri pour les collectes sélectives.

Un projet labellisé et soutenu par la Région

En 2009, le projet d’aménagement des Docks a reçu une double reconnaissance : labellisé « éco-quartier » par le Ministère de l’écologie, il a aussi été reconnu par le Conseil régional d’Ile-de-France au titre des « nouveaux quartiers urbains ».

La Région Ile-de-France a lancé l’appel à projets « nouveaux quartiers urbains » en 2008. Sur 65 projets, elle en a retenu 24. Avec un soutien de 65 millions d’euros, l’ensemble du dispositif créera 63 000 logements dont 35 % de logements sociaux en moyenne. L’objectif du dispositif est de créer une dynamique importante pour généraliser ce type de projets à l’ensemble de la région et améliorer la qualité de vie.

Auteur : Matthieu Combe, fondateur du webzine Natura-sciences.com


La rédaction vous conseille aussi :