Alors que près de 8 millions de Français sont dans une situation de précarité énergétique et que le gouvernement multiplie les mesures sociales (instauration d’une trêve hivernale pour les coupures d’électricité et de gaz, extension du bénéfice des tarifs sociaux de l’énergie), les tarifs réglementés de l’électricité et du gaz n’en finissent pas d’augmenter. Pour préserver sa facture énergétique, quelques réflexes peuvent néanmoins être adoptés afin de maîtriser à la fois sa consommation et son budget.

gaz électricité prix

En 2014, le prix de l’électricité du gaz et de l’électricité va encore augmenter. Pensez aux fournisseurs alternatifs pour réduire votre facture !

Moins décrié que son collègue gazier, le tarif réglementé de l’électricité n’en finit pourtant pas d’augmenter. Ainsi, en une décennie (2004-2014), il a subit une hausse évaluée à environ 30% de son montant ! En effet, après deux années de prix inchangés en 2004 et 2005, le tarif réglementé de l’électricité hors taxes (HT) n’a cessé de croître, dans des proportions relativement faibles (entre 1,1 et 3%) mais de façon constante.

Aussi, si l’annonce cet été par le gouvernement d’une double augmentation des tarifs réglementés HT de l’électricité au 1er août 2013 et au 1er août 2014 était attendue, elle a néanmoins surpris par son montant de 5 %. Cette double hausse est d’autant plus importante qu’elle s’accompagne d’une augmentation, plus discrète, de trois des quatre taxes venant grever la facture d’électricité. En effet, la facture d’électricité vient non seulement rémunérer le coût de l’énergie (production, transport, distribution et fourniture),  mais elle est également constituée pour près de 32 % de son montant de taxes et contributions. Aussi, les hausses cumulées de 5 % de la TVA, de 2 % de la TCFE (taxes sur la consommation finale d’électricité) et de 22 % de la CSPE (contribution au service public de l’électricité) ont entraîné une augmentation globale de 3 % des tarifs réglementés de l’électricité TTC en ce début d’année, ce qui représente un coût moyen de 25 € sur la facture annuelle du consommateur moyen.

Au total, c’est donc près de 13 % d’augmentation qu’aura subi le tarif réglementé de l’électricité en l’espace d’un an (du 1er août 2013 au 1er août 2014). Par ailleurs, et malgré la volonté du gouvernement de limiter ces hausse à partir de 2015 pour préserver le pouvoir d’achat des consommateurs et la compétitivité de l’industrie française, cette tendance haussière devrait se confirmer dans les prochaines années (vieillissement du parc nucléaire français, renforcement des mesures de sécurité suite à l’accident de Fukushima, Plan national d’action en faveur des énergies renouvelables, etc.).

Gaz naturel: ce à quoi il faut s’attendre

Le tarif réglementé du gaz est lui aussi soumis à des hausses drastiques. Aussi, après une augmentation de près de 80 % entre janvier 2005 et décembre 2012, l’Etat n’a eu d’autre choix que de modifier la formule tarifaire afin de tenter de contenir les hausses du prix du gaz en 2013.

En effet, pour réévaluer chaque mois la grille tarifaire des fournisseurs historiques (GDF Suez et les entreprises locales de distribution), l’Etat définit tous les ans une formule de calcul sur la base de trois éléments: parité euro-dollar, cours du gaz sur les marchés spot et cours des matières premières. Pour contrer la hausse des tarifs réglementés du gaz, l’Elysée a donc décidé, au début de l’année 2013, de diminuer l’indexation sur le cours du pétrole, qui est à la hausse, au profit d’une indexation plus forte sur les marchés spot dont la tendance est à la baisse. Néanmoins, cette réforme n’a pas complètement porté ses fruits puisque, après des baisses continues de février à juin (et une stagnation en mai), le tarif réglementé de GDF Suez finit l’année 2013 avec une hausse globale de 0,13 %.

Les 9 millions de consommateurs restés fidèles au tarif réglementé de GDF Suez sont donc amenés à se poser des questions sur la pertinence de leur choix au regard des augmentations constantes de ces tarifs. La formule tarifaire étant particulièrement complexe, elle rend difficile toute anticipation de l’évolution des tarifs du gaz. Néanmoins, les analyses convergent vers l’idée d’une année 2014 marquée par de nouvelles augmentations au regard du contexte sociopolitique. En effet, la situation géopolitique instable du Moyen-Orient ou encore l’accroissement de la dépendance énergétique de l’Europe sont autant de facteurs de tension sur le marché du gaz. D’ailleurs, la Commission de Régulation de l’Energie a d’ores et déjà annoncé une hausse du tarif réglementé du gaz en janvier 2014 (+0,38% en moyenne).

Quelques conseils

Pour faire face à ces augmentations de la facture énergétique, soyez curieux et comparez les offres pour trouver la plus économique ! En effet, depuis 2007 et l’achèvement de l’ouverture des marchés de l’énergie à la concurrence, des fournisseurs alternatifs ont émergé, qui proposent des offres souvent plus intéressantes en termes de prix. Ainsi, les fournisseurs alternatifs de gaz et/ou d’électricité proposent notamment des offres indexées qui garantissent un prix du kWh inférieur à celui des tarifs réglementés. A cet égard, les offres “Directe” de Direct Energie sont particulièrement intéressantes. En effet, elles permettent non seulement de bénéficier d’une réduction de 5% sur le prix du kWh de gaz ou d’électricité mais, en outre, si le client souscrit à la fois une offre de gaz et d’électricité, alors les deux pourcentages de réduction sont portés à 7% !

Electricité renouvelable

Vous pouvez également opter pour un fournisseur alternatif d’électricité « verte ». Ainsi, Planète Oui, Enercoop et Lampiris certifient qu’une quantité équivalente à ce que leurs clients consomment a bien été produite à partir de sources renouvelables.

Vous pouvez également faire le choix d’une offre à prix fixe, qui permet de bénéficier d’un prix du kWh plus cher initialement que celui du tarif réglementé, mais qui ne subit aucune hausse pendant les 1, 2 ou 3 années du contrat. Cette stratégie est un pari qu’il est possible de faire puisque les tarifs réglementés d’EDF sont dores et déjà assurés de subir une hausse de 5 % au 1er août prochain.

Enfin, souvenez vous que l’énergie qui coûte le moins cher est celle que l’on ne consomme pas ! Ainsi, améliorer la performance énergétique de son logement permet de réaliser des économies non négligeables. Par ailleurs, n’oubliez pas que le chauffage constitue le poste de dépense le plus important en matière d’énergie. Aussi, pour réduire votre facture d’électricité et de gaz en 2014 tout en adoptant un comportement éco-responsable, souvenez vous que la réduction d’un degré du chauffage permet de réduire d’environ 7 % votre consommation d’énergie !

Auteur : Hugo Lebout, journaliste du webzine Natura-sciences.com

>Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site https://prix-elec.com <


La rédaction vous conseille aussi :