Enercoop est le seul fournisseur d’électricité sous forme de coopérative. Et en plus, il ne fournit que de l’électricité issue d’énergies renouvelables, autrement appelée « électricité verte ». Pour les particuliers, le prix du kWh est de 0,156 €, un prix environ 25 % plus élevé que le tarif réglementé d’EDF. Le surcoût serait situé en moyenne (sans chauffage électrique) à 10 euros par mois. Le prix du kWh est calculé en fonction de ses coûts réels d’approvisionnement en énergies renouvelables et de ses frais de structure.

enercoop électricité verte

Enercoop est le seul fournisseur d’électricité verte issue à 100% de petits producteurs et n’ayant pas recours à l’Arenh.

Le fournisseur d’électricité Enercoop n’a pas augmenté ses prix cet été. D’ailleurs, « Depuis le lancement de son offre en 2007, Enercoop n’a jamais augmenté ses prix, hors taxes, transport et distribution (ERDF) », rappelle la coopérative dans un communiqué en date du 12 juillet 2013.

Elle affirme également que « Les prix d’Enercoop, plus élevés, voient l’écart avec les tarifs réglementés se réduire peu à peu, dans un mouvement prévisible lié à la raréfaction et aux conséquences climatiques des énergies fossiles et aux coûts réels de l’énergie nucléaire (sécurité, déchets et démantèlement), progressivement pris en compte dans les tarifs réglementés. »

Un fournisseur alternatif à part

Sans actionnaires, au moins 57 % des bénéfices d’Enercoop sont statutairement réinvestis dans les énergies renouvelables et les économies d’énergie. Enercoop ne propose pas le tarif jour/nuit pour rester en accord avec ses objectifs, car celui-ci repose avant tout sur l’utilisation de surplus de production nucléaire.

Enercoop est le seul fournisseur d’électricité à s’approvisionner directement, sans intermédiaire, et en intégralité auprès de producteurs d’énergie renouvelable qui sont membres de la coopérative. «  Enercoop achète l’électricité directement à ses producteurs, et c’est bien là une de ses spécificités ! Nous avons des contrats directs avec chacun de nos producteurs, dans le cadre desquels nous négocions les tarifs d’achat », affirme Judith Schneider, chargée de communication d’Enercoop. « Nos producteurs sont sociétaires d’Enercoop, ils participent à la vie de la coopérative via leur vote en Assemblée Générale aux côtés des consommateurs, salariés, partenaires, fondateurs et collectivités. Ils ont des représentants au Conseil d’Administration de la structure », ajoute-t-elle.

En 2012, Enercoop travaillait avec 89 producteurs, dont 12 producteurs d’électricité solaire photovoltaïque, 50 producteurs d’électricité éolienne, 26 producteurs d’électricité hydraulique et 1 producteur de biogaz. Cela donne un mix électrique composé à 98 % de petite hydraulique (électricité non issue des grands barrages, mais de petites installations hydroélectriques), le reste étant constitué d’éolien, de photovoltaïque et pour une toute petite part de biogaz. La quantité totale d’électricité produite dans l’année 2012 par les producteurs d’Enercoop s’élève à 52 GWh, soit 0,01 % de la production électrique nationale de l’année.

La CSPE profite à EDF

La majeure partie de l’approvisionnement en électricité est ici d’origine hydroélectrique. Cela est dû au fait qu’Enercoop ne bénéficie pas de la Contribution au Service Public de l’Électricité (CSPE). Cette taxe, payée dans les factures d’électricité, alimente un fonds permettant à EDF et aux Entreprises Locales de Distribution d’acheter de la production d’origine renouvelable à un prix fixé par l’État, en étant remboursé via cette taxe. Ainsi, quand EDF achète de l’électricité photovoltaïque à hauteur de 31 centimes d’euros (cts €) le kWh, cela ne lui revient, grâce à la CSPE, qu’à 6 cts €, alors qu’Enercoop doit bien débourser 31 cts €. La différence n’est pas aussi importante pour l’éolien, mais reste notable.

Enercoop souhaite favoriser l’émergence de nouveaux moyens de production renouvelables par l’investissement collectif et milite donc pour l’élargissement de l’affectation de la CSPE à tous les fournisseurs. « Nous avons renouvelé cette demande dans le cadre du débat national sur la transition énergétique, parce que la transition a besoin d’associer tous les acteurs du secteur à l’effort collectif », précise Judith Schneider.

Mettons fin à une idée reçue largement répandue : vous pouvez quitter tous les fournisseurs alternatifs à tout moment sans frais si votre puissance de compteur est inférieure ou égale à 36 kW. De plus, le retour aux tarifs réglementés est possible sans conditions !

Auteur : Matthieu Combe, fondateur du webzine Natura-sciences.com

La rédaction vous conseille aussi :

  • Nicolas

    Enercoop n’est pas responsable d’équilibre (équilibre entre les achat et les ventes) et confie cette activité au fournisseur Alterna qui a souscrit à l’ARENH… Un peu limite, non ?…

  • Benjamin

    « Ainsi, quand EDF achète de l’électricité photovoltaïque à hauteur de 31 centimes d’euros (cts €) le kWh, cela ne lui revient, grâce à la CSPE, qu’à 6 cts €, alors qu’Enercoop doit bien débourser 31 cts €. »
    Pour vous signaler qu’Enercoop rachète 6 cts € le kWh aux producteurs (il ne débourse donc pas les 31 cts €.)

  • laurent

    => Equilibrage: c’est une obligation (tout à fait normale) qu’à Enercoop d’assurer l’équilibrage, comme tous les autres fournisseurs. Souscrire à l’ARENH n’a rien à voir avec ce concept: que ce soit Alterna ou tartempion n’y change donc rien. Il n’existe pas, au niveau européen, de source verte d’électricité permettant d’assurer cet équilibrage. Il est donc impossible de le garantir. Qu’Alterna ne souscrive pas à l’ARENH ne changerait donc rien à cet aspect
    => Achat du kWh PV (ou éolien, ou hydroélectrique, ou biomasse): quelle que soit la somme déboursée par Enercoop, n’ayant pas accès à la CSPE, Enercoop ne serait pas remboursée de la différence entre cette somme et la valeur plancher. Elle ne peut – comme tous les autres fournisseurs et à l’exception d’EDF – acheter ces kWh à des prix aussi élevés. Ainsi, ayant décider de ne pas acheter de nucléaire via le dispositif de l’ARENH, son offre est forcément plus élevée en terme de tarif, que les autres.

  • Nicolas

    Bien ! Puisque le débat s’ouvre sur de vrai base de discussion, apportons des précisions. Les responsable d’équilibre bénéficie de l’ARENH à travers RTE. Donc l’équilibrage du sourcing d’ Enercoop, qui est aussi fait avec de l’ ARENH, leur permet d’en bénéficier, même indirectement. L’ ARENH permet d’acheter de l’électricité sans origine au prix du nucléaire et non de l’électricité nucléaire ! (C’est comme l’électricité verte, ça n’existe pas…)

    Il est vrai qu’Enercoop ne bénéficie pas de la CSPE comme d’ailleurs les autres fournisseurs d’électricité verte. Ceci est d’ailleurs anormal. Planète OUI a fait une proposition de loi pour ouvrir l’obligation d’achat aux nouveaux opérateurs (dont Enercoop).

    Puisque vous tenez tant à différencier Enercoop des autres, je vais vous expliquer les vrais différences :
    Enercoop est sous forme coopérative et permet une vrai transparence réelle avec ses sociétaires.
    Enercoop achète de l’électricité renouvelable aux producteurs indépendants sans aucune forme de subvention.
    Enercoop a un mix énergétique varié permettant de travailler avec plus de sources que les autres opérateurs.
    Enercoop démontre qu’il est possible de fournir des particuliers en payant un peu plus cher.
    MAIS…
    Enercoop reste élitiste en proposant des prix supérieurs au tarif réglementé, et rend son offre écologique inaccessible à la grande majorité des Français.

    Un opérateur comme Planète OUI s’engage différemment :
    Soutien des association engagées dans le développement durable,
    Facturation au réel pour mieux maîtriser la consommation d’énergie,
    récompense des efforts faits par ses clients pour consommer moins,
    développement de services et d’accompagnement de ses clients.

    Il est donc inutile d’opposer Planète OUI et Enercoop. Ces 2 opérateurs sont complémentaires. L’approche est différentes mais nécessaires.
    Concernant Lampiris et Direct Energie, leurs offres vertes sont aussi un premier pas pour les consommateurs. Il vrai que proposer du gaz et de l’électricité verte est un peu compliqué mais répond à une demande ! On ne peut pas tout faire en même temps !!!

    Pour ce qui est des autres opérateurs, je vous laisse juge !

  • Juliette Boudon

    Est-ce que vous savez si Planète oui va augmenter ses tarifs comme le fait EDF ?
    J’ai vu qu’Enercoop avait dans ses clients, des structures comme Greenpeace, Ecocert, Fondation Nicolas Hulot, WWF, ce que je trouve quand même bon signe !

  • Simon

    Salut,
    le débat sur l’ARENH est inutile, car dans le cas général l’équilibrage chez Enercoop consiste à vendre sur le marché et non pas à acheter à Alterna qui achète à l’ARENH… Comme Enercoop vend 10 fois plus que ce qu’il achète pour son équilibrage, Enercoop contribue au verdissement de l’électricité du marché, en plus de fournir du courant vert à ses usagers…

  • Johann

    A ce sujet…quels sont les principaux actionnaires de Planète Oui ?

  • Nicolas

    Green Peace client d’ Enercoop ? tant mieux ! Les fondateurs d’Enercoop sont des anciens de greenpeace… le contraire aurait été dommage ! Toutes les ONG n’ont pas forcément fait le choix de consommer renouvelable malgré leurs beaux discours… Alors quand certaine d’entre elles le font, c’est une bonne chose.

    Les offres Planète OUI sont indexées au tarif réglementé. Donc quand le tarif d’EDF augmente, le tarif de Planète OUI augmente aussi. Pour réduire sa facture, Planète OUI propose de récompenser la réduction de consommation par une réduction de l’abonnement (-20%).

    Planète OUI est une jeune entreprise (start-up pour ceux qui ne sont pas allergique au terme !) détenu par ses deux fondateurs et des investisseurs français industriels.

  • @Nicolas, peut-être auriez dû vous commencer par préciser que vous étiez le président fondateur de Planète Oui, on aurait ainsi mieux compris pourquoi à vos yeux, Planète Oui est beaucoup mieux qu’Enercoop et pourquoi vous avez la critique aussi facile envers Enercoop 🙂

    S’il est vrai que le fait de récompenser les éco-gestes par des réductions sur l’abonnement est intéressant chez Planète oui, les réductions sont toutefois limitées car le prix de l’abonnement représente une très faible part de la facture ! Pour un abonnement de 3 kV (pour les équipements électriques d’un 60 m2, mais chauffage au gaz), l’abonnement est de 3,42€ TTC par mois, la réduction de 0,68 ct, mais la facture est mensuellement comprise entre 20 et 25€. Je parle en tant que client ! Donc si Planète Oui fait beaucoup de publicité pour les 20% de réduction sur l’abonnement, au final ça ne fait pas grand chose… Passons !

    Comme vous le rappelez, les tarifs de planète oui sont indexés sur les tarifs réglementés d’EDF et suivent donc ses hausses, contrairement à Enercoop qui n’a jamais augmenté ses tarifs, mais il est vrai que les tarifs sont plus élevés à la base! Qu’en sera-t-il à l’avenir?

    Pour ce qui est du mix énergétique de planète oui, celui-ci est composé à 95% d’électricité provenant des barrages d’EDF et 5% d’éolien provenant de Windeo (corrigez moi si je me trompe). Pour 3 euros, il est possible d’augmenter cette part de 5 à 20%. Mais avec Enercoop, le mix énergétique est composé uniquement de petits producteurs, avec une part majoritaire également d’hydraulique, mais cette fois-ci provenant de petite hydraulique et non de grands ouvrages existant depuis plusieurs dizaines d’années!

  • Nicolas

    Celui qui a un doute sur l’origine des commentaires et penses que je ne suis pas de Planète OUI, je lui présente toute mes excuses 🙂 🙂 Pour votre info, tous les commentaires issus de Planète OUI sont signé « Nicolas » (prénom du fondateur) mais sont rédigés par trois personnes en interne, dont parfois le fondateur ! Deux personnes sont intervenus sur les commentaires précédents, d’où le fait de ne pas « signer » ces commentaires. Si l’article de Natura-Science avait simplement été un peu plus travaillé, peut être aurions nous pris le temps de corriger… Je note simplement que votre commentaire, lui, n’est pas signé et qu’il vous est plus facile de commenter que d’appliquer ! Bref !
    Revenons à vos détails :
    Réduction sur l’abonnement faible : c’est vrai, notre réduction est un argument incitatif mais pas décisif. Cependant, notre offre reste compétitive face à EDF et se trouve être la moins chère du marché pour les petits consommateurs. Votre exemple du 3 kVA avec une conso d’environ 2000 kwh par an en est la preuve.
    Concernant l’évolution de l’avenir des tarifs de Planète OUI, l’objectif est de se maintenir proche des prix du tarif régulé pour démontrer qu’au prix du nucléaire, une solution renouvelable et compétitive existe. Les marges ne sont pas encore suffisante pour investir dans de la production. Alors qu’en pensez vous ? Meilleur prix ou développement des ENRs ?
    La part Hydraulique du mix énergétique de Planète OUI provient d’EDF ? Pas forcément faux… En 2012, notre hydraulique était issu de la compagnie nationale du Rhône. Donc nous faisons appel aux grands producteurs nationaux. EDF est potentiellement éligible même si nous essayons de l’éviter le plus possible mais nous ne nous l’interdisons pas pour l’hydraulique français. Pour la part éolienne, nous rachetons les surplus de production des petits producteurs éolien windeo, mais nous faisons aussi appel à de l’éolien italien, par exemple, pour cette année.
    Concernant Enercoop, je reconnais qu’ils ont un mix énergétique plus riche. Pa de problème sur cette question. « Mieux »… mais plus cher. Nous préférons proposer « Bien »… et accessible à tous. L’écologie ne doit pas mettre sur le côté ceux qui seraient moins à l’aise avec leur pouvoir d’achat. Une fois encore, nous n’opposons pas, nous souhaitons expliquer les différences.

  • Ben

    Il est peut être dommage d’opposer 2 propositions alternatives qui veulent aller dans le sens du renouvelable.
    Néanmoins, il n’empêche de regarder chacun des éléments
    * prix: Enercoop est plus cher aujourd’hui mais est stable, Planete oui, moins cher, s’en tient au tarif réglementé.. mais augmente de 5% par an.
    * approvisionnement: d’une part mix diversifié et en approvisionnement direct, d’autre part ARENH (et là je ne comprend pas trop la polémique, son nom « Accès Régulé à l’Électricité Nucléaire Historique » semblant suffisamment explicite..)
    * actionnariat: démarche coopérative et démocratique d’une part, start up (ce qui n’est pas un mal!) de l’autre, mais si je ne me trompe pas, détenu par le groupe Ramery, et ses projet contrasté tels que la « Ferme des Mille Vaches »

    Chacun faisant son choix en fonction de ses critères

  • Michel

    Merci Ben pour ce commentaire!

    Effectivement il y a renouvelable et « renouvelable ».

    J’ai fait le choix du renouvelable coopératif, solidaire, citoyen, etc. , celui ou je détiens financièrement les moyens de productions qui me fournissent mon électricité, ou j’ai mon mot à dire démocratiquement.

    J’ai fait le choix du renouvelable qui fait sens, celui ou tout le monde est autour de table (producteurs, consommateurs, salariés, collectivités locales), celui qui appartient à tous!

    Bon vent et merci aux fondateurs d’Enercoop d’avoir créé cet outil majeur de transition énergétique citoyenne!

  • Nicolas

    Bravo aux militants qui rejoignent Enercoop et bravo à tous ceux qui testent une consommation alternative avec Planète OUI. Ensemble nous rassemblons 50 000 clients sur un ensemble de 30 millions de consommateurs. C’est dire combien il reste à faire ! Avoir raison seul dans son coin n’a jamais servi à grand chose…

    Bonne route à tous

  • Matthieu Combe

    Bonjour à tous les commentateurs ! Suite à la tournure des commentaires sur cet article, il me semble bon de donner quelques précisions. Dire que l’article n’est pas travaillé et que Planète Oui est dénigré, c’est votre point de vue. Les données sur l’Arenh et les chiffres m’ont été fournis par la Commission de Régulation de l’énergie et les prix au kWh par Enercoop. Dans cet article, la seule chose qui est écrite est qu’Enercoop n’a pas recours directement à l’Arenh. Il n’est même pas question de Planète oui. Dans l’article, il est bien indiqué que le fournisseur est plus cher.

    Vos commentaires auraient plus sur leur place sur l’article « Electricité verte : que cache-t-elle ? », bien qu’il ne me semble pas attaquer Lampiris ou Planète Oui dans l’article… Il est précisé que l’intérêt de ces 2 fournisseurs est justement de lancer une impulsion grâce à des coûts similaires au tarifs réglementés d’EDF : « Et plus les Français demanderont de l’énergie verte, plus l’incitation pour en produire sera forte, donc plus la proportion véhiculée sur le réseau de distribution sera importante ».

    La simple opposition qui a été faite était de dire qu’il y avait Enercoop d’un côté qui n’a pas directement accès à l’Arenh, a un mix plus diversifié et coûte plus cher, et d’un autre côté Lampiris et Planète Oui qui coûtent le même prix que le tarif d’EDF et ont donc aussi leur intérêt, bien que le mix soit moins diversité.

    Cordialement,

    L’auteur de l’article

    Voici d’ailleurs des précisions envoyées par Lampiris
    :
    L’ARENH: Lampiris bénéficie bien du droit à L’ARENH, mais ne l’a jusqu’à présent jamais exercé.

    – Lampiris s’approvisionne en électricité auprès de 1300 petits producteurs d’énergie verte installés sur le territoire belge (je vous rappelle que l’électricité et le CO2 ne connaissent pas de frontières). C’est là le même modèle qu’Enercoop qui en fédère 79 si je me réfère à leur site. Pour informations, nous cherchons à développer un réseau de producteurs en France et faisons face à des difficultés réglementaires que vous connaissez peut-être et qui justifient d’ailleurs les prix très élevés d’ENERCOOP.

    – Lampiris est responsable d’équilibre: pour assurer en permanence l’équilibre production/consommation (comment fournir nos clients s’il fait nuit et qu’il n’y a pas de vent?) nous achetons de l’électricité dite ‘grise’ sur les marchés d’électricité. Nous compensons cette énergie ‘grise’ en fin d’année en achetant des Garanties d’Origines aux producteurs d’énergie verte. Ce qui signifie que lorsque vous consommez un kilowatt heure chez Lampiris, une éolienne (ou autre) aura bien produit 1 kilowatt heure pour Lampiris (de même pour Planète OUI). Votre article laisse penser que les clients Enercoop consomment en permanence de l’énergie produite par Enercoop. Ce n’est pas le cas, Alterna, leur responsable d’équilibre, s’occupe d’acheter pour eux du gris, qu’ils doivent bien compenser par des Garanties d’Origines à un moment ou un autre s’ils veulent rester 100 % vert.

    – Pour l’année 2011, les Garanties d’Origines de Lampiris provient à 100% de l’éolien. Nous ne disposons pas encore des chiffres 2012, (peut être y aura-il de l’hydroélectricité), mais jusqu’à présent nous avons mis l’accent sur l’éolien qui reste majoritaire dans nos approvisionnements.

  • genevieve

    En ce qui me concerne : la société Windéo n’a pas respecté un jugement exécutoire TGI . J’en suis à la phase huissier : saisie sur comptes .
    Donc .. coucou Enercoop , me voilà …

  • Zoe

    Merci, maintenant que je sais que Planète oui appartient à Ramery de la ferme des mille vache, je peux faire mon choix. Je ne veux donner aucun sous à Michel Ramery.