Le projet Vertimed vise à installer un projet pilote de 13 éoliennes flottantes à axe vertical de 2,3 MW et 107 m de hauteur en mer Méditerranée. Porté par la PME Nénuphar, en association avec EDF Énergies nouvelles, Areva et Technip, un prototype est actuellement testé sur terre, à Fos-sur-Mer.

éoliennes offshore verticales

Un parc de 13 éoliennes flottantes à axe vertical pourrait voir le jour en 2016-2017 en mer Méditerranée. © Nénuphar

Les recherches amont du projet Vertimed avancent. Dans un premier temps, une éolienne Vertiwind est en construction et sert à démontrer son efficacité sur terre. Cette étape sera suivie d’une démonstration d’un prototype en mer, puis d’un projet pilote de 30 MW à l’horizon 2016-2017.

D’ici 2030, le consortium d’acteurs espère développer en Méditerranée des fermes industrielles accueillant une centaine de machines. « Après le site de démonstration en Méditerranée, l’idée est bien d’avoir un actif de production qui fonctionne sur une longue durée qui puisse démontrer que les coûts d’exploitation peuvent devenir compétitifs et qu’on a une bonne disponibilité », assure Sylvain Gaignard, Chef de l’ingénierie marine d’EDF Energies Nouvelles .

Un prototype terrestre à l’essai et une démonstration en mer autorisée

Le premier tiers du prototype terrestre à taille réelle est d’ores et déjà construit et fonctionne depuis quelques-mois, à côté de Fos-sur-mer. Ses pales et son mât seront agrandis au fur et à mesure des tests.

Le 25 juillet dernier, le Préfet des Bouches-du-Rhône a signé l’arrêté préfectoral  autorisant l’aménagement et l’exploitation d’un prototype en mer situé au large de Port-Saint-Louis-du-Rhône, à 5 kilomètres des côtes. Baptisé Mistral, ce site s’inscrit dans le programme national des sites d’essais mené par France énergies marines. Après les tests sur terre, Mistral pourra accueillir simultanément, dès 2015, deux éoliennes flottantes, en vue de tester leurs performances et leur fiabilité pour des durées de 12 à 24 mois.

A l’horizon 2016-2017, une ferme pilote sera testée à 18 km au large de Port-Saint-Louis-du-Rhône sur un site baptisé Provence Grand Large. Si tout se passe comme prévu, 13 éoliennes flottantes y seront installées pour une durée maximale de vingt ans.Le parc sera situé à 16 km de la côte, occupant une superficie de 14 kilomètres carrés.

Lire aussi : Saint-Nazaire mise sur les éoliennes offshore

Quels sont les avantages d’une éolienne flottante à axe verticale ?

Ce projet assure le développement de nouvelles technologies, notamment sur l’éolienne à axe verticale et le flotteur. Car le développement de l’éolien offshore est actuellement limité en France par la fixation des fondations de l’éolienne en profondeur. Cela limite les projets, en butte à l’acceptabilité de la population du littoral, et nécessitant de lourds investissements pour les infrastructures.

Grâce à une architecture bien particulière, l’éolienne développée dans le cadre du projet est flottante : les trois flotteurs d’une masse de 700 tonnes seront néanmoins ancrés au fond de la mer. Un autre avantage intéressant est à noter : les ouvriers de maintenance n’auront plus à grimper dans une nacelle située en hauteur pour travailler sur les pâles ou le moteur, puisque ces équipements sont situés au plus près du niveau de la mer. A axe vertical, l’éolienne est montée sur flotteur, résistante aux conditions en haute mer, loin de la vue du rivage. Des atouts clefs qui positionnent déjà cette technologie au Japon, sur la côte pacifique américaine ou le pourtour méditerranéen.

Le Grenelle de l’environnement vise l’installation de 8 000 éoliennes d’ici 2020, soit 25 GW dont 6 GW fournis par des éoliennes offshore. Fin 2013, seulement 8,1 GW d’installations éoliennes étaient installées en France et aucune éolienne offshore n’était en activité.

Auteur : Matthieu Combe, fondateur du webzine Natura-sciences.com


La rédaction vous conseille aussi :