Dans le cadre de la semaine  européenne de la mobilité, du 16 au 22 septembre 2012, Trifyl, le  service public départemental de  valorisation des déchets ménagers du Tarn, va présenter son prototype de vélo à hydrogène. Il s’agit du premier du genre, avec une autonomie de 100 km, soit 3 fois supérieure à un vélo électrique classique.

Vélo provisoire fonctionnant à l'hydrogène. © Trifyl

Vélo provisoire fonctionnant à l’hydrogène. © Trifyl

La nouveauté est un vélo qui roule à l’hydrogène (H2) ! Ce vélo est actuellement rechargé via une bouteille B50 d’hydrogène (sous pressions de 200 bars). Innovante, la technique reste simple : la pile à combustible, associée au vélo et alimentée en hydrogène, permet de produire, en réaction avec l’oxygène de l’air, de l’électricité, de la chaleur et de l’eau. Elle permet de recharger la batterie électrique du vélo et ainsi d’améliorer son autonomie.

Les 14, 15 et 16 le vélo sera en exposition au grand rassemblement des jeunes agriculteurs « destination terre gourmande » à Lautrec. Il sera par la suite exposé à la foire économique de Castres du 21 au 30 septembre. Le projet ne s’arrête pas là puisque  « courant 2013 sur le site de Trifyl à Labessière-Candeil, un pilote de production d’hydrogène sera en fonctionnement : ce pilote permettra de produire environ 10 kg d’hydrogène par jour à partir du biogaz selon le procédé de vaporeformage du méthane », prévoit Alex de Nardi, chargé du projet Vélo H2. Le poste de ravitaillement sera proche de l’éco circuit de Trifyl, circuit pédagogique où sera présent le vélo H2 durant l’année.

De l’hydrogène à partir de vos poubelles

Réservoir à hydrogène du vélo. © Trifyl

Réservoir à hydrogène du vélo. © Trifyl

Le prochain défi  consiste donc à transformer le biogaz issu de la méthanisation des déchets en hydrogène énergie. Trifyl valorise les déchets ménagers résiduels du Tarn : en biogaz carburant pour faire rouler des véhicules, en électricité revendue à EDF et en chauffage pour le siège de Trifyl.

« La valorisation actuelle de 90% de notre biogaz est électrique : 2 moteurs sont présents sur notre site, pour une production annuelle de 9 millions de kWh en 2012. On peut dire qu’une tonne de déchets représente environ une centaine de m3 de biogaz », précise Alex de Nardi.

Caractéristiques techniques : 1 batterie électrique : 240 Wh, 1 réservoir à hydrogène : 45 g d’H2, 1 pile à combustible : 100 W en continu, 1 convertisseur pile/batterie et 2 écrans  : pour informer sur la puissance utilisée et la quantité d’énergie encore disponible

Auteur : Matthieu Combe, fondateur du webzine Natura-sciences.com


La rédaction vous conseille aussi :

  • bruniau

    une première application concrete de notre savoir dans le domaine des piles à combustible.
    L’hydrogène le vecteur énergetique de l’avenir