Une nouvelle étude menée par le Dr. Udo Becker, professeur à l’Université Technique de Dresden s’intéresse aux coûts externes liés aux automobiles. Ces coûts sont ceux non comptabilisés dans les prix du marché et qui sont engagés par suite des impacts sur l’environnement et la santé. Yves Cochet, député vert européen, a présenté les résultats de cette étude lors d’un colloque sur l’avenir de la filière automobile face aux contraintes écologiques et sanitaires à l’Assemblée Nationale le 14 décembre 2012.

coûts externes automobile pollution

Chaque automobile de l’Union Européenne engendre 1 600 euros de coûts externes chaque année.Par citoyen de l’Union Européenne, c’est 750 € par an !

L’étude montre que chaque automobile de l’Union Européenne engendre 1 600 euros de coûts externes chaque année. La durée de vie moyenne d’une automobile étant de 10 ans en Europe, cela signifie que chaque automobile génère environ 16 000 euros de coûts externes sur sa durée de vie ! La somme globale des coûts non couverts liés à l’utilisation de l’automobile représente 373 milliards d’euros/an pour l’Union Européenne des 27, soit 3 % du PIB de l’Union Européenne.

Ces surcoûts par automobile sont financés par les citoyens. « Par citoyen de l’Union Européenne, c’est 750 € par an de subventions à l’automobile, même si vous n’êtes pas automobiliste ! », s’insurge Yves Cochet. « Les coûts externes sont catastrophiques à la fois de manière sanitaire et environnementale », poursuit-il.

Les externalités des voitures non reflétées dans les prix à la pompe ou lors de l’achat sont notamment le bruit, la pollution, les accidents et le changement climatique. 41 % de ces coûts sont liés aux accidents, 37 % au changement climatique (il s’agit de coûts évités) et 22 % concernent les autres impacts, notamment liés à la pollution et au bruit.

Des automobiles aux pollutions diverses

Les coûts externes liés à la pollution couvrent les impacts des particules fines, les dommages aux bâtiments, les dommages aux récoltes par l’ozone atmosphérique, les impacts sur les écosystèmes causés par les acidifiants et l’eutrophisation de l’eau.

Le secteur des transports est responsable de 30 % des émissions de gaz à effet de serre de l’Union Européenne et est le seul qui a vu ses émissions augmenter. Si l’industrie a baissé ses émissions de 34 %, le secteur de l’énergie de 17 % et les ménages de 14 %, celles des transports ont augmenté de 29 % depuis 1990 !

Ceux qui payent, « Ce sont les personnes qui résident le long des routes principales, ce sont les contribuables en général, ce sont les personnes âgées qui ne conduisent pas », regrette Yves Cochet. Les externalités coûtent au total environ 60 milliards d’euros par an en France. La taxe intérieure sur les produits pétroliers (TIPP) sur les carburants a rapporté 21 milliards d’euros à l’Etat en 2011. Les coûts externes représentent donc trois fois le montant des revenus engrangés par l’Etat… Cette étude envoie un signal clair aux politiques : les vrais coûts de la voiture doivent être internalisés. C’est une condition sine qua non pour que des choix de mobilité durables et rationnels soient enfin décidés.

Auteur : Matthieu Combe, fondateur du webzine Natura-sciences.com


La rédaction vous conseille aussi :