Il existe de nombreuses techniques de pêche variant en fonction des espèces ciblées. Chaluts, palangres, ou encore « senne », présentons succinctement trois techniques. Les pêcheries  actuelles apparaissent alors comme une véritable industrie en guerre contre les océans.

Les techniques de pêche sont très variées

Les techniques de pêche sont très variées. © WWF

Les chalutiers sont des bateaux allant de 6  à plus de 50 mètres et qui pêchent grâce à un filet conique (chalut) qu’ils traînent dans l’eau. On distingue le chalut pélagique, le chalut de fond et le chalut à perche. Ceux-ci se différencient notamment par la profondeur de pêche.

Le chalut pélagique évolue en pleine eau, entre la surface et le fond, sans être en contact avec ce dernier. Les espèces pêchées sont celles vivant en bancs concentrés. Le chalut de fond ne pénètre pas le sédiment, mais il détériore les habitats et les organismes posés sur le fond. Son inconvénient majeur est son manque de sélectivité. Enfin, le chalut à perche permet un bon contact avec le fond et se déplace entre 4 à 6 km/h. Des chaînes sont disposées sous l’avant du filet pour décoller les poissons du sédiment et les faire entrer dans le chalut. Il détruit donc les fonds marins. Traîné sur le fond pendant des heures, il engloutit tout sur son passage.

Quelle que soit leur cible, les chaluts emportent en général, à peu près une centaine d’espèces de poissons et d’autres animaux dont plusieurs ne peuvent même pas être vendus. Tortues, phoques, dauphins, oiseaux sont rejetés à l’eau, morts. Le massacre est total. Tous les grands chalutiers sont équipés de GPS, sondeurs et sonars capables de détecter des bans.

Lire aussiDes océans aux boîtes de thon, Greenpeace nous éclaire

La palangre, ou la « brochette de poissons »

La palangre consiste en une ligne mère, qui peut atteindre des centaines de kilomètres, sur laquelle sont fixés des hameçons. L’appât, accroché à chaque hameçon, est choisi en fonction de l’espèce recherchée. La palangre est maintenue soit sur le fond à l’aide d’ancrages, soit à la surface par des flotteurs. La technique la plus utilisée en Europe est la palangre de fond. Selon les mers fréquentées, des tortues ou dauphins peuvent finir leur vie sur ces hameçons.

La senne, ou la « pochette surprise »

Les sennes sont des filets rectangulaires utilisés en surface pour encercler des bancs de poissons. Les sennes peuvent dépasser un kilomètre de longueur et200 mètresde hauteur. La senne est utilisée pour capturer les poissons pélagiques, notamment les thons, le maquereau, l’anchois et la sardine. Pour pêcher le thon avec des sennes, on déploie un filet autour du banc visé. Quand ce dernier est encerclé, on resserre le filet et le tour est joué !

Une pratique courante consiste à attirer au préalable les poissons à l’aide d’objets flottants appelés Dispositifs Concentrateurs de Poissons (DCP). Les balises transmettent des informations sur la quantité de poissons détectée et la localisation exacte du DCP. Il est ainsi possible de capturer le plus grand banc possible.

Auteur : Matthieu Combe, fondateur du webzine Natura-sciences.com

La rédaction vous conseille aussi :