Le changement climatique touche toutes les régions d’Europe et a de nombreux impacts sur la société et l’environnement. Selon la dernière évaluation publiée par l’Agence européenne pour l’environnement, d’autres impacts, susceptibles d’entraîner des dommages très coûteux, sont attendus. Réalisé par près de 50 auteurs, ce bilan compte montre la rapidité des changements se déroulant dans toutes les régions d’Europe.

changement climatique

Sandy le 25 octobre 2012. Les évènements extrêmes devraient augmenter du fait du changement climatique. © NOAA

« Le changement climatique est une réalité à l’échelle mondiale, son étendue et sa rapidité deviennent sans cesse plus évidents. Ceci signifie que tous les acteurs de l’économie, y compris les ménages, doivent s’adapter ainsi que réduire leurs émissions », insiste Jacqueline McGlade, directrice exécutive de l’Agence européenne pour l’environnement.

Comme le montre le rapport Changement climatique, impacts et vulnérabilité en Europe, l’Europe connaît des températures moyennes plus élevées et une diminution des précipitations dans les régions méridionales. Pendant ce temps, les températures augmentent en Europe du Nord. Pour preuve, la calotte glaciaire du Groenland, les glaces de l’Océan Arctique et de nombreux glaciers en Europe fondent. Le manteau neigeux a diminué et une grande partie du permafrost s’est réchauffée. L’Arctique se réchauffe plus vite que les autres régions.

Ces dernières années, des évènements climatiques extrêmes tels que vagues de chaleur, inondations et sécheresses ont entraîné des dommages de plus en plus coûteux en Europe. Certes, la part du changement climatique dans cette tendance est encore mal connue, mais l’augmentation des activités humaines dans les zones à risque a été un facteur clé. L’évolution future du climat devrait augmenter cette vulnérabilité, car les événements extrêmes devraient devenir plus intenses et plus fréquents.

Changement climatique, des bouleversements de la température

La dernière décennie (2002–2011) a été la plus chaude jamais enregistrée en Europe, avec des températures du sol supérieures de 1,3°C à la moyenne de l’ère préindustrielle. Diverses projections modélisées montrent que la température moyenne de l’Europe pourrait être de 2,5 à 4°C plus élevée dans la seconde moitié de ce siècle par rapport à la moyenne enregistrée de 1961 à 1990.

Les vagues de chaleur sont plus fréquentes et plus longues, et ont causé des dizaines de milliers de décès au cours de la dernière décennie. Le rapport souligne que l’augmentation prévue de ces vagues de chaleur pourrait accroître le nombre de décès qui en découlent dans les prochaines décennies, à moins que les sociétés ne s’adaptent. En revanche, le nombre de décès causés par le froid devrait diminuer dans de nombreux pays.

Des modifications du cycle de l’eau

Si les précipitations diminuent dans les régions méridionales, il est établi dans le rapport qu’elles augmentent en Europe septentrionale. Ces tendances devraient se poursuivre. Le changement climatique devrait augmenter la fréquence des débordements des cours d’eau et rivières, surtout dans le nord de l’Europe, car l’augmentation des températures intensifie le cycle de l’eau. Il est cependant difficile de discerner l’influence du changement climatique dans les données historiques concernant les inondations dans le passé.

Le niveau des mers s’élève, ce qui augmente le risque d’inondations côtières lors de tempêtes. Le niveau moyen des mers a augmenté de 1,7 mm par an au cours du XXe siècle, et de 3 mm par an au cours des dernières décennies. Les projections varient énormément, mais il est probable que la montée du niveau des mers au cours du XXIe siècle dépassera celle du siècle précédent. Cependant, l’augmentation du niveau des mers sur les côtes européennes varie, par exemple selon le mouvement isostatique à l’échelle locale.

Si l’Europe du Sud devrait disposer de moins d’eau pour l’agriculture, les conditions pourraient s’améliorer dans d’autres régions. Pour certaines cultures, la saison de croissance s’est allongée en Europe et cette évolution devrait se poursuivre, selon les projections,  parallèlement à l’expansion de cultures de saison chaude sous les latitudes plus septentrionales. Cependant, les rendements devraient diminuer pour certaines cultures en raison des vagues de chaleur et des sécheresses en Europe centrale et du Sud.

D’autres impacts, pas moins importants

Des effets du changement climatique sur la santé humaine sont également attendus. Le changement climatique intervient dans la propagation de certaines maladies, il permet par exemple à la tique Ixodes ricinus de se développer plus au nord, et le réchauffement pourrait aider certains moustiques et phlébotomes vecteurs de maladies infectieuses à mieux s’adapter à certaines régions d’Europe. La saison des pollens est plus longue et commence 10 jours plus tôt qu’il y a 50 ans, ce qui affecte également la santé humaine.

De nombreuses études ont constaté d’importants changements dans les caractéristiques des végétaux et des animaux. Par exemple, la floraison des plantes survient plus tôt dans l’année, tout comme le développement du phytoplancton et du zooplancton dans les eaux douces. D’autres animaux et végétaux migrent vers le nord ou en altitude car leur habitat se réchauffe. Mais la vitesse de migration de bien des espèces est insuffisante par rapport à celle du changement climatique, ce qui pourrait conduire à leur disparition.

Avec l’augmentation des températures, la demande de chauffage  a également diminué, ce qui permet des économies d’énergie. Cependant, ce facteur doit être comparé avec l’augmentation de la demande d’énergie pour la climatisation durant les étés plus chauds.

Ce rapport vise à montrer l’étendue des impacts du changement climatique en Europe, et de fournir également des informations pour la stratégie d’adaptation européenne de la Commission européenne qui sera publiée en mars 2013. En outre, l’AEE soutiendra la stratégie par une évaluation d’une sélection d’actions d’adaptation en Europe, qui sera publiée au début de 2013.

Auteur : Matthieu Combe, fondateur du webzine Natura-sciences.com

La rédaction vous conseille aussi :