Compost de jardin. © Natura Sciences

Compost de jardin. © Natura Sciences

Le compostage est un procédé qui permet d’accélérer le processus naturel de décomposition des composés organiques en sels minéraux et en humus. Le principe est simple : les bactéries “digèrent” la matière organique en présence d’air (conditions d’aérobie). Le compost est un composé riche en humus et en minéraux semblable à un terreau, manipulable et valorisable en agriculture comme amendement pour les sols.

Tous les composés biodégradables sont théoriquement compostables. Néanmoins, pour maximiser l’efficacité du procédé et la protection de l’environnement, les matières rapidement biodégradables sont privilégiées. Il s’agit généralement des résidus de table et des résidus de jardin.

Composition des matières compostables

Les matières compostables sont divisées en deux grandes catégories, soit les matières dites carbonées et les matières dites azotés. Il est important pour les organismes responsables du compostage d’avoir de la nourriture équilibrée, composée d’un mélange de matières carbonées (brunes, dures et sèches) et de matières azotées (vertes, molles et humides). Ils ont aussi besoin d’humidité, contenue particulièrement dans les matières azotées, et d’air, dont la circulation est favorisée par les matières carbonées dures.

Lire aussiMyfood: des serres pour l’autonomie alimentaire

Réduction à la source

La promotion de l’herbicyclage est une de ces techniques de réduction à la source. C’est une technique d’entretien des pelouses qui consiste à laisser le gazon coupé en place lors de la tonte. En plus de contribuer de façon significative à la réduction des quantités de résidus verts (herbes et feuilles), cette technique permet d’améliorer la santé des pelouses si la coupe est pratiquée de façon régulière (coupe de moins du tiers de la pousse). Il y a également la promotion du compostage domestique qui est une pratique qui permet de valoriser, chez soi, les matières putrescibles.

Faire son compost ?

Composter soi-même permet de réduire le volume des déchets mis à la poubelle, diminuer la quantité de sacs poubelles payés ainsi que les charges pour la communauté dues au ramassage des ordures. Les matières compostables sont les fruits, les légumes, les pelures, les coquilles d’œufs, le café, les filtres à café, les feuilles, les mouchoirs en papier, les coques de noix et les fleurs fanées. Par contre, il ne faut pas composter les matières suivantes : les plantes malades, la viande, le poisson, les produits laitiers et les excréments d’animaux carnivores (chat et chien). Le compost obtenu sera facilement valorisé sur le jardin, dans les bacs de fleurs ou pour les plantes d’appartement, diminuant ainsi les achats d’engrais et de terreau.

Lire aussiPourquoi et comment améliorer le recyclage?

Auteur : Matthieu Combe, fondateur du webzine Natura-sciences.com


La rédaction vous conseille aussi :