Le réchauffement climatique pourrait décimer les glaciers de l’Himalaya d’ici la fin du siècle. Une nouvelle évaluation indique que plus des deux tiers des glaciers de l’Himalaya pourraient fondre d’ici 2100.


Le réchauffement climatique menace les glaciers des chaînes de montagnes de l’Indou Kush et de l’Himalaya. Les scientifiques qualifient cette région montagneuse de plus de 3 500 kilomètres de « troisième pôle ». En effet, elle dispose d’une importante réserve de glace. Une dizaine de cours d’eau sont alimentés par ces glaciers en Asie, comme le Gange, le Mékong, ou encore le fleuve Jaune.

Entre un et deux tiers des glaciers de l’Himalaya menacés

Deux tiers des glaciers pourraient fondre d’ici 2100 si les émissions de CO2 poursuivent leur trajectoire. Même si nous parvenions à limiter le réchauffement climatique  à 1,5°C en 2100 par rapport à l’ère préindustrielle, l’Himalaya perdrait un tiers de ses glaciers. C’est le résultat d’une nouvelle étude de 5 ans impliquant plus de 350 chercheurs.

Les régions himalayennes potentiellement touchées fournissent de l’eau à au moins 25 % de la population mondiale. La fonte des glaciers aura des conséquences importantes pour les personnes qui en dépendent. Plus d’1,65 milliard de personnes pourraient alors manquer d’eau.

« Il s’agit d’une crise climatique dont vous n’avez pas entendu parler. Les impacts sur les populations vont d’une aggravation de la pollution de l’air à une augmentation du nombre de phénomènes météorologiques extrêmes », indique le rapport sur l’Indou Kouch et l’Himalaya. Selon le rapport, le seul moyen pour s’adapter serait d’investir 3,2 à 4,6 milliards de dollars par an d’ici 2030. Puis 5,5 à 7,8 milliards par an d’ici à 2050 grâce à une aide internationale.

Auteur : Chaymaa Deb, journaliste du webzine Natura-sciences.com


La rédaction vous conseille aussi :