Le documentaire «En quête de sens», en salles depuis fin janvier a déjà réuni plus de 30 000 spectateurs. Financé sur fonds propres, puis grâce à une campagne de crowdfunding, ce documentaire est produit et distribué de façon indépendante. Nathanaël Coste et Marc de la Ménardière y partent à la rencontre de scientifiques, ethnologues, penseurs et chamanes pour découvrir un « sens » à la vie et interroger la marche du monde.

en quête de sens

Marc s’interroge sur notre rapport à la nature. PHOTO//En quête de sens

« La révélation de notre voyage, c’est la compréhension que l’homme et la biosphère forment un tout interconnecté et interdépendant. Comme le pensent les sagesses anciennes, nous serions tels les cellules d’un grand organisme vivant, mais aujourd’hui, notre incapacité à le reconnaître nous mène à l’autodestruction », révèle Nathanaël Coste.

« Nos interlocuteurs travaillent différentes matières, la science, la biologie, l’écologie, l’activisme, la philosophie. Mais elles amènent toutes une pièce d’un même puzzle et éclairent les choses différemment », relève de son côté Marc de la Ménardière. « Pour nos interviewés, notre civilisation occidentale s’est construite depuis 200 ans sur une vision matérialiste et mécaniste du monde. Cette vision a séparé l’homme de la nature, le corps de l’esprit, et nié la dimension intérieure et le mystère de la vie. Elle a érigé la compétition comme une loi naturelle, l’avidité comme une qualité bénéfque à l’économie , l’accumulation de biens matériels comme finalité de l’existence…», éclaire-t-il.

En quête de sens : aller à la rencontre d’autrui et de soi-même

Nathanaël retrouve Marc à New York, après 10 ans d’éloignement. Nathanaël vient alors d’achever le tournage d’un film environnemental en Inde, alors que Marc, exporte de l’eau en bouteille pour une multinationale. Il cherche à convaincre les américains qu’il s’agit d’un produit de luxe, meilleur que l’eau locale. Avant de repartir, Nathanaël laisse quelques documentaires environnementaux à son ami. Suite à un accident, il se retrouve cloué au lit et en profite pour les visionner.

C’est le début de la prise de conscience. Marc démissionne et décide de rejoindre Nathanaël en Inde pour commencer leur « quête de sens », dans un monde qui s’est perdu en route et a oublié l’essentiel. Notre monde est devenu matérialiste, consumériste et coupé de la nature. Voulant à la base changer le monde, les deux amis vont découvrir que c’est avant tout eux-même qu’il faut changer. Ils vont remettre leur vie en question. La quête de sens est avant tout une aventure intérieure, une invitation à reconsidérer notre rapport à la nature, au bonheur et au sens de la vie.

« En quête de sens » rappelle que les crises écologiques trouvent leurs racines dans notre marchandisation du monde due à la séparation de l’homme et de la nature. Les structures politiques actuelles ne sont pas en mesure de répondre aux crises environnementales et sociales, car elles ne sont plus en phase avec les citoyens. D’où une crise de confiance mondialisée à l’encontre des institutions politiques. Mais un peu partout – en Inde, en Amérique Centrale, en France et aux Etats-Unis -, Marc et Nathanaël feront des rencontres qui changeront leur vie à jamais. Les alternatives sont toutes là, la transition est en marche, mais les résistances sont encore nombreuses. Comment être acteur de la transition ciroyenne et écologique pour une transformer en profondeur la société ? Pour les deux réalisateurs, il faut vraisemblablement que tout un chacun prenne le temps d’interroger ses croyances personnelles et accepte de renouer avec la nature et l’environnement.

Trouver une projection près de chez vous

Bande-annonce de « En quête de sens »

Auteur : Matthieu Combe, fondateur du webzine Natura-sciences.com

La rédaction vous conseille aussi :