fin du monde mayas 21122012

« La pierre du Soleil », les Aztèques comme les Mayas avaient une représentation cyclique du temps. Le 21 décembre 2012 est la fin d’un cycle selon le Calendrier maya, annonciateur de la fin du monde pour certains

Le lendemain du 21 12 2012, nous en serons certain, la « prophétie » des Mayas ne se sera pas réalisée, la mobilisation exceptionnelle médiatique sera bien une « folie » et nous aurons certainement tous au coin de la bouche un sourire pour nous être demandé : et si c’était vraiment « la fin du monde » ?

Pourtant,  à quelques jours de Noël, fête de la consommation et avant les soldes,  les Mayas nous auront envoyé une alerte que peu de personnes auront écouté et il faudra comprendre les causes cachées de leur disparition.

Une auto-destruction ?

Des preuves confirment que les Mayas ont causé leur propre perte suite à de fortes sécheresses. Au cours des dernières années de leur civilisation entre 800 et 950 apr. JC, les précipitations ont chuté de 20 %. Avant l’arrivé de Christophe Colomb, des forêts étaient détruites partout dans l’empire d’Amérique Centrale pour nourrir une population croissante. La transformation des forêts humides en terres agricoles a conduit à une augmentation de la réflectivité de la surface terrestre : la population Maya ne se rendait pas compte qu’elle précipitait son propre déclin en détruisant la forêt

Après avoir coupé leurs forêts pour le développement non durable de leur agriculture, le régime des pluies a été modifié. Cela aurait handicapé l’agriculture pour une population en pleine croissance, asséché les sources vitales d’eau et probablement déstabilisé le pouvoir politique et religieux. Ces causes auraient participé à leur disparition. En d’autres termes les sécheresses répétées qu’ont subit les mayas ont été engendrées par la perte de services écologiques forestiers faisant suite à la déforestation.

Serions-nous sur la même voix que les Mayas ?

Aujourd’hui, particulièrement dans les pays tropicaux, près de 13 millions d’hectares de forêts disparaissent chaque année. Une question se pose : Suivrons-nous le même chemin que les Mayas ?

Pour ne parler que des services forestiers liés aux précipitations, les scientifiques ont établi ces dernières années un lien de plus en plus fort entre la configuration des précipitations et les forêts tropicales.

En 2005, la NASA a révélé que les feux de forêts et leurs fumées empêchent la formation des nuages, et réduisent la chute de pluies. En 2009, les Rapports de l’Académie Nationale des Sciences indiquent que les déforestations historiques en Inde ont causé un changement de la mousson, réduisant jusqu’à 30 % les précipitations.

Des conséquences peuvent s’observer au-delà de la seule région où sévit la déforestation. L’Amazonie influence ainsi les pluies jusqu’au Texas ; la forêt humide d’Amérique Centrale affecte les précipitations dans le Midwest ; et les forêts tropicales d’Asie du Sud-est ont un impact sur la chute de pluies en Chine et jusqu’aux Balkans. Certains scientifiques soutiennent que les forêts sont un facteur clé des précipitations au niveau planétaire. Agissant comme des pompes, les forêts pourraient pousser les précipitations, des zones côtières jusqu’à l’intérieur des continents. En d’autres termes, la perte d’une forêt peut entraîner la sécheresse jusqu’à l’intérieur des continents comme ce que l’on observe aujourd’hui en Australie.

Alors, le 22 décembre 2012 quand la fin du monde n’aura pas eu lieu, il sera peut-être temps de se rappeler que c’est la consommation de la forêt qui a pu entraîner la perte des Mayas. Peut-être voulaient ils simplement nous prévenir de ne pas reproduire leur erreur au niveau planétaire ?

En ces temps de fêtes et de grande consommation, nous devrions pouvoir tous répondre à ces questions pour ne pas risquer de reproduire leur erreur : Ne serait il pas temps que mon chapon ne soit plus nourri avec du soja issu de la déforestation ? Que mon papier cadeau soit fabriqué en papier recyclé ? Que mes chocolats ne contiennent plus d’huile de palme issue de la déforestation ? Ou enfin que les chaussures en cuir que je vais acheter en soldes en janvier ne soient pas issues d’élevages bovins brésiliens qui déboisent l’Amazonie ?

Auteur : Boris Patentreger cofondateur d’Envol Vert

La rédaction vous conseille aussi :

  • RIPOSTE VERTE

    Merci pour ces rappels de bon sens et cette analyse de la prédiction… si jamais, elle pouvait avoit autant d’écho(s) que toutes les plaisanteries complètement futiles faites pré-21/12/2012 et qui ne posent aucune question !

    Au fait, pourquoi parle-t-on de disparition des Mayas ? les habitants actuels de ces contrées ne sont-ils pas leurs descendants ? ne devrait-on pas par le de disparition de l’empire Maya (forme politique) plutôt ?

    Cyril

  • ENVOL VERT

    Il s’agit en effet de la disparition de la civilisation maya, il existe des descendants maya en Amérique centrale.
    Boris