Le gorille de Cross River est reconnu comme une sous-espèce du gorille des plaines occidentales vivant dans la zone frontière entre le nord du Cameroun et le Nigeria. L’espèce y est en danger critique d’extinction.

gorille de cross river ou gorille de diehl

Gorille de Cross River. © African Conservation

Le gorille de Cross River vit probablement dans trois localités distinctes au Nigéria et dans une quatrième partagée avec le Cameroun. Les estimations sont approximativement de 75 à 110 individus restant au Nigéria. Le résultat des observations menées en 2000 et 2001 indique qu’il pourrait y avoir jusqu’à 180 gorilles de Diehl au Cameroun. Avant cela, seuls était connu une centaine d’individus de gorilles de Cross River (Gorilla gorilla diehli) dans la réserve forestière de Takamanda.

Répartition et habitats du gorille de Cross River

Le gorille de Cross River, Gorilla gorilla diehli, habite les forêts feuillues humides tropicales et subtropicales et submontagnardes aux altitudes de 200 à 2 000 m.  Il n’est pas évident que les gorilles de Diehl montrent une préférence d’habitats dans leur aire actuelle. On les rencontre à des altitudes variant entre 100 – 2 000 m mais leur distribution actuelle semble plus être corrélée aux pressions humaines et à la présence de pentes qu’au type d’habitat présent. Au Nigéria, ils vivent actuellement presque entièrement sur les terrains les plus escarpés des montagnes d’Afi et de Mbe et dans les zones les plus en amont des fleuves Asache et Mache sous le plateau d’Obudu du Nigéria. Dans ces régions, la forêt est souvent interrompue par des falaises et des affleurements rocheux. Au Cameroun, les nids se trouvent en forte concentration uniquement dans les régions de collines (200 à 2 000 m) dans les forêts de Takamanda, Mone et Mbulu. C’est parmi ces localités que l’espèce a été collectée par Diehl. Cette distribution est peut-être la conséquence d’une pression de chasse qui s’est exercée à long terme.

Comment vit un gorille de Diehl ?

Les gorilles évoluent principalement au sol. La grande taille du gorille ainsi que ses habitudes alimentaires basées essentiellement sur la consommation de feuilles font que l’animal passe plusieurs heures par jour à se nourrir.

À l’est, les fruits occupent une place beaucoup moins importante dans le menu des gorilles qu’en Afrique de l’Ouest. Ajoutons qu’à l’est, les gorilles ont beaucoup moins tendance à se diviser en plusieurs petits groupes temporaires comme c’est le cas en Afrique de l’Ouest, où les animaux se déplacent sur des distances importantes à la recherche des quelques fruits mûrs. Les groupes de gorilles peuvent contenir jusqu’à 30 à 40 individus, mais en général leur nombre varie entre 5 et 10.

Seules quelques observations directes de gorilles de Diehl ont été faites. Presque toute l’information sur leur écologie et leur comportement dérive d’observations de leurs nids, de leurs sentiers d’alimentation et de comptes rendus par des chasseurs locaux. Les rassemblements de nids suggèrent que la taille des groupes est en général petite (moins de six individus sevrés) bien que des groupes beaucoup plus grands peuvent aussi se rencontrer. Dans les monts Afi, la distribution des dortoirs suggère qu’un groupe aussi important que 20 individus se divise parfois en plusieurs unités d’alimentation.

En ce qui concerne la structure de groupe, les gorilles forment des harems. Les femelles adultes à l’intérieur d’un groupe social n’ont, la plupart du temps, aucun lien de parenté et les liens sociaux qui existent entre elles sont faibles. Contrairement à un grand nombre de primates, ce n’est pas la cohésion entre les femelles mais plutôt le lien qui unit chacune d’entre elles au mâle qui maintient l’unité du groupe. La maturité atteinte, les mâles et les femelles quittent leur groupe natal. Les femelles se joignent habituellement à un autre groupe ou à un seul jeune mâle adulte, tandis que les mâles restent solitaires jusqu’à ce qu’ils puissent attirer des femelles et établir leurs propres groupes.

Comment reconnaître un gorille de Diehl ?

Les mâles mesurent généralement 165-175 cm pour un poids variant entre 140 et 200 kg. Les femelles mesurent quant à elles environ 140 cm pour un poids de 100 kg.

Singe à large poitrine et au poil relativement égal, avec une face et un torse noir glabre et de petites oreilles. Les arcades sourcilières sont marquées et jointives et le bord des narines est relevé.

Les gorilles de Diehl ne sont pas être très faciles à distinguer des gorilles des plaines occidentales mais ils en diffèrent de manière significative par leurs mensurations crâniennes, et en particulier la surface moyenne des molaires et prémolaires, et l’absence habituelle, ou au moins un développement relativement faible, de la crête sagittale chez beaucoup de mâles.

Ces différences ont été associées à une modification du comportement liées à une fréquentation d’habitats plus ouverts ; ces caractères pourraient également être associés à une plus faible abondance de fruits dans les habitats d’altitudes et/ou avec de longues saisons sèches. Il est cependant difficile de savoir comment la morphologie particulière des gorilles de Diehl s’est réalisée. Est-elle due à une spécialisation de leur alimentation dans les habitats qu’ils occupent actuellement ? Ou aux habitats dans lesquels ils se sont différenciés à l’origine et/ou auxquels ils se sont le mieux adaptés.

À cet égard l’écosystème unique de forêt de montagne qui autrefois existait sur une grande superficie du plateau d’Obudu et d’autres secteurs des montagnes de Bamenda représente peut-être mieux l’habitat dans lequel le taxon a évolué.

Auteur : Jérôme MOKOKO IKONGA pour le Manuel des aires protégées d’Afrique francophone (extrait)

La rédaction vous conseille aussi :