Une très large proportion (>80%) des gorilles des plaines occidentales vivrait au Congo Brazzaville, surtout dans le nord, massivement couvert de forêts de terre ferme et inondées, mais aussi à un moindre degré au centre et dans le sud-ouest du pays.

les gorilles des plaines occidentales

Gorille des plaines occidentales © J Mokoko Ikonga

Les résultats des inventaires présentés en 2008, suite aux travaux menés entre 2006 et 2007 ont permis d’identifier 2 500 nids de gorilles sur 526 km. L’estimation de la taille de la population de gorilles est d’environ 126 000 individus.

Cette population de gorilles est menacée en raison de l’exploitation forestière et du braconnage.L’explosion de la fièvre hémorragique à virus Ébola à la fin des années 1990 constitue une grande menace pour l’espèce. On pense que la chasse commerciale et la fièvre hémorragique à virus Ébola ont réduit la population de gorilles des plaines occidentales de plus de 50 % ces trois dernières décennies, ce qui place désormais l’espèce parmi les espèces en danger sur la liste rouge de l’IUCN. Dans le site de Lossi, en République démocratique du Congo, entre la fin 2001 et le début 2002, l’épidémie due au virus Ébola, s’est déclarée et les chercheurs ont vu mourir 130 gorilles sur les 143 qu’ils suivaient. De nouveau, entre octobre 2003 et janvier 2004, 91 gorilles sont morts sur le groupe de 95 que les chercheurs avaient ciblés. La consommation de la viande de gorille est traditionnelle parmi certains groupes ethniques dans le nord Congo, mais la demande de cette viande s’est accrue dans les villes et les cités du Congo et des pays voisins. Les mesures de conservation dans la sous-région Afrique centrale constituent une véritable préoccupation. Ainsi, la mise en place des plans d’action nationaux ou sous-régionaux, la création des sanctuaires, la surveillance de la fièvre hémorragique à virus Ébola, la lutte anti-braconnage, l’éducation environnementale font partie des programmes gouvernementaux pour assurer la survie de l’espèce.

Les actions prioritaires visent à :

  • Renforcer la mise en application des lois,
  • Renforcer la surveillance dans les aires protégées,
  • Développer un système de surveillance contre les activités illégales visant les gorilles,
  • Entreprendre davantage de recherche sur le statut, la distribution et la biologie des gorilles,
  • Améliorer la coordination de la recherche et du suivi des populations de gorilles,
  • Renforcer la recherche sur les vaccins contre le virus Ébola,
  • Développer les sources de revenus alternatives pour les communautés rurales.

Répartition et habitats

Le gorille des plaines occidentales, Gorilla gorilla gorilla est l’espèce nominale du genre Gorilla (Savage, 1847 ; Saint-Hilaire, 1852). C’est le taxon le plus répandu et celui dont l’aire de répartition est la plus vaste, s’étendant sur sept pays d’Afrique centrale : Angola (Cabinda seulement), Cameroun, République centrafricaine, Congo Brazzaville, République démocratique du Congo, Guinée équatoriale et Gabon. Sa distribution est limitée par l’océan Atlantique à l’ouest, au sud par la limite de la zone forestière juste au nord de l’embouchure du fleuve Congo, à l’est par les fleuves Congo et Oubangui, et au nord par la rivière Sanaga (à l’exception de la petite population relique de la forêt d’Ébo, au Cameroun, dont l’appartenance taxonomique n’est pas encore tout à fait claire, mais semble être G. g. gorilla, même si elle se situe au nord de la Sanaga.

Les gorilles des plaines occidentales habitent les forêts tropicales primaires et secondaires à des altitudes allant du niveau de la mer à 1 300 m (e.a. à Monte Alen et Monte Mitra en Guinée équatoriale). La présence et la densité des gorilles semblent être étroitement corrélées à la végétation herbacée terrestre, en particulier, les monocotylées (y compris des gingembres et des palmiers).

Les gorilles occidentaux semblent être absents des zones proches des villages et des forêts secondaires fortement perturbées, évitant les routes utilisées et les plantations. Les gorilles préfèrent les sites où les herbes comestibles sont plus abondantes et c’est souvent le cas dans la vieille forêt secondaire.

Identification et Biologie des gorilles des plaines occidentales

Les mâles mesurent généralement entre 140 et 185 cm pour un poids variant entre 160 et 210 kg. Les femelles mesurent quand à elle entre 130 et 150 cm pour un poids variant entre 68 et 114 kg.

Les gorilles vivent généralement en groupes, dominés par un mâle appelé dos argenté. Sur le site de Mbéli Baï, une clairière située au parc national de Nouabalé Ndoki au Congo, où les gorilles sont suivis quotidiennement par une équipe de chercheurs, en fin 2004, par exemple, la population fréquentant cette clairière comprenait 121 gorilles. Elle était constituée de 14 groupes et 11 dos argenté solitaires. Chaque groupe peut comprendre entre 7 et 18 individus. Il y a une compétition vigoureuse entre les mâles pour la conquête des femelles et ces premiers luttent pour protéger leurs femelles et leurs petits contre d’autres groupes ou des mâles solitaires en quête de conjointes. Il peut y avoir transfert de femelles d’un groupe à un autre, aussi bien pour trouver de nouveaux conjoints (dans le cas où le seul mâle adulte du groupe est son père), qu’à la suite d’une interaction agressive qui se produit quelquefois avec un autre dos argenté qui réussit à la détourner de son groupe d’origine.

Quand les jeunes mâles parmi les descendants atteignent la maturité, ils se détachent généralement du groupe pour devenir des individus solitaires. Ils acquièrent la maturité physique pendant cette période en devenant des mâles dos argentés typiques. À ce stade de la vie, ils peuvent concurrencer des dos argentés d’un groupe en vue de ravir leurs femelles, dans le but de constituer leurs propres groupes. En cas de décès du dos argenté, que ce soit pour une cause naturelle ou dans les cas extrêmes à la suite d’une bagarre avec un autre mâle, son groupe est en débandade et les femelles cherchent à s’attacher à un autre groupe ou un autre mâle dos argenté. Cette période est à haut risque pour les femelles avec des enfants très jeunes, du fait qu’elles courent le risque de perdre leurs petits à cause du nouveau mâle. Les mâles ont la réputation de tuer les petits dont le père a été un compétiteur pour tenter de se reproduire très rapidement avec la femelle et donner leur propre descendance.

Les fruits constituent l’aliment de base des gorilles. L’autre base alimentaire du gorille est constituée par les plantes aquatiques Hydrochaerus chevalieri, qui ressemble aux nénuphars. Les gorilles se nourrissent aussi régulièrement des herbes et de carex comme Rynchospora corymbosa, qui ressemble aux Ciboules.

Auteur : Jérôme MOKOKO IKONGA pour le Manuel des aires protégées d’Afrique francophone (extrait)


La rédaction vous conseille aussi :