Généralement utilisée pour la couverture des toits, l’ardoise a de nombreux autres usages, souvent méconnus. Elle peut être utilisée en dalles sur les terrasses, sur les toitures plates, mais aussi en bardage.

ardoise bardage

L’ardoise s’invite en bardage, comme synonyme de design, efficacité énergétique, durabilité et élégance.

La France demeure l’un des premiers marchés mondiaux pour l’ardoise. Le marché français concentre à lui seul 30 % de la production mondiale, selon la Fédération des professionnels de l’ardoise naturelle (FPAN), l’ardoise recouvrant 14% des toits en pente. Ce matériau couvre monuments, châteaux, églises sur l’ensemble du territoire… La rénovation de ces toitures anciennes reste le marché le plus porteur pour l’ardoise (environ 80%).

Mais les évolutions architecturales offrent de nouveaux débouchés : toitures plates en maisons individuelles, dalles sur les terrasses, mais aussi sur les façades, en bardage. L’ardoise est désormais aussi utilisée en décoration intérieure : en carrelage au sol ou au mur, dans la salle de bains, pour des plans de travail dans la cuisine, en revêtement décoratif intérieur…

L’ardoise naturelle s’invite en bardage

Immeubles de plusieurs niveaux ou habitats individuels… l’ardoise en bardage, tel que le système danois Cupaclad, constitue un choix architectural moderne et durable pour protéger les façades neuves ou en rénovation. Ce matériau « sain et naturel » a une durée de vie presque inégalée ; sa longévité pour une toiture est de l’ordre d’une centaine d’années. Naturellement résistante aux intempéries et d’une couleur durable dans le temps, sans entretien, l’ardoise naturelle représente donc une solution pérenne pour l’enveloppe des bâtiments.

Issue des roches sédimentaires, l’ardoise naturelle constitue une bonne protection pour la maison. Imperméables à la pluie, non-poreuse et non gélive, les ardoises naturelles résistent à la pluie, à la neige et au soleil. Elles permettent des couvertures pérennes et respectueuses de l’environnement, solides, et dont le remplacement est facile en cas de casse ou de détérioration.

Auteur : Raphaël Petit, journaliste du webzine Natura-sciences.com


La rédaction vous conseille aussi :