Le rhinocéros noir, Diceros bicornis, est actuellement, au niveau du continent africain, une espèce « en danger critique d’extinction (CR) ». La population sauvage est estimée à 3 500-4 000 individus et environ 250 animaux existeraient en captivité. 

rhinocéros noir

Rhinocéros noir en Tanzanie, Nau gorongoro © Awely

En Afrique francophone et au cours des dernières décennies, cet ongulé a été exterminé en République centrafricaine et au Tchad à cause du braconnage. Des informations datant de 2006 tendraient à confirmer l’extinction (EX) de la très petite population de rhinocéros qui survivait dans les savanes du Nord-Cameroun ; le dernier aurait été observé de façon sûre en 1996.

Le rhinocéros noir était jadis distribué du Nord-Cameroun à l’Afrique de l’Est et australe dans des habitats très variés allant des savanes sèches arbustives et arborées à la forêt, jusqu’à une altitude de 2 700 m. La chasse abusive de cette espèce au cours des dernières décennies a considérablement réduit les effectifs des populations ainsi que leur distribution. L’espèce a disparu du Tchad, et certainement du Cameroun, et occupe actuellement une aire très morcelée entre l’Afrique orientale et l’Afrique australe.

Comment vit un rhinocéros noir ?

Le rhinocéros noir se complait dans des habitats riches en arbustes et jeunes arbres (jusqu’à 4 m de hauteur) allant des savanes arbustives à arborées aux fourrés denses au sein desquels il peut trouver suffisamment d’ombre. Il peut également fréquenter des plaines marécageuses au cours de la saison sèche.

Cet herbivore est généralement solitaire et la seule unité stable est celle de la mère et de son jeune. L’association d’un mâle et d’une femelle, à l’exception de la période de reproduction, est transitoire. Plusieurs individus peuvent également cohabiter autour des points d’eau ou des salines mais de façon temporaire. Le rhinocéros noir est sédentaire et, bien que non réellement territorial, il tend à demeurer dans le même domaine vital qui peut chevaucher les territoires occupés par d’autres mâles. Il peut être plus ou moins nomade si ses lieux de pâturage sont éloignés des points d’abreuvement. La taille du domaine vital et sa localisation varient en fonction des espaces occupés par les femelles, des points d’eau et de la disponibilité des ressources alimentaires, ainsi que du statut de dominance des individus. Les mâles peuvent s’affronter violemment pour affirmer leur supériorité. Les territoires sont marqués par les défécations, sous forme de latrines utilisées par plusieurs individus ou le long des sentiers (après avoir dispersé les crottes avec les pattes postérieures) et des dépôts d’urine sur les buissons.

La gestation dure 450-480 jours et conduit à la naissance d’un seul petit. L’intervalle entre les naissances est de 2,5 à 4 ans. Pendant quelques semaines après la mise bas, la femelle demeure dans une végétation fermée et protège activement sa progéniture ; elle est alors très irascible. Elle se sépare de son jeune lorsqu’il atteint 2-4 ans, au moment d’une nouvelle mise bas.

Le rhinocéros noir est un brouteur dont le régime alimentaire, au sein de son aire de distribution, comporte 190 différentes espèces. Sa lèvre supérieure préhensile lui permet de saisir délicatement les parties des plantes, même épineuses, qu’il sélectionne. Les légumineuses et diverses espèces appartenant aux genres Commiphora spp., Euphorbia spp. (dont certains réputés très toxiques), Hibiscus spp. constituent une bonne part de sa nourriture. Quelques graminées et diverses plantes herbacées entrent dans son alimentation au cours de la saison des pluies.

Cet herbivore fréquente assidûment les salines qu’il creuse avec ses cornes. Il est dépendant de l’eau mais peut demeurer plusieurs jours sans boire si son alimentation est suffisamment aqueuse. Il creuse également le lit des rivières avec ses pattes avant pour atteindre de petites nappes d’eau souterraines.

A quoi ressemble un rhinocéros noir ?

Le rhinocéros noir, comme l’éléphant et la girafe, fait partie des mégaherbivores. Il se présente comme un animal puissant, pesant jusqu’à 1 tonne, avec le dos légèrement ensellé et reposant des membres courts et robustes. La couleur de la robe est gris foncé mais tend à prendre la couleur du sol sur lequel il vit à force de bains de boue et de poussière. La peau est épaisse, pratiquement dépourvue de poils à l’exception de franges de poils aux extrémités des oreilles et des soies qui terminent la queue (qui est arrondie). La peau est pourvue de replis qui forment des plaques sur le cou, la poitrine et au-dessus des genoux. La tête est massive, allongée, portée par un cou puissant, avec des oreilles assez grandes et légèrement pointues. Elle se termine par un museau constitué d’une lèvre supérieure musclée, triangulaire et mobile qui forme une sorte de doigt préhensile. Les yeux sont petits, boursouflés, portent de longs cils et sont placés en avant, pratiquement au milieu de la tête. Les membres sont courts, massifs, musclés, semblables à des piliers et terminés par trois doigts portant des ongles robustes visibles sur les empreintes au sol. Les pieds antérieurs sont plus grands que les postérieurs et supportent le poids des épaules, du cou et de la tête de l’animal. Les coussins des soles plantaires sont rugueux et plus ou moins crevassés. Ils laissent des traces uniques pour chaque animal.

Les cornes sont présentes chez les deux sexes. Elles sont constituées de kératine et ne se développent pas à partir de la peau. Elles ne sont pas issues de l’os du crâne. Situées sur le nez et le front, elles sont de dimensions inégales, l’antérieure étant généralement plus longue, et à croissance continue. Leur forme est également variable et dépendante des conditions de milieu. L’antérieure peut être verticale et légèrement recourbés en arrière ou au contraire parfois être presque horizontale. Leur taille moyenne est d’environ 75-80 cm mais peut atteindre 130 cm.

Le rhinocéros noir a une vue médiocre mais une ouïe et un odorat très développés. Il émet différents bruits comprenant des reniflements, soufflements, grognements ou des sons plus aigus lorsqu’il rencontre des congénères, au moment des combats entre mâles ou lorsqu’il est effrayé.

Le rhinocéros noir ne craint aucun des grands prédateurs mais les lions et les hyènes tachetées s’attaquent aux jeunes, causant une forte mortalité dans les deux premières années de sa vie. En milieu naturel, la longévité du rhinocéros noir est d’environ 40 ans.

Auteur : Pierre Poilecot pour le Manuel des aires protégées d’Afrique francophone (extrait)

La rédaction vous conseille aussi :