Le dimanche 13 mai, le Capitaine Paul Watson, fondateur de l’ONG Sea Sheperd, a été arrêté à Francfort et est aujourd’hui menacé d’extradition vers le Costa Rica pour des actions à l’encontre de braconniers de requins datant de 2002. Libéré sous caution lundi dernier, il reste assigné à résidence en Allemagne le temps que la cour étudie les informations fournies par le Costa Rica, dans ce qui apparaît être une affaire totalement politique. Les manifestations de soutien se multiplient.

capitaine paul watsonEnviron 300 personnes se sont réunies mercredi 23 mai au soir sur  le Parvis des Droits de l’Homme du Trocadero à Paris pour demander la libération du capitaine Paul Watson. Principalement vêtus de noir, couleur du drapeau de pirates emblème de l’ONG, ils brandissaient des pancartes aux slogans clairs « relâchez notre capitaine », « libérez Paul Watson, le héros des mers », « Paul Watson extradé, océans en  danger »,  « Quand l’injustice devient la loi… la résistance est un devoir », ou encore « stop shark finning ».

Sea Shepherd appelle  tous ses sympathisants dans le monde à continuer d’écrire et de téléphoner à la Ministre Fédérale de la justice Sabine Leutheusser-Schnarrenberger et au Ministre des Affaires Etrangères Dr. Guido Westerwelle pour leur exprimer leur inquiétude sur cette extradition politique.

De sérieux risques en cas d’extradition

Dans un communiqué, le capitaine Paul Watson redoute la revanche des braconniers « Ce qui m’inquiète, ce n’est pas leur système judiciaire, mais le fait que la mafia du « shark finning » au Costa Rica a mis ma tête à prix et qu’une prison costaricaine, serait l’endroit idéal pour que quelqu’un mette ce contrat à exécution », explique-t-il. En effet, la mafia Taïwanaise bien établie au Costa Rica menace depuis longtemps la vie du Capitaine Watson en raison de ses campagnes activistes contre la pêche illégale aux ailerons de requins. Cette pratique consiste à pêcher les requins, couper et récupérer les ailerons, puis rejeter tout le reste à la mer. Le requin ne peut alors qu’agoniser au fond de l’océan. Ce trafic génère des centaines de millions de dollars par an et constitue une activité aussi lucrative que le trafic de drogue.

«Nous avons fait perdre énormément d’argent aux « shark finners », ces vingt derrières années, et ils veulent leur revanche. Je souhaite obtenir l’assurance absolue que les autorités costaricaines feront tout pour que ma sécurité ne soit pas mise en péril », précise-t-il.

Cette arrestation est « une opportunité pour que le sort qui est réservé aux requins soit mis sur le devant de la scène et que le monde entier réalise qu’il existe un important trafic illégal d’ailerons de requins au Costa Rica », affirme le président de Sea Sheperd. La demande d’extradition est en cours d’étude.

Le livre Entretien avec un pirate construit sous forme de discussion avec Paul Watson sortait le 16 mai 2012… Lire la présentation Sea Shepherd Conservation Society, pour la défense des océans parue sur Natura Sciences à cette occasion.

Auteur : Matthieu Combe, fondateur du webzine Natura-sciences.com

Aller plus loin

Lire l’intégralité du communiqué envoyé par Paul Watson

Signer la pétition pour la libération de Paul Watson

La rédaction vous conseille aussi :

  • Oliv

    Merci et bon courage !

  • BURGER

    Curieuse planète où les criminels sont en liberté et où les défenseurs de ce monde sont emprisonnés. Merci