Qui n’a jamais vu de décharges sauvages en pleine nature ? Des riverains y jettent téléviseurs, frigidaires, et autres appareils ! Dans les pays en développement, les rues pullulent de déchets abandonnés. Dans les campagnes, l’herbe disparaît sous les sacs poubelles et le plastique. Les animaux paissent au milieu de ces détritus. 100 millions de tonnes de déchets attendraient ainsi d’être ramassés. Face à ce constat, l’action « The World Cleanup 2012 » se développe partout dans le monde…

Le mouvement World cleanup 2012 vise à nettoyer les décharges sauvages entre le 24 mars et le 25 septembre dans plus de 80 pays.

Le mouvement World cleanup 2012 vise à nettoyer les décharges sauvages entre le 24 mars et le 25 septembre dans plus de 80 pays.

La première conférence en vue de l’action « The World Cleanup 2012 » s’est tenue à Tallinn en Estonie du 12 au 15 janvier derniers. Celle-ci a été initiée par le mouvement Let’s Do It Monde. On compte déjà la participation de 82 pays à cette action. Le but affiché est d’initier un nettoyage national dans le plus grand nombre de pays. Le principe est simple : Chaque pays organise une journée entre le 24 mars et le 25 septembre 2012 pour nettoyer les décharges illégales dans la nature. L’opération française devrait avoir lieu le 22 septembre 2012. Toutes les mains sont acceptées : volontaires, bénévoles, partenaires publics et privés, associations et ONG.

Par cette action, l’objectif est de sensibiliser l’opinion publique mondiale sur les solutions à mettre en place et les comportements à adopter pour réduire les déchets qui prolifèrent un peu partout. « En organisant l’action du Nettoyage Mondial 2012, les responsables ne cherchent pas uniquement à rendre propres leur pays et leurs villes, mais surtout à sensibiliser la conscience mondiale sur les questions liées aux déchets clandestins », a précisé Tiina Urm, responsable de la communication à Let’s do it Monde.

L’objectif principal de cette première conférence était la préparation des actions conjointes qui auront lieu cette année. Les retours d’expériences des pays qui ont déjà organisé une opération de nettoyage les années précédentes ont permis des échanges de solutions pour sensibiliser le public, les pouvoirs publics et les entreprises à la problématique de prolifération de déchets. Des ateliers ont également permis de partager et trouver des solutions pratiques pour réduire la quantité de déchets et susciter des collaborations.

Des déchets trop bien acceptés par les populations

La conférence a pointé un problème récurrent dans l’ensemble des pays : Le refus de reconnaître, trop souvent par ignorance, que la prolifération des déchets est un vrai problème qu’il faut combattre rapidement. Par exemple, « Au Népal, le plus grand défi est de faire reconnaître ce problème à la population », a expliqué Prabin Praudel, délégué du Népal. « La majorité des Népalais ignorent comment recycler les déchets ou comment réduire le montant des déchets produits », a-t-il ajouté.

Selon Joan Marc Simon du mouvement Zero Waste, le problème est plus lié à la faible sensibilisation des populations qu’à un manque de technologie. Il met en garde également contre les informations, législations et politiques inadéquates.

Plusieurs équipes ont insisté sur l’importance de sensibiliser les enfants le plus tôt possible à la protection de l’environnement. Ceci doit se faire à travers le développement de programmes scolaires dédiés. Les ateliers ont également soulevé la nécessité de reformer le système fiscal pour soutenir le développement de modes de production plus verts et de favoriser l’éco-conception des produits pour éviter le suremballage ! Dossier à suivre dans les prochains mois et rendez-vous le 22 septembre !

Auteur : Matthieu Combe, fondateur du webzine Natura-sciences.com

Pour aller plus loin

Liste des pays participants

Blog de Letsdoitfrance


La rédaction vous conseille aussi :

  • djedji clement

    bj tout le monde je voudrais que les volontaires et les partenaires de let’s do it m’aide à nettoyer les agglomeration urbaine de la commune de calavi au benin