Réduire la hausse des températures dues au réchauffement climatique à 2°C est désormais presque impossible selon l’étude Low Carbon Economy Index du cabinet de consultants PricewaterhouseCoopers (PwC). Au rythme d’évolution actuel des émissions de gaz à effet de serre, le réchauffement climatique pourrait donc atteindre au moins 6°C d’ici la fin du siècle.

réchauffement climatique +6°C d'ici 2100

Le réchauffement climatique est en cours. Le limiter à une hausse de 2°C semble de plus en plus compromis. Les +6°C semblent plus probables. © Señor Codo sur Flickr

L’intensité carbone de l’économie mondiale a diminué de moins de 1 % durant les quatre années depuis que la baisse s’est amorcée. Ce rythme a été de 0,7 % en 2011. Selon l’étude de PwC, ce rythme a été lent malgré l’attention portée par la communauté internationale aux changements climatiques. La crise financière en a freiné la progression. Or, pour atteindre l’objectif de 2°C il aurait fallu réduire l’intensité carbone de 3,7 % par an…

Et aujourd’hui, avec le recul accumulé, l’effort doit être amplifié ! Selon PwC, l’intensité carbone mondiale doit diminuer de 5,1% par an, un taux jamais atteint depuis 1950 ! Autant dire que le défi à relever est considérable. Ce n’est pas une « tactique de choc », mais « un simple calcul mathématique », insisteThierry Raes, associé fondateur du développement durable et des changements climatiques chez PwC. « Nous ignorons l’ampleur de la transformation et des innovations techniques nécessaires. Quel que soit le scénario ou la réponse, il n’est plus possible de faire comme si de rien n’était. », ajoute-t-il.

Un réchauffement climatique bien présent

« L’avenir est bien plus difficile à prévoir. Même en doublant nos taux mondiaux de décarbonisation chaque année jusqu’en 2050, le réchauffement climatique atteindrait encore 6°C ; les ambitions des États de limiter le réchauffement à 2°C paraissent donc tout à fait irréalistes », prévoit Thierry Raes. « Nous devons désormais, pendant les 39 prochaines années, atteindre un objectif jamais réalisé jusqu’ici », ajoute-t-il.

Laprochaine conférence des Nations unies sur le changement climatique se déroulera à Doha, au Qatar, du 26 novembre au 7 décembre prochains. Ce rapport montre que nous avons passé un cap critique et qu’il est plus que grand temps d’aboutir à un accord mondial ambitieux et contraignant. Cela semble loin d’être gagné.

Auteur : Matthieu Combe, fondateur du webzine Natura-sciences.com


La rédaction vous conseille aussi :

  • jipebe29

    C’est vraiment curieux : plus le plateau de Tglobale perdure (depuis 1997!), plus les prévisions de réchauffement, faites par des « experts » notoirement incompétents en climatologie, sont cataclysmiques.

    C’est sans doute cela l’intégrisme climatique….

  • jipebe29

    Il est clair que ce cabinet a tout intérêt à présenter le futur climatique sous un jour cataclysmique. Il est donc juge et partie, et donc cette étude foireuse ne vaut pas tripette…

  • chria

    jipebe, tu as besoin de retourner à l’école
    http://www.skepticalscience.com/pics/NCDC_Escalator.gif

    Bon cours !

  • chria

    « plus les prévisions de réchauffement, faites par des « experts » notoirement incompétents en climatologie »
    Jipebe, jipebe revient, parce que la climato, elle a besoin de toi ! ! !
    Non mais qu’est-ce qu’on rigole avec Jipebe. C’est la science de comptoir portée à son apogée.

  • jipebe29

    @Chria
    Comment osez-vous soutenir une étude faite par des incompétents, et qui bafoue les pires prévisions du GIEC, en étant deux fois plus fortes? Ha oui, bien sûr, il faut en remettre une bonne couche, car ce plateau de T depuis 1997, et de plus en plus de publications, commencent à affoler les alarmistes du climat…

    En tout cas, je suis ravi de vous faire rire jaune….