Le tri devient de plus en plus répandu dans les ménages. Malheureusement, les consignes de tri sont rarement parfaitement connues. Les erreurs de tri sont multiples, d’autant plus que les consignes sont rarement uniformisées. Voici quelques conseils pour les éviter !

recyclage tri

Pour diminuer les erreurs de tri, imprimez le guide de tri de Natura Sciences ! © Matthieu Combe/Julie Miseray

« Dois-je mettre le couvercle de mon bocal dans le bac jaune ou avec les autres déchets ? Cette boîte métallique est-elle recyclable ? Et cette casserole ? » Voici quelques questions répandues. Pour être sûr de ne pas faire d’erreur, le plus simple est de se référer au guide de tri qui est distribué chaque année dans votre boîte aux lettres. Si ce n’est pas le cas, renseignez-vous en mairie. Vous pouvez également imprimer le guide de tri de Natura Sciences !

Rappelons que les consignes de tri varient entre les communes. Certaines communes acceptent les bouteilles d’huile et les pots de yaourt, d’autres les refusent. La couleur des bacs de tri n’est pas non plus harmonisée : il peut être marron, vert ou jaune. Le nombre de bacs peut varier, la collecte peut se faire en porte à porte ou en apport volontaire. La collecte peut ramasser ensemble ou séparément le papier, le carton, le verre et le plastique.

Augmenter le recyclage, diminuer l’incinération

Le tri est sensiblement entré dans les mœurs en France, mais des progrès sont encore à faire. L’ADEME estime qu’entre 100 et 150 kg par habitant par an pourraient faire l’objet de gestes de prévention tels que le compostage domestique, la baisse du gaspillage alimentaire, l’amélioration du recyclage des papiers, cartons, plastiques, métaux et verre. On relève notamment dans ce gisement 7 kg de produits alimentaires non consommés, encore emballés.

Le recyclage des déchets permet de retirer certains éléments indésirables à l’incinération. Il s’agit des substances incombustibles comme les métaux ou le verre, les déchets dangereux et certains plastiques susceptibles de générer des polluants atmosphériques. Il s’agit aussi des composes organiques humides, car en cas d’humidité trop importante, il peut être nécessaire d’ajouter des combustibles fossiles pour assurer une bonne incinération. Le retrait d’une certaine part des matières organiques, que l’on destine au compostage, permet ainsi de diminuer l’humidité et donc d’augmenter le rendement énergétique du procédé.

Si le recyclage n’est pas encore envisageable aujourd’hui pour la totalité des déchets, pour des raisons techniques et ou économiques (matériaux trop petits, disperses ou souillés, absence de filière industrielle), un engagement plus marqué, un meilleur respect des consignes de tri, ainsi que le développement de nouvelles technologies de valorisation pourraient permettre d’améliorer le recyclage.

Quelques erreurs de tri répandues

Il est souvent écrit dans les consignes de tri qu’il ne faut pas mettre les déchets recyclables dans des sacs poubelles. Pourtant, beaucoup de personnes ne respectent pas encore cette consigne. Ces sacs ne seront pas ouverts et donc non triés. En fin de tri, toutes les erreurs de tri sont récoltées et envoyées vers un incinérateur ou un centre de stockage.

Il existe des inconvénients économiques et environnementaux aux erreurs de tri. En effet, celles-ci viennent augmenter le cout de collecte et rend plus compliquée l’obtention de subventions. Un déchet non recyclable mis dans une poubelle de collecte sélective est transporté inutilement du conteneur au centre de tri, puis, du centre de tri au lieu d’élimination.

Quelques règles simples sont à retenir pour éviter les erreurs de tri chez vous et en dehors au niveau national ! En premier lieu, il faut savoir que, dans la plupart des cas, tout plastique souple doit être jeté dans la poubelle d’ordures ménagères. Ainsi, les sachets de pain de mie, de gruyère, de pates, les barquettes, etc. sont à jeter dans les ordures ménagères. En revanche, les bouteilles d’eau, de lait ou de jus sont à recycler ; les bouteilles de savon et de shampoing également. Précisons aussi que les verres de table, la vaisselle en verre et les miroirs ont une composition chimique différente du verre d’emballage. Pour cela, ils ne doivent pas être déposés dans les bacs de collecte sélective, mais en déchèterie. Seuls les emballages en verre tels que les bouteilles, flacons de parfum, pots et bocaux doivent l’être !

Poubelles pour le tri sélectif, poubelle ménagère, bac à compost, équipez-vous ! Cela vous facilitera la tâche. Pour le reste, la déchèterie près de chez vous accueillera avec joie le verre non recyclable, les métaux, les déchets dangereux et le bois.

Télécharger le poster en haute qualité

Auteur : Matthieu Combe, fondateur du webzine Natura-sciences.com

La rédaction vous conseille aussi :