Solvay (anciennement Rhodia) a ouvert à Saint-Fons et La Rochelle la première unité de recyclage des terres rares en Europe. Elles recyclent les six terres rares – le lanthane, le cérium, le terbium, l’yttrium, l’europium et le gadolinium – présentes dans les poudres luminophores des ampoules fluocompactes (LFC) en préservant lleurs propriétés d’usage. 

terres rares recyclage solvay

Prélèvement sur une batterie de séparation à La Rochelle. © Solvay

Face aux réductions des exportations de terres rares chinoises, les industriels misent aujourd’hui sur le développement du recyclage pour assurer leur approvisionnement. Dans ce contexte, Solvay a inauguré deux usines pour recycler les terres rares des lampes fluocompactes en fin de vie à Saint-Fons et à La Rochelle. Les deux usines subissaient des tests depuis le printemps. Elles fonctionnent depuis fin septembre de façon industrielle.

En partenariat avec Récylum, l’éco-organisme qui organise la collecte et le recyclage des lampes usagées, l’objectif est de récupérer et retraiter le maximum d’ampoules usagées. En 2011, le taux des LFC ne dépassait pas 35 % en France. Des progrès importants sont encore possibles.

Le procédé de recyclage des terres rares 

Récylum sépare les différents composants des ampoules, puis livre à Solvay les poudres luminophores qui contiennent les terres rares. L’usine de Saint-Fons a en charge l’extraction du concentré de terres rares des poudres fournies. L’usine de La Rochelle s’occupe du retraitement et de la séparation des composés de façon à obtenir les six éléments désirés.

Dans l’usine de La Rochelle, la poudre de terres rares est craquée à haute température dans un four chauffé à haute température. Les blocs obtenus sont broyés et remis en suspension. Ils sont alors lavés, filtrés et attaqués à l’acide nitrique avant d’être séparés par extraction liquide-liquide. Au final, les six terres rares sont récupérées à une pureté proche de 100 %. Elles peuvent alors être vendues aux fabricants d’ampoules fluocompactes pour fabriquer de nouvelles ampoules.

Les usines sont dimensionnées pour traiter plusieurs centaines de tonnes de poudres par an. Solvay a prévu de pouvoir augmenter les capacités à  moyen terme si les volumes disponibles venaient à augmenter significativement.

Un recyclage des terres rares attendu

La Chine fournit environ 95 % de la production mondiale de terres rares.En réduisant ses exportations chaque année depuis 2006, la Chine fait exploser les prix et déstabilise le marché des terres rares. Face à cette protection que les pays développés jugent illégale, ils n’ont pas hésité à porter plainte contre la Chine auprès de l’Organisation mondiale du commerce en mars 2012.

Solvay se dit également prêt à recycler les terres rares issues d’aimants permanents. Si elle travaille d’ores et déjà avec des entreprises spécialisées dans le recyclage d’aimants permanents, l’entreprise pointe du doigt le fait que les aimants d’éoliennes ou voitures hybrides ne sont pas encore disponibles pour le recyclage aujourd’hui. Un vaste terrain de développement !

Auteur : Matthieu Combe, fondateur du webzine Natura-sciences.com


La rédaction vous conseille aussi :