Le duo des Tit’Nassels lance sa nouvelle tournée le 28 avril à La Dyriamo de Toulouse. Celle-ci présentera sur scène le dernier CD « Même pas mal » paru en octobre dernier. L’occasion était rêvée pour vous présenter ce duo atypique et profondément humaniste, aux belles sonorités de chanson française.

Axl et Sophie des Tits' Nassels préparent la tournée Même pas peur du CD Même pas mal. R. Bobiglione

Axl et Sophie des Tits’ Nassels préparent la tournée Même pas peur du CD Même pas mal. R. Bobiglione

 « Même pas mal, c’est un petit clin d’œil à notre carrière, car cela fait 13 ans qu’on tourne ensemble et même pas mal ! », déclare Axl, guitariste et chanteur du duo Les Tit’nassels. Et pour couronner le tout, la tournée débutant le 28 avril s’intitule « Même pas peur » !

Une longue histoire d’amitié

Axl et Sophie sillonnent les routes de France ensemble depuis 13 ans. Amis au lycée, ils vont ensemble  à la fac à Saint-Etienne. Ils commencent à jouer dans des soirées festives étudiantes, puis se lancent au théâtre de Poche sous le nom d’Axl et Sophie. Ils jouent alors des reprises de Brel, Renaud, Kent et des Beatles tous les jeudi soirs pendant un an. En 1998, ils fondent leur propre répertoire : Les Tit’ nassels sont nées.

Le groupe autoproduit d’abord deux CD : « Et Hep ! » et « Bric-à-Brac ». Puis, après une rencontre avec un label à Lyon, une sélection de 15 titres est réenregistrée la sortie du CD « Pareil » au niveau national. Viennent ensuite « Fonds de Tiroirs », « Crac ! », « Deux, trois trucs », « Pêle-mêle » et « Même pas mal ! ». Concernant ces noms d’albums, « c’est souvent le titre d’une chanson qui nous semble résumer le mieux l’album », assure Axl.

Entièrement autodidactes, ils ont commencé leurs concerts au clavier et à la guitare. « Sophie a amené des petits instruments au fur et à mesure pour donner un peu de couleur aux morceaux », précise-t-il. A présent, le duo ne revendique aucune appartenance à une famille musicale précise, « on peut nous coller l’étiquette que l’on veut », insiste Axl.

Une identité visuelle singulière

Axl et Sophie travaillent avec le même illustrateur depuis leurs débuts. Il s’agit d’Aurélien Durier qui est également un ami de tous les jours. Le coup de cœur s’est produit dès le début : une affiche présentant des pantins avec des boutons de vêtements et des cicatrices. A présent, Aurélien s’occupe de toutes les pochettes d’album et des posters. « Il cerne assez bien nos textes et notre univers » et « a réussi à trouver le bon univers visuel », confie Axl.

Priorité à la scène

S’il y a 5 ans, le duo vendait 15 000 exemplaires de chaque CD, ils n’en vendent aujourd’hui plus que 5 000. Mais « c’est pour tout le monde la même chose, à cause de la crise du disque », insiste Axl. Ainsi, les albums sont devenus de simples outils de promotion aux tournées des artistes.

Interrogé sur le sujet, Axl estime que la loi Hadopi n’a pas de sens, car c’est il y a dix ans que les maisons de disques et le gouvernement auraient dû légiférer. « Aujourd’hui, c’est trop tard », conclue-t-il. Mais le plus important pour le duo a toujours été la scène donc ils accueillent ce changement avec sérénité.

Un duo profondément humaniste

Axl ne voit pas la formation comme un duo politiquement engagé mais  plutôt comme « un duo humaniste ». « Dans les sociétés modernes actuelles, on n’est plus dans l’être mais dans l’avoir», estime-t-il. Il explique que la société est devenue individualiste et que cela se ressent par notre recherche d’un confort matériel toujours plus grand.

C’est également une société de la peur de l’autre « Cela se voit bien actuellement avec la mise en place de concertations sur la laïcité ou avec ce qu’il s’est passé avec les Roms », précise-t-il. « C’est ce qu’a toujours fait le front national, sauf qu’aujourd’hui c’est le gouvernement qui le fait », regrette-t-il. Si le groupe n’avait qu’un seul message à passer, ce serait « d’aller voir les autres, ne pas avoir peur ».

Et l’écologie ?

« Il faut mettre l’outil dans les mains des gens », déclare Axl à propos du tri dans sa ville de Roanne. Il regrette en effet qu’il n’y ait pas un système de ramassage des déchets recyclables chez l’habitant. « Mettre de l’essence dans ma voiture pour aller faire le tri est stupide et pollue, alors que si tout le monde avait trois poubelles, le recyclage serait facilité et les gens le feraient beaucoup plus » projette-t-il.

Encore une fois, Axl regrette le manque de volonté politique de l’Etat de donner les moyens aux préfectures et sous-préfectures. Pour lui, les français pauvres et à revenus moyens ont d’autres priorités, « ils penseront à la planète s’ils ont tout sur place et qu’ils peuvent agir simplement ».

« Ce qu’il y a dans ma discothèque »

Les goûts musicaux d’Axl sont très variés et vont de Rage Against The Machine aux Beatles. Axl écoute actuellement  Alexis HK, Beyrouth, le chanteur suisse Thierry Romanens. Sans oublier les classiques : l’intégrale de Brel, Renaud et Moustaki. Il est ouvert à toutes sortes de musiques mise à part la techno et le funk qui ne lui « parlent pas trop ». En rap, il en est resté à Assassin mais avoue ne pas avoir pris le temps d’écouter ce qui s’est fait depuis.

 Les dates de la tournée sont arrêtées du 28 avril au 18 juin. Des dates supplémentaires s’ajouteront pour cet été et la tournée continuera au mois d’octobre. Réservez vos billets dès à présent pour découvrir ce duo de scène !

Auteur : Matthieu Combe, fondateur du webzine Natura-sciences.com


La rédaction vous conseille aussi :