Vacances propres, l’association de lutte contre les déchets sauvages axe sa nouvelle campagne estivale sur la sauvegarde des coins de nature où les Français partiront en vacances. Objectif : mettre fin aux déchets sauvages !

vacances propres 2016

La campagne 2016 de Vacances propres reprend les mêmes affiches qu’en 2015. PHOTO//Vacances propres

81.000 tonnes de déchets sauvage ont encore été retrouvées dans la nature en 2015. Les chiffres sont alarmants : la pollution du territoire gagne du terrain. « Vacances propres appelle à une prise de conscience générale face à ce fléau environnemental et sanitaire ». La phrase aux allures de sentence, projetée en grand lors de la conférence de presse du 22 juin, donne le ton. Dans une petite salle du sous-sol de l’Association des Maires de France (AMF), Jean-François Molle, président de Vacances Propres, accompagné par une équipe de représentants politiques et d’experts, présente les objectifs de la campagne 2016. Les codes sont similaires à ceux de 2015, affiches tape à l’œil et présence sur le Tour de France cycliste seront toujours d’actualité.

L’heure est d’autant plus grave que seulement 59% des Français estiment que les déchets sauvages sont inadmissibles. Ceci signifie qu’à l’aube des premiers grands départs en vacances, il est tout à fait légitime de craindre de voir les sols de Paris et de Navarre jonchés d’immondices plus polluants les uns que les autres. « Garder les espaces publiques propres est vraiment difficile. Pourtant, nous avons un devoir de protéger les espaces, et un devoir éducatif à tenir. C’est pourquoi, nous, élus locaux, voulons prendre des mesures coercitives » explique André Flajolet, président de l’AMF Pas-de-Calais. Mais la répression n’exclut pas la prévention, et les actions prévues se veulent didactiques.

Lire aussi : Vacances Propres interpelle les pollueurs

Vacances propres contre les déchets sauvages et les perturbateurs endocriniens!

En début de conférence, Jean-François Molle était très fier d’annoncer le soutien d’un parrain exceptionnel pour la campagne estivale 2016. Ce dernier n’est autre que Jean-Michel Cousteau, président de l’association Green Cross France. Reprenant le combat de son illustre père au bonnet rouge, l’homme à la chevelure argent s’est exprimé, via une vidéo de dix minutes, sur l’abondance de déchets plastiques et de perturbateurs endocriniens dans les mers et océans du globe. Ce preux chevalier de la protection de zones aquatiques mondiales est effaré du taux de perturbateurs endocriniens qu’il est possible de retrouver dans l’océan Arctique.

L’exemple n’est pas choisi au hasard, et ouvre la voie à son appel. « La protection des littoraux en va de notre responsabilité, nous devons agir ensemble. Et n’oubliez pas que si vous protégez les océans, vous vous protégez-vous même ». Ce sont par ces mots que se termine l’intervention de Cousteau, qui veut laisser un message d’espoir. « Nous voulons que notre message soit encore plus vu que l’an dernier, pour toucher le plus grand nombre de vacanciers possible. Nous serons aussi présents sur Internet et les réseaux sociaux » précise Carole Carpentier, déléguée générale de Vacances Propres. Cette mobilisation de grande envergure ne sera certainement pas superflue, lorsque l’on sait que l’abandon de déchets sauvages sur tous les lieux de vacances de France est en pleine recrudescence.

Lire aussi : Vacances propres: l’environnement n’est pas une poubelle

Une Méditerranée qui dégoûte…

À la table des experts, François Galgani, océanographe et chef de projet à l’Ifremer, et Christian Dubreuil, directeur général de l’Office national des forêts, tentent de définir les causes expliquant l’état déplorable des espaces maritimes et terrestres du pays. « Les forêts représentent 10% du territoire, DOM-TOM inclus. Les déchets sauvages sont là aussi en recrudescence et il est évident qu’une action pédagogique est nécessaire au sujet des déchets verts. Les Français doivent avoir conscience que jeter du gazon en pleine nature est aussi une source de pollution car le biotope n’est pas le même » déclare Christian Dubreuil. Et la détérioration des espaces verts a un coût. En moyenne, plusieurs millions d’euros sont alloués au ramassage des déchets chaque année dans les espaces, et c’est aussi par souci économique que des campagnes comme celles de Vacances Propres sont essentielles.

De son côté François Galgani alerte sur l’état catastrophique dans lequel se trouve la mer Méditerranée. « C’est incontestablement la mer la plus touchée du globe. Le fait qu’elle soit dans un bassin fermé et sujette à des courants défavorables empêche le phénomène de dispersion océanique. Il y a 250 milliards de micro-particules qui flottent en Méditerranée, sans compter le fléau que représentent les mégots de cigarette. À Nice, ces mégots représentent 40% des déchets retrouvés sur les plages, et les villes touristiques sont en général 23% plus polluées que les autres. Cela montre bien qu’il faut aussi sensibiliser les touristes du bassin méditerranéen, pour ne pas aggraver la situation » analyse François Galgani. Ces urgences expliquent pourquoi la mobilisation de Vacances Propres est forte. « Nous avons une grosse pression car les échéances sont courtes » conclut Jean-François Molle, prêt à relever ses manches pour relever les défis qui l’attendent.

Auteur : Chaymaa Deb, journaliste du webzine Natura-sciences.com


La rédaction vous conseille aussi :