A l’occasion du 16e colloque du Syndicat des Energies renouvelables, le 12 février, Ségolène Royal lancé le chantier de l’autoconsommation de l’électricité. « C’est le point de départ d’un grand chantier prioritaire pour 2015 qui se déclinera autour de plusieurs axes », a-t-elle annoncé.

autoconsommation électricitéLe grand chantier de l’autoconsommation électrique prévoit un plan d’actions complet en 5 axes. Avec d’abord, le lancement d’ « appels d’offres pour les installations en autoconsommation dans les secteurs industriels, tertiaires et agricoles, là où la consommation est bien corrélée à la production photovoltaïque », précise Ségolène Royal.

Des critères favorisant l’autoconsommation seront également ajoutés dans les appels d’offres en Outre-Mer. Pour le secteur résidentiel, un cadre réglementaire assurant la sécurité des installations en autoconsommation verra aussi le jour.

Deux autres réflexions seront approfondies : la réflexion pour que l’autoconsommation puisse se développer dans les éco-quartiers et une réflexion sur l’évolution de la tarification du réseau pour intégrer l’autoconsommation.

Lire aussiBâtiments intelligents : Du BePos à la ville à énergie positive

Qu’est-ce que l’autoconsommation ?

L’autoconsommation consiste à consommer directement tout ou partie de l’électricité que l’on produit sur son site. Cette pratique est destinée à se développer dans un contexte où les coûts de production des installations d’électricité renouvelable diminuent et où les prix de l’électricité augmentent. Compte tenu de ses caractéristiques (énergie facilement accessible), cela est particulièrement vrai pour la filière photovoltaïque, sur laquelle les travaux du groupe ont donc été déclinés.

Télécharger le rapport sur l’autoconsommation

Auteur : Matthieu Combe, fondateur du webzine Natura-sciences.com


La rédaction vous conseille aussi :