émissions co2« Le bulletin sur les gaz à effet de serre souligne que la concentration de dioxyde de carbone dans l’atmosphère, loin de diminuer, a augmenté l’an dernier à un rythme inégalé depuis près de 30 ans », explique le Secrétaire général de l’organisation météorologique mondiale (OMM), Michel Jarraud, dans un communiqué. Plus que jamais, la lutte contre le réchauffement climatique doit s’accélérer.

En 2013, d’après le bulletin annuel de l’OMM sur les gaz à effet de serre, la teneur de l’atmosphère en CO2 était de 396,0 parties par million (ppm), soit 2,9 ppm de plus qu’en 2012. Cela constitue la plus forte augmentation interannuelle de la période 1984-2013. Des données préliminaires laissent supposer que cela pourrait être dû à la réduction des quantités de CO2 absorbées par la biosphère terrestre alors que les émissions de ce gaz continuent de croître.

En 2013, la concentration de CO2 dans l’atmosphère représentait 142% de ce qu’elle était à l’époque préindustrielle (1750), et celles du méthane et du protoxyde d’azote respectivement 253% et 121%.Si le rythme d’accroissement actuel se maintient, la teneur annuelle moyenne de l’atmosphère en CO2 à l’échelle du globe devrait dépasser le seuil symbolique de 400 parties par million en 2015 ou 2016.

Les océans menacés par le CO2

L’océan absorbe aujourd’hui environ le quart des émissions totales de CO2 et la biosphère un autre quart, limitant ainsi l’accroissement du CO2 atmosphérique. Mais l’absorption du surplus de CO2 par les océans est lourde de conséquences : le rythme actuel d’acidification des océans semblerait sans précédent depuis au moins 300 millions d’années. « Il est grand temps que l’océan, qui est le facteur déterminant du climat de la planète, soit dorénavant au centre du débat sur le changement climatique », fait valoir Wendy Watson-Wright, Secrétaire exécutive de la Commission océanographique intergouvernementale de l’UNESCO. L’absorption de quantités accrues de ce gaz par les mers du globe modifie le cycle des carbonates marins et entraîne une acidification de l’eau de mer. Celle-ci est déjà mesurable vu que les océans absorbent environ 4kg de CO2 par jour et par personne.

Auteur : Raphaël Petit, journaliste du webzine Natura-sciences.com


La rédaction vous conseille aussi :