Ce mardi 3 mars, c’est la deuxième Journée mondiale de la vie sauvage, instituée par le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE). Le Fonds international pour la protection des animaux (IFAW) rappelle l’ampleur du trafic que subissent les espèces sauvages.

journee mondiale vie sauvage

Affiches d’IFAW réalisées à l’occasion de la journée mondiale de la vie sauvage

La biodiversité va mal. Quasiment toutes les espèces sauvages sont exploitées pour des raisons mercantiles. Le trafic mondial d’animaux sauvages se chiffre à près de 15 milliards d’euros par an. Dans certains cas, les sommes tirées de la vente de produits dérivés de la faune sauvage contribuent à financer des conflits armés et d’autres formes de commerce illégal.

En France, dans une quarantaine de villes, IFAW déploie pendant une semaine la campagne « Ne les laissons pas disparaître » dont les visuels seront affichés gracieusement dans les centres commerciaux.

Lire aussi : Le trafic d’animaux alimente la corruption et le terrorisme

Quelques chiffres du massacre de la vie sauvage

  • Toutes les 15 minutes, un éléphant est tué pour son ivoire. En 2013, plus de 35 000 éléphants ont été tués pour leur ivoire.
  • Le braconnage des rhinocéros a augmenté de près de 10 000 % depuis 2007 en raison des vertus médicinales traditionnelles prêtées à leurs cornes.
  •  100 millions de requins sont tués chaque année pour leurs ailerons qui finissent dans les soupes servies à l’occasion de réceptions fastueuses en Asie.
  • Il ne reste plus que 4 000 tigres à l’état sauvage. Ces félins sont chassés pour leur peau qui est vendue à prix d’or afin de servird’ornement d’intérieur, et pour leurs os auxquels sont attribuées de prétendues vertus médicinales.
  • D’ici à 2050, la population d’ours polaires pourrait diminuer de deux tiers.
  • 34 000 baleines sont tuées chaque année malgré l’embargo international en vigueur sur la chasse à la baleine commerciale.

« Le commerce illégal d’animaux sauvages mène de nombreuses espèces au bord de l’extinction. Si nous n’agissons pas maintenant, il sera trop tard », déplore Kelvin Alie, Directeur du programme Commerce d’espèces sauvages d’IFAW.

Lire aussi : De plus en plus d’espèces menacées en vente sur Internet

 Pourquoi protéger les animaux en cette journée mondiale de la vie sauvage ?

Auteur : Hugo Lebout, avec IFAW


La rédaction vous conseille aussi :