loi avenir agricoleLe projet de  loi d’avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt, portée par Stéphane Le Foll, depuis plusieurs mois a été définitivement adoptée ce jeudi par l’Assemblée Nationale à une large majorité. Si l’UMP a voté contre, l’ensemble de la gauche et le centre ont voté pour d’une voie commune.

Cette loi porte s’attache à définir un modèle de production plus durable et une alimentation plus sûre et de qualité. Pour cela, elle consacre l’agroécologie, limite l’usage des pesticides en favorisant les alternatives de traitements et vise à développer la méthanisation.

Les pesticides seront bannis des écoles et autres espaces accueillant les enfants (crèches, centres de loisirs, aires de jeux, parc et jardins publics). Ces produits seront aussi bannis des espaces verts, forêts et lieux de promenades gérés par l’Etat, les collectivités locales et les établissements publics.

Cette loi d’avenir s’intéresse aussi à la forêt. Sur ce point, elle contient notamment pour la première fois des mesures pour lutter contre l’importation et la vente de bois, ou de produits en bois, provenant de coupes illégales.

Un point de la loi fait toutefois encore s’indigner les écologistes : les préfets pourront autoriser l’abattages de loups dans les zones de protection renforcée (jusqu’à 36 loups par an sur un total de 20 départements, contre 24 loups auparavant).

Il ne reste plus qu’à attendre les décrets d’application de cette loi et la mise en œuvre dans les régions et départements. En espérant, qu’ils seront bien cohérents avec le texte voté.

Aller plus loin

 Auteur : Hugo Lebout, journaliste du webzine Natura-sciences.com


La rédaction vous conseille aussi :