Emmanuel Macron a profité de la COP23 pour prendre le leadership de l’action climatique. Face au discours du Président Trump, le Président Macron veut faire de la lutte contre le réchauffement climatique une opportunité pour la France.

macron cop23 climat

Emmanuel Macron à la COP23

« Si nous continuons comme nous faisons aujourd’hui, cela veut dire que nous acceptons tacitement et politiquement ici la disparition d’un bon nombre de populations ici représentées », a lancé cet après-midi le Président Français à la tribune de la COP23. Car si l’Accord de Paris prévoit de contenir le réchauffement climatique sous la barre des 1,5°C en 2100, nous sommes actuellement sur une trajectoire au dessus de 3°C.

Le Président français rappelle que 15.000 scientifiques avaient lancé ce lundi un appel au monde pour prendre en compte l’urgence climatique. Il veut montrer qu’il a bien entendu le message et a conscience de cette urgence. Pour relancer la machine,« il nous faut maintenant des engagements clairs et fermes », défend le Président. Et Face au retrait de l’accord des Etats-Unis « nous ne lâcherons rien », promet-il. Ainsi, le financement des travaux scientifiques du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) est menacé par la décision des Etats-Unis de ne plus y participer. Emmanuel Macron souhaite que l’Europe et la France compensent cette perte de financement. « A partir de 2018, pas un centime ne manquera au GIEC pour fonctionner », assure-t-il. Une bonne nouvelle donc pour les scientifiques du climat.

Lire aussi : COP23 de Bonn, la COP de l’urgence et de l’action!

4 priorités françaises pour l’action climatique

Le Président français voit 4 priorités pour la France. La première, participer activement au financement de toutes les interconnexions sur le réseau électrique européen. Avec l’objectif de favoriser le développement des énergies renouvelables et réduire les émissions. Le Président veut aussi mettre en place un prix plancher du CO2 en Europe, à 30 euros la tonne pour changer les comportements. Les résistances seront importantes, mais « si nous ne le faisons pas, jamais l’Europe ne sera au rendez-vous », estime-t-il.

Troisièmement, Macron soutient l’idée d’une taxe aux frontières pour les produits provenant de pays qui ne s’engagent pas dans l’Accord. Et pour répondre aux critiques portant sur le CETA, il promet d’intégrer les objectifs climatiques dans les accords commerciaux. Enfin, il veut aussi avancer sur le stockage des énergies renouvelables. Aux côtés de l’Allemagne, la France favorisera les investissements et les projets scientifiques conjoints sur la question.

En plus, Emmanuel Macron a tenu à justifier sa décision de reporter la baisse de la part du nucléaire dans le mix électrique français. A cette tribune climatique, il réitère les justifications apportées par Nicolas Hulot la semaine dernière. Ce report serait nécessaire pour ne pas augmenter les émissions de gaz à effet de serre française. Une décision vivement critiquée ces derniers jours.

Rendez-vous à Paris le 12 décembre pour le One Planet Summit

Le One Planet Summit sera organisé à Paris le 12 décembre. Ce sommet sera l’occasion de mettre en évidence les premiers résultats concrets du combat climatique. Mais surtout de mobiliser les financements publics et privés et mettre sur la table le plan de bataille à venir. Emmanuel Macron souhaite aussi qu’il soit l’occasion de montrer que les engagements des villes, des Etats et des entreprises américaines sauront compenser le retrait du gouvernement fédéral. Il faut passer à l’action sans attendre. « Nous n’avons qu’un horizon, c’est maintenant », a conclu le Président.

Auteur : Matthieu Combe, fondateur du webzine Natura-sciences.com


La rédaction vous conseille aussi :