bushmenL’ONG Survival International vient de révéler l’information : la société Gem Diamonds a ouvert, le 5 septembre, une mine de diamants estimée à 4,9 milliards de dollars dans la réserve du Kalahari central, le territoire ancestral des derniers chasseurs bushmen. L’ouverture de cette mine dévoile au grand jour la réelle motivation de l’expulsion des bushmen de leur réserve.

« Les Bushmen ont été sommés de quitter la réserve peu de temps après qu’on y ait découvert des gisements de diamants dans les années 1980, mais le gouvernement botswanais a constamment nié que les expulsions forcées et illégales des Bushmen du Kalahari – de 1997, 2002 et 2005 – étaient dues à la présence de riches gisements de diamants. Il a justifié l’expulsion des Bushmen au nom de la ‘conservation », précise l’ONG dans un communiqué.

Le gouvernement justifiait son action en clamant que la présence des Bushmen dans la réserve était incompatible avec la préservation de la faune. Il continue d’exercer une forte pression sur les Bushmen afin de les expulser de la réserve en les accusant de braconnage. Les Bushmen sont arrêtés, battus, torturés et tués, alors que le gouvernement encourage la chasse aux trophées. Les autorités ont également refusé de réouvrir le puits des Bushmen, restreint leur libre circulation à l’intérieur et hors de la réserve et empêché leur avocat d’entrer dans le pays.

Survival International dévoile la chronologie des événements qui ont conduit à l’ouverture de la mine de diamants

Auteur : Hugo Lebout, journaliste du webzine Natura-sciences.com

La rédaction vous conseille aussi :