De plus en plus d’acteurs, associations ou entreprises, lancent des mobilisations anti-Black Friday. Cette pratique est dénoncée au vue des défis climatiques et environnementaux. Pour eux, la surconsommation ne devrait plus avoir sa place dans la société.

anti black friday

ENVIE lance le Green Friday contre le Black Friday

La situation est catastrophique. La trajectoire actuelle mène la planète vers un réchauffement de 3°C. 15.000 scientifiques ont récemment alerté le monde sur l’urgence climatique. Nous aurions trois ans pour inverser la tendance des émissions. Mais les émissions mondiales de gaz à effet de serre devraient repartir à la hausse de +2 % en 2017, après trois ans de stabilité. Et 2017 s’annonce comme l’année la plus chaude enregistrée, hors El Nino.

A côté de cela, la surconsommation ne faiblit pas. L’an passé, selon une étude Toluna Thoughts, 15 millions de Français ont participé au Black Friday, soit 3,7 millions d’acheteurs supplémentaires par rapport à 2015. Ils ont acheté pour 20,5 % des équipements high-tech. Notre empreinte écologique est beaucoup trop élevée : « un ménage Français engloutit 34 tonnes de matières premières, 1 piscine olympique d’eau, 4 terrains de football de terres, et émet à lui seul 15 tonnes de CO2 », rappelle la Camif.

Lire aussiComment diminuer la pollution et la surconsommation?

Et vous le #BlackFriday, vous l’aimez comment?

C’est pourquoi pour ce Black Friday, la Camif a décidé de fermer son site de vente plutôt que de proposer des offres alléchantes. A la place, ses employés donnent du temps à une association : Emmaüs, ENVIE, Maison du Zéro Déchet… C’est évidemment aussi un très bon coup de pub pour l’enseigne qui fera découvrir à plusieurs cette marque de meubles française. Elle lance le hashtag #OnDonneTout pour suivre les alternatives au Black Friday.

Par ailleurs, 45 enseignes du réseau Envie ont lancé le «Green Friday» pour sensibiliser à l’auto-réparation, aux achats d’occasion. Et Zero Waste France a lancé le groupe “le Black Friday, ce sera sans moi”. 3.200 personnes l’avaient rejoint. « Cette année, la mobilisation anti Black Friday s’élargit, note Flore Berlingen, directrice de Zero Waste France. C’est un signal fort, cela veut dire que l’on peut être entrepreneur ou commerçant, et construire son activité économique sur d’autres bases que celle de la surconsommation ».

Auteur : Matthieu Combe, fondateur du webzine Natura-sciences.com


La rédaction vous conseille aussi :