dictionnaire du commerce équitable

Auteurs : Vivien Blanchet et Aurélie Carimentrand. Editeur : Editions Quae. 264 pages. Date de parution : 07/05/2012. Prix indicatif : 35 €

Ce Dictionnaire du commerce équitable rend compte des travaux de recherches menés par les membres de l’association Fairness. Fondée en 2007, Fairness est une association de chercheurs travaillant sur le commerce équitable et les échanges alternatifs.

Les livres sur le commerce équitable sont le plus souvent écrits par des entreprises du secteur ou des acteurs majeurs livrant une vision interne et partisane. Ici, c’est à un véritable tour d’horizon de la littérature scientifique sur le sujet que nous invitent les différents auteurs. Il s’adresse à toute personne désireuse de comprendre le commerce équitable et l’intégralité de ses enjeux de façon objective.

Les 31 entrées proposées couvrent trois grands domaines. Le premier rassemble les contributions consacrées aux principes fondamentaux et à « l’éthique » du commerce équitable. Constant une « dégradation des termes de l’échange », il vise à rétablir un « prix juste » et une plus grande « équité » dans les échanges. Certains partenariats » étendent désormais ces principes à un « commerce équitable local ». Le deuxième groupe d’entrées présente les différents acteurs du commerce équitable. Les acteurs sont étudiés selon deux dimensions complémentaires. D’abord, un axe vertical déploie les acteurs le long d’une « filière ». En amont, les « producteurs » sont les principaux bénéficiaires du commerce équitable. En aval, ils sont accompagnés par les « consommateurs » et les « organisations de commerce équitable ». De plus en plus, « l’Etat » intervient pour soutenir la demande et réguler le commerce équitable. La « certification » participe, quant à elle, à la régulation privée des échanges internationaux. Ensuite, un axe horizontal identifie des pratiques variées et conflictuelles au sein des catégories d’acteurs. Enfin, le troisième assortiment d’entrées étudie le développement du commerce équitable. Un regard sur son « histoire » permet de pointer son ambivalence à l’égard de la « colonisation ». Cet assortiment d’entrées rend aussi compte de l’expansion du commerce équitable à de nouveaux « produits ». Certains produits cumulent les exigences de l’agriculture biologique et du commerce équitable : ils sont « bio-équitables ». D’autres investissent de nouveaux secteurs : la mode devient « mode éthique » ; le tourisme « tourisme équitable »…

> Commander ce livre sur Amazon <


La rédaction vous conseille aussi :