Solutions locales pour un désordre global. Réalisé par : Coline Serreau en 2009. 1h53. Note : 4/4

Solutions locales pour un désordre global. Réalisé par : Coline Serreau en 2009. 1h53. Note : 4/4

Solutions locales pour un désordre global analyse la naissance de l’agriculture industrielle. On y apprend que celle-ci provient des surplus d’armes, suite à la Seconde guerre mondiale. L’ammoniac restant a alors été utilisé comme engrais. Le gaz moutarde a donné naissance aux pesticides. Il s’agirait alors d’ « une agriculture d’attaque contre la terre ». Le pouvoir des paysans était, il n’y a encore que 50 ans, de connaître la qualité des diverses semences et de savoir les choisir en fonction des réalités régionales. L’industrie agroalimentaire a tout basculé en n’autorisant qu’un certain nombre de semences sur le marché. La totalité de celles-ci est, pour beaucoup d’espèces, non reproductibles. Ainsi, tous les bienfaits offerts gratuitement par la nature ont été remplacés par des semences non reproductibles, des pesticides et l’élimination de la biodiversité. La terre est à présent morte et ne peut plus produire sans ajout à outrance d’engrais chimiques. Les acteurs du milieu parlent alors de « désert virtuel », pour le moment. Mais qu’adviendra-t-il lorsqu’il n’y aura plus de pétrole pour produire les pesticides et les engrais chimiques? L’ironie du sort est qu’après avoir détruit la vie des sols, les engrais chimiques semblent nécessaires pour pouvoir continuer la production. Mais des solutions naturelles existent pour redonner vie à la terre…

La sécurité alimentaire est menacée. Nous n’aurions des réserves que pour une vingtaine de jours à l’échelle mondiale si la production alimentaire chutait. Solutions locales pour un désordre global est une invitation à réparer les terres, remettre en place une agriculture saine et durable qui redonnerait du travail à des millions de personnes. Les solutions sont connues, les politiques doivent à présent agir pour garantir notre sécurité.

Les intervenants sont nombreux et sont au plein cœur du changement. Ainsi, Claude et Lydia Bourguignon, auteurs du livre La terre, les sols et les champs, insistent sur l’importance de la microflore des sols, sans laquelle les sols meurent littéralement et ne peuvent plus produire. Ils prônent alors l’abandon du labour pour le semis-direct. D’autres intervenants qu’ils proviennent de France, Inde, Brésil ou d’Ukraine présentent leurs solutions locales, pour un désordre global de l’agriculture industrielle actuelle. C’est uniquement en redéfinissant les bases de l’agriculture qu’une agriculture durable est possible. Sinon, comme l’affirme Pierre Rhabi, l’un des pionniers de l’agriculture écologique « bientôt lorsqu’on se mettra à table, plutôt que de se souhaiter bon appétit, il faudra se souhaiter bonne chance ».

> Acheter sur Amazon <

Visionner la bande-annonce de Solutions locales pour un désordre global

Auteur : Matthieu Combe, fondateur du webzine Natura-sciences.com

La rédaction vous conseille aussi :