sommes-nous tous voués à disparaître

Auteur : Eric Buffetaut Editeur : Le Cavalier Bleu éditions. 160 pages Date de parution : 07/06/2012 Prix indicatif : 18 €

À l’aube de ce que certains présentent comme la 6e extinction de masse de la biodiversité, Eric Buffetaut nous éclaire sur le cycle complexe de l’évolution des espèces, au travers d’une approche historique et scientifique, illustrée par de nombreux exemples. Il montre comment chaque espèce participe à sa façon à un certain équilibre de la nature, dont la destruction risque d’avoir des conséquences importantes, y compris pour l’espèce humaine. Des liens souvent insoupçonnés peuvent en effet exister dans la nature. Saviez-vous, par exemple, que la présence de chats est bénéfique au trèfle rouge ?

Dans Sommes-nous tous voués à disparître, Eric Buffetaut raconte comment de nombreuses espèces ont été chassées jusqu’à leur extinction. C’est le cas du pic à bec d’ivoire, un oiseau autrefois très répandu dans le Sud-Est des Etats-Unis mais dont la déforestation et la chasse menèrent à un déclin rapide des populations dès la fin du XIXe siècle. Aujourd’hui, il est considéré comme extrêmement menacé voire éteint. De même, le « tigre de Tasmani » a été clairement observé pour la dernière fois en 1936. L’incertitude pèse aussi sur le « bœuf gris du Cambodge », ce grand bovidé pouvant atteindre près de 2 mètres au garrot et peser presque une tonne. Aucune observation confirmée depuis 1983 !

Eric Buffetaut montre à travers divers exemples que des animaux présents en grand nombre peuvent complètement disparaître de façon brutale, le plus souvent à cause de la prédation humaine. Le cas le mieux documenté est celui du pigeon migrateur d’Amérique du Nord. En 1866, par exemple, dans le Sud de l’Ontario, on observa un vol qui couvrait le ciel sur une largeur de plus d’un kilomètre et demi et près de 500 km de longueur ! Pourtant, la chasse a mis fin à ses jours. Tués par milliers et expédiés par wagons, ces oiseaux fournissaient une viande bon marché dans les villes. L’espèce est aujourd’hui éteinte. Le courlis eskimo semble avoir subi le même sort. L’homme s’est ainsi nourri d’une viande gratuite provenant de la nature sans avoir à se soucier de frais liés à l’élevage. Le bison, par exemple, a été tué pour sa viande et son cuir jusqu’à ce que l’espèce se trouve très sérieusement menacée d’extinction. La population devait avoisiner 75 millions d’individus sur le continent américain avant l’arrivée des Européens. Il n’en subsistait plus qu’environ 1 000 en 1884. Grâce aux efforts de conservation, la population est remontée à environ 500 000 individus aujourd’hui.

Dans ce livre, l’auteur s’intéresse également à de nombreux aspects liés à l’évolution des espèces et raconte des anecdotes très intéressantes. Saviez-vous que certaines espèces considérées comme disparues n’ont en fait jamais existé ? C’est le cas du « géant », une sorte d’échassier de grande taille qui aurait foulé le sol de l’île Maurice selon les descriptions de certains voyageurs. En réalité, ceux-ci étaient de simples flamants roses ! Saviez-vous que les plus récents restes fossiles de mammouths ont été découverts sur l’île Wrangel dans l’Océan Arctique et datent de 2 000 ans avant J.-C ? Que les oiseaux arrivant sur une île perdent fréquemment l’aptitude au vol en cas d’absence de prédateurs ? C’est ce qui est arrivé au dodo de l’île Maurice. Puis, l’arrivée de l’Homme a fini de sceller son destin… il l’a chassé jusqu’au dernier survivant. L’appétit de l’Homme a ainsi fait disparaître de nombreuses espèces des îles et des continents… Jusqu’où ira-t-il ? La question est posée !

>Commander ce livre sur Amazon <

Auteur : Matthieu Combe, fondateur du webzine Natura-sciences.com


La rédaction vous conseille aussi :

  • René Varenge

    Lorsque l’homme aura fait disparaître la plupart des autres espèces animales il disparaîtra à son tour à cause du déséquilibre de la biodiversité planètaire dont il est responsable par son comportement .