Les compléments alimentaires connaissent un véritable succès en France. L’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) recommande d’éviter des prises prolongées, répétées ou multiples au cours de l’année sans s’entourer des conseils d’un professionnel de santé. Mais rien n’y fait: le marché des compléments alimentaires a enregistré une croissance de 5,3% en 2016 par rapport à 2015. 

compléments alimentaires marché

Les Français prennent de plus en plus de compléments alimentaires. PHOTO//pixnio.com

Les ventes de compléments alimentaires continuent de se développer. Selon une étude de marché réalisée par Natexpo, le salon international des produits biologiques, les pharmacies restent les premiers points de vente. 52% des achats en valeur y ont été faits en 2016, en hausse de 5% par rapport à 2015. Les magasins spécialisés ont le vent en poupe, avec une part de marché de 17% (+12,4%). La vente directe et à distance se place à 18%, en légère hausse (+1,7%). En queue de peloton, on trouve les grandes et moyennes surfaces avec une part de marché de 7% (+6,1%) et les parapharmacies à 6% (-2,4%).

Les compléments alimentaires se diversifient et se spécialisent. Les marques cherchent à valoriser les bienfaits des plantes, des minéraux et des produits d’origine animale. A chaque mal, son complément alimentaire pour diminuer les effets indésirables : ce produit naturel par exemple soulage les douleurs lombaires. Des compléments alimentaires améliorent le sommeil, augmentent le tonus, diminuent le stress. Ils aident à la digestion, brûlent les graisses… Des compléments à base d’extrait de pépins de pamplemousse luttent contre les bactéries, les parasites, drainent le foie, les reins ou encore détoxifient les intestins. Des gammes sont dédiées aux enfants, d’autres aux vegan.

Lire aussi : Compléments alimentaires, quels sont les risques?

Les Français et les compléments alimentaires

Selon l’étude INCA2 menée par l’Anses en 2006-2007, près d’un adulte sur cinq consomme des compléments alimentaires au moins une fois dans l’année. De même, un enfant sur dix consomme un complément alimentaire ou des vitamines et minéraux. Les femmes sont deux fois plus nombreuses que les hommes à en prendre. Cette différence n’est pas observée chez les enfants : la consommation est similaire chez les filles et les garçons.

Tous les Français ne consomment pas la même quantité de compléments alimentaires. La différence est notamment marquée suivant les régions. Chez les femmes, la consommation est plus élevée dans l’est et le sud de la France. Chez les enfants, il y a plus de consommateurs dans le sud. Néanmoins, la proportion de consommateurs est homogène à l’échelle nationale pour les hommes.

Lire aussi : Peut-on se soigner en mangeant ?

Auteur : Victor Bigot-Chercot, journaliste du webzine Natura-sciences.com

La rédaction vous conseille aussi :