Grâce à l’autodiagnostic, aux objets connectés et aux applications d’e-santé, votre diagnostic est à bout de bras, prêt en quelques minutes !

e-santé autodiagnostic médecine

L’e-santé et l’autodiagnostic viennent en complément des avis de professionnels de santé. PHOTO//Pixabay

2017 sera l’année de l’auto-diagnostic et des objets connectés. D’ores et déjà, des kits vendus en pharmacie ou envoyés par des laboratoires d’analyses médicales à domicile permettent d’améliorer la connaissance de sa santé. Au-delà des autotests, les applications de suivi avec l’aide d’objets connectés fleurissent sur smartphones. Elles permettent de suivre sa santé au quotidien : son poids, son alimentation, son sommeil, son activité sportive, sa tension, son pouls, sa température… Et même sa vision ou son audition. Néanmoins, notez bien que l’autodiagnostic et les objets connectés ne se substituent pas à l’avis d’un professionnel de la santé.

Le diagnostic s’invite à domicile

Vous avez des doutes sur une pathologie, mais ne pouvez ou ne voulez pas vous rendre dans un laboratoire médical ou chez un médecin? Avant de faire appel à un Docteur en ligne, de plus en plus de personnes font appel aux autotests.

Grosesse, allergies, carences, cholestérol, infection urinaire, ménopause, détection de cannabis, tétanos, intolérance au gluten, carence en fer, niveau de cholestérol… Voici un panorama des autotests que vous pouvez réaliser à domicile grâce à une simple goutte de sang ou d’urine. Les lecteurs masculins pourront même mesurer la concentration en spermatozoïdes dans une goutte de sperme pour vérifier leur fertilité. Le résultat, sous forme de bandes colorées, vous est délivré en quelques minutes. Les tarifs pour ces différents autotests sont généralement assez abordables, à partir de 10 euros.

Pour les personnes craignant pour la pollution de leur corps par différents toxiques, les kits de prélèvement fournis par Kudzu Science vont encore plus loin. A partir d’une mèche de cheveux, l’entreprise analyse votre exposition aux pesticides, au bisphénol A, aux PCB, aux métaux lourds, au mercure, au plomb, aux perturbateurs endocriniens… Mais elle permet aussi de faire un bilan de votre consommation d’alcool ou de tabac. Il faudra tout de même débourser entre 89 € et 249 euros pour chaque test.

Lire aussi : La télémédecine dans tous ses états!

Des applications de santé connectée

Les chercheurs commencent à s’intéresser à l’intérêt des objets connectés pour la santé. Si dans la majorité des cas, il ne s’agit pas de dispositifs médicaux, ils peuvent avoir un intérêt médical en prévention de maladies ou chez des personnes souffrant de maladies chroniques. L’objectif des chercheurs est donc de définir les populations pouvant en bénéficier réellement et dans quelles conditions d’utilisation.

Cette question était au centre du premier congrès international e-Health Research organisé par l’Inserm à Paris en octobre 2016. Dans un article de Ticsanté, Elisabete Weiderpass, présidente du comité scientifique du congrès, souligne l’intérêt de ces nouvelles applications. La population des pays développés étant vieillissante, le nombre de personnes atteintes de maladies chroniques augmente sans cesse. Compte tenu des coûts élevés de suivi de ces patients, il faut développer des méthodes alternatives de suivi. « On avance à petits pas, mais dans l’avenir les patients devront avoir plus d’autonomie pour gérer leur santé, avec l’aide non seulement de médecins mais aussi d’infirmières spécialisées, voire de systèmes informatiques », et l’e-santé deviendra centrale », juge-t-elle. De quoi imaginer rapidement le développement massif des autotests, des auto-prélèvements et des applications de suivi.

Internet et les questions de santé

Le deep learning (ou apprentissage statistique profond) ouvre une nouvelle ère pour la médecine : l’intelligence artificielle va révolutionner le diagnostic. Notamment, tout le monde connait Siri, l’intelligence artificielle disponible sur iPhone. Désormais, vous allez découvrir MedWhat, l’intelligence artificielle développée par des médecins de l’université californienne de Stanford. Disponible sur Internet, elle répond à toutes les questions portant sur la santé des utilisateurs, via un robot conversationnel. Plus besoin de rechercher un médecin ou autres spécialistes tels qu’un Neurologue en ligne !

Auteur : Matthieu Combe, fondateur du webzine Natura-sciences.com

La rédaction vous conseille aussi :