De plus en plus de personnes prennent conscience de la pollution liée au secteur du textile et aux conditions déplorables de travail que l’on rencontre trop souvent dans les ateliers. Elles invitent les marques à prendre position et à changer leurs pratiques. Ainsi, de plus en plus de grandes marques lancent leurs collections en coton bio pour répondre à l’attente d’une clientèle qui veut faire attention à ses achats. Mais point trop n’en faut !

labels textile coton biologique

Des labels permettent de choisir des textiles plus respectueux de l’environnement et de notre santé

La certification « biologique » ne s’intéresse qu’à l’étape de la culture du coton. Une fois le coton  biologique récolté, il rejoint souvent les mêmes centres de transformation que les autres textiles conventionnels. Il subira les mêmes traitements, subira des colorations avec des produits contenant des métaux lourds. Le coton poussera en Inde, sera traité en Tunisie et finalement rejoindra les magasins français… après plusieurs milliers de kilomètres de transport ! Bien souvent, le consommateur face à une gamme de produits « conscious » ou qui « respecte la planète » n’y voit que du feu et croit faire une « bonne action pour la planète ». Du vent ! Privilégiez plutôt les magasins spécialisés de vêtements en fibres naturelles qui interdisent les produits toxiques tout au long de la chaîne de fabrication, ont des critères sociaux et environnementaux.

En 2006, la fabrication de coton biologique représentait 23 000 tonnes sur les 25 millions de tonnes de la production totale de coton d’après les chiffres du Centre du Commerce International. Parmi ces 23 000 tonnes, 10 000 tonnes provenaient de Turquie et 6 500 tonnes d’Inde… Pour du coton biologique qui pousse près de chez vous, il va falloir vous lever tôt !

Des labels qui font la différence

Si vous souhaitez que les producteurs respectent certains critères environnementaux, sociaux et sanitaires,  sachez reconnaître quelques labels. Plusieurs dizaines de labels existent. Beaucoup ne s’intéressent qu’à des critères environnementaux, les autres privilégient les aspects sociaux. Parmi ceux-ci, on citera Max Havelaar qui garantit notamment une rémunération supérieure aux producteurs, l’écolabel européen qui garantit que les impacts environnementaux tout au long du cycle de vie sont limités, y compris pour des fibres synthétiques et Bio Partenaire qui garantit le respect conjoint de critères bio et équitables. Deux labels semblent particulièrement intéressants : le Label Global Organic Textile Standard (GOTS) et le label Oeko-Tex« Confiance textile – Testé substances nocives d’après Oek® Standard 100 ».

Le Label Global Organic Textile Standard (GOTS) est issu de l’harmonisation du cahier des charges de sept acteurs internationaux historiques reconnus dans leur pays. C’est unlabel fiable qui prend en compte des critères environnementaux, sociaux et sanitaires. Le label garantit l’origine biologique des fibres utilisées. Il assure également qu’aucun produit toxique (métal lourd, solvant halogéné ou aromatique, formaldéhyde, enzyme OGM, etc.) n’a été utilisé au cours des étapes de production et de transformation du textile. Le chlore est interdit pour blanchir, les colorants sont très réglementés. Le référentiel retient également des critères sociaux basés sur les conventions fondamentales de l’Organisation internationale du travail (OIT). En résumé, ce label garantit que le cycle de fabrication n’est pas à l’origine de rejets toxiques, que les vêtements ne contiennent pas de substances toxiques et que les travailleurs sont respectés, c’est le plus complet !

Le label « Confiance textile – Testé substances nocives d’après Oeko-Tex® Standard 100 »  garantit l’absence (ou une teneur très faible) de nombreux produits chimiques pour des textiles sans risques pour la santé humaine. Métaux lourds, formaldéhyde, pesticides, phénols chlorés, phtalates, composés d’étain organiques, colorants, HAP, composés aromatiques chlorés, retardateurs de flamme sont, entre autres, règlementés.Le label définit 4 classes de produits, les différents groupes répondant à des exigences différentes : produits pour bébés (classe 1), produits en contact direct avec la peau (classe 2), produits sans contact direct avec la peau (classe 3) et matériel pour décoration (classe 4). Sont réglementés toutes les préparations qui sont incorporées dans les fibres ou qui sont appliquées plus tard sur le textile. L’autorisation doit être renouvelée chaque année. Les valeurs limites pour chaque polluant sont données pour les 4 classes en annexe 4 du cahier des charges. Le label ne prend cependant pas en compte les aspects sociaux des conditions de production.

Où acheter ses vêtements en coton biologique ?

Métaux lourds, pesticides, perturbateurs endocriniens, et bien d’autres produits chimiques s’ajoutent tout au long de la chaîne de production. Le sablage des jeans, le tannage du cuir et les émanations toxiques contaminent les travailleurs. Choisissons en premier lieu les labels Oeko-Tex® Standard 100 , Label Global Organic Textile Standard et Naturleder !

Pour vous aider dans votre choix, les sites lafabriquehexagonale.fr et Hexaconso.fr regroupent les marques de vêtements « made in France ». Le site ecocompare.com note différents produits en prenant en compte des critères liés à leur fabrication, leur utilisation et leur fin de vie. Vous pouvez également vous tourner vers le guide d’achat et comparateur éthique eco-sapiens. De vraies mines d’informations, faites votre choix !

Auteur : Matthieu Combe, fondateur du webzine Natura-sciences.com

  • http://www.ecolo-radin.fr/ Rock

    les labels sont aujourd’hui un gage de qualité lorsqu’on choisi à acheter bio surtout dans le domaine du textile, je me fais plus avoir moi !

  • http://www.biotissus.com biotissus

    Excellent article, qui éclaire sur les labels.
    Attention cependant : seul le label GOTS garantit que le tissu est biologique (process de fabrication compris).
    Oeko-Tex est un label applicable aux textiles conventionnels ou synthétiques, Max Havelaar est un label de commerce équitable…
    Un vêtement avec un label Oeko Tex ou Max avelaar n’est donc pas un vêtement bio…

    Enfin : le coton est cultivé dans les pays chauds. Le plus proche de chez nous est la Turquie.
    Il existe un tissu bio cultivé en France : le lin bio (en vente chez http://www.biotissus.com) permet de réduire l’empreinte écologique de vos vêtements!

La rédaction vous conseille aussi :