Didier Guillaume, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, rappelle qu’il n’y a pour l’instant aucun risque de pénurie alimentaire. Il invite les Français à faire preuve de responsabilité dans l’acte d’achat.

pénurie alimentaire
Didier Guillaume, ministre de l’agriculture assure qu’il n’y a pas de risque de pénurie alimentaire. Et il invite les Français à faire leurs courses tous les « 2-3 jours ». PHOTO//CC0 Domaine public

« Il n’y a aucun risque de rupture dans la chaîne d’approvisionnement des magasins, les marchés alimentaires ou des halles », insiste le ministre Didier Guillaume. Toutefois, pour éviter les effets de foule, il appelle chaque Français à « être responsable et serein dans son acte d’achat. » Pour éviter tout risque de rupture dans la chaîne d’approvisionnement en produits alimentaires en période de confinement, cette chaîne devient une priorité du gouvernement.

Ne pas céder à la panique en magasins alimentaires

Être responsable passe par le fait de faire ses courses « tous les 2-3 jours ». Et ne pas oublier son attestation de déplacement dérogatoire. A partir de mercredi 18 mars, les personnes ne pouvant justifier leur déplacement s’exposeront à une amende de 135 euros.

Le ministre incite les Français à éviter les achats compulsifs et irraisonnés. Pour éviter des pénuries lancées par des mouvements de foule en produits de base, il convient d’éviter d’acheter des réserves de pâtes, riz, farine, eau en bouteille… Le ministre appelle à « continuer à diversifier son alimentation avec des produits frais de saison, de la viande, des œufs, des produits de la mer, des protéines végétales ». « Le bon équilibre alimentaire est également un élément favorisant une bonne santé », rappelle-t-il.

« Les rayons de certains commerces de détail peuvent être momentanément vides », reconnait Didier Guillaume. Mais cela est « uniquement du fait de comportements de certains clients ». Il poursuit : « L’ensemble des professionnels ont réaffirmé que les stocks de marchandises alimentaires et de produits de première nécessité étaient suffisants pour assurer l’approvisionnement de la population française pour plusieurs semaines ».

Vu que le covid-19 circule déjà activement sur tout le territoire, il peut également se trouver dans les magasins. Il faut donc respecter les distances de protection et les gestes barrières lors de tout acte achat. Malgré toutes les mesures sanitaires mises en place, le virus peut aussi se trouver sur des emballages. Une fois rentré chez vous, il convient de jeter les emballages qui peuvent l’être et de bien se laver les mains.

Quelques difficultés dans la chaîne logistique, mais pas de pénurie alimentaire

La FNSEA appelle à la poursuite de la production agricole. En parallèle, le ministre remercie l’engagement des forces vives de la chaîne agricole et agroalimentaire. Le président de l’association des industries agroalimentaires (Ania) met toutefois en garde contre d’éventuelles difficultés logistiques. Elles seraient de nature à perturber l’approvisionnement de la chaîne alimentaire, en pleine épidémie de coronavirus.

« J’appelle à trouver des solutions rapidement pour sécuriser le transport des marchandises, c’est-à-dire le travail en particulier des chauffeurs, métiers déjà en forte tension », prévient Richard Girardot dans un communiqué. « Car en temps de guerre, sans logistique une armée n’est rien. »

Le gouvernement rappelle pour sa part que « le secteur du transport de marchandises, toutes activités confondues, les ports et les entreprises des places portuaires, ainsi que la chaîne logistique restent en activité pour assurer la continuité de l’activité économique et des industries de notre pays » .

Auteur : Matthieu Combe, journaliste du magazine Natura Sciences


La rédaction vous conseille aussi :