Le Conseil de Paris a adopté mercredi la charte de téléphonie mobile encadrant le déploiement de la 5G dans la capitale. Il a en plus confirmé la création d’un Observatoire sur le sujet.

5G-charte-paris-observatoire_site
L’encadrement du déploiement de la 5G est un sujet qui préoccupe // PHOTO : Lisic / Shutterstock.com

Limitation de l’exposition aux ondes, information et transparence sur l’installation des antennes, suivi de l’impact environnemental : Paris est la première ville de France à se doter d’un cadre aussi protecteur”, avance la Mairie de Paris dans un communiqué. Cette charte fait suite à l’organisation d’une conférence citoyenne métropolitaine sur la 5G, qui avait formulé 21 recommandations.

Ce travail se fait dans un cadre national qui ne donne que très peu de place aux collectivités locales”, a rappelé l’adjoint au budget Paul Simondon, à l’origine de l’accord avec les opérateurs. En la matière, c’est l’État qui décide et les maires ne peuvent pas s’opposer juridiquement.

Une Charte pour encadrer le déploiement de la 5G

Les opérateurs s’engagent en particulier à optimiser le recyclage et la réutilisation des équipements de téléphonie. Ils promettent de protéger les données à caractère personnel et  mieux informer les citoyens sur les impacts de la 5G. La Ville a par ailleurs réaffirmé son opposition aux expérimentations de reconnaissance faciale dans l’espace public.

La Ville de Paris met en place l’Observatoire parisien de la téléphonie mobile pour suivre le respect de cette Charte. “Il sera composé d’élus représentant tous les groupes du Conseil de Paris, des 4 opérateurs de téléphonie mobile, d’associations de consommateurs et de locataires, d’associations de protection de l’environnement, des agences nationales et régionales concernées, de deux experts scientifiques ainsi que de deux participants à la conférence citoyenne”, partage la ville de Paris.

À lire aussi : 5G : pour maîtriser l’impact carbone, l’encadrement des usages sera capital

Un vote malgré l’opposition des Verts

La Charte a été votée avec  le soutien des élus de droite et malgré l’opposition des écologistes. Les Verts réclamaient un moratoire et avaient regretté en février l’accord trouvé entre l’exécutif et les opérateurs. Ce dernier prévoyait le déploiement de la 5G dans les prochaines semaines. Ils ont voté contre le projet de leurs alliés de la majorité. “Vous négociez dans notre dos une charte avec les opérateurs que nous avons découverte dans la presse”, a reproché l’élu EELV Emile Meunier. Une charte selon lui “régressive par rapport à la charte actuelle“.

Plusieurs villes, au départ récalcitrantes, ont fini par laisser les opérateurs allumer leurs réseaux 5G, à l’image de Strasbourg, Lyon et Bordeaux. Les opérateurs et les pouvoirs publics cherchent néanmoins à prendre en compte les réticences locales. Et ce, pour désamorcer un sujet devenu encore plus polémique depuis que la Convention citoyenne pour le climat a elle-même recommandé un moratoire cet été.

Matthieu Combe avec AFP

Natura Sciences en accès libre grâce à vous !

Natura Sciences est un média qui appartient intégralement à ses lecteurs et à ses journalistes. Nous avons fait le choix de refuser les publicités pour préserver notre indépendance. Nos articles sont en accès libre pour que tout le monde puisse s’informer sur les enjeux écologiques et climatiques, sans distinction de revenus.

Mais l’information a un coût. Nous faisons donc appel à vous pour financer nos travaux et rémunérer notre équipe. C’est ainsi que nous pourrons vous proposer rapidement encore davantage de contenus, de reportages et d’enquêtes.

Nous avons besoin de vous, merci pour votre soutien !


La rédaction vous conseille aussi :