Une directive européenne de 2014 prévoit la mise en place d’un contrôle technique obligatoire pour les deux roues à partir du 1er janvier 2022, pour lutter contre les accidents et la pollution. Mais la Fédération française des motards en colère et la Fédération française de motocyclisme s’invitent au Ministère des Transports pour que la France déroge à cette obligation communautaire. Au grand dam de l’association Ras le scoot.

Contrôle technique obligatoire pour les deux roues
Le combat persiste entre partisans et opposants au contrôle technique obligatoire pour les deux roues. // PHOTO : IvanRiver / Shutterstock

Il n’existe toujours pas de contrôle technique obligatoire pour pour les véhicules motorisés à deux et trois roues d’une cylindrée supérieure à 125 cm3. L’Europe souhaite mettre fin à cette exception, mais la France pourrait s’y déroger. Dans un communiqué, la Fédération française de motocyclisme (FFMC) rappelle que la France avait demandé une dérogation au contrôle technique dès 2014 lors de l’élaboration de la directive européenne. Les services du ministère semblent confirmer l’impossibilité d’une mise en place du contrôle technique début 2022. Toutefois, ils évoquent l’idée d’un contrôle “visuel” de sécurité assorti d’un contrôle de bruit et de pollution. Pour les deux fédérations, c’est déjà trop. “Aucune décision n’a été prise à ce stade sur la mise en place ou pas du contrôle technique des deux-roues”, a précisé jeudi le ministère des Transports.

Ras le scoot est un collectif d’associations et de citoyens visant à faire cesser les nuisances des deux-roues motorisés. Pour lui, cela est “difficilement recevable quand on pense qu’un délai de huit ans a été accordé par l’Europe”. D’autant plus que d’autres pays ont mis en place un tel contrôle. Et que le contrôle technique des véhicules légers est obligatoire en France depuis 1991, rappelle l’association dans un communiqué. Cela étant dit, la France pourrait payer des pénalités financières “pour non-respect d’une directive européenne sans motif valable”, s’indigne Ras le scoot. “L’ensemble des contribuables français devrait payer pour le loisir de quelques milliers de motards bruyants, polluants, dangereux ?”, s’interroge l’association.

Mobiliser les motards contre le contrôle technique

De son côté, la FFMC estime que “la France n’est pas prête”. Elle estime qu’un tel contrôle n’influencera pas le nombre d’accidents. Elle rappelle qu’elle a réussi à mobiliser “plusieurs dizaines de milliers de motards” dans la rue le week-end du 10 et 11 avril contre cette mesure.

Lire aussi : Le rétrofit transforme votre voiture en électrique

Selon Santé publique France, l’exposition aux particules fines est responsable de 40.000 morts par an en France. Les deux roues ont leur part de responsabilité. Concernant la pollution sonore, l’association Bruitparif, qui évalue l’environnement sonore en Ile-de-France, indique qu’un deux-roues traversant Paris la nuit peut réveiller environ 350 personnes. Un chiffre qui monte à 11.000 avec un pot d’échappement non homologué.

Matthieu Combe avec AFP

Natura Sciences en accès libre grâce à vous !

Natura Sciences est un média qui appartient intégralement à ses lecteurs et à ses journalistes. Nous avons fait le choix de refuser les publicités pour préserver notre indépendance. Nos articles sont en accès libre pour que tout le monde puisse s’informer sur les enjeux écologiques et climatiques, sans distinction de revenus.

Mais l’information a un coût. Nous faisons donc appel à vous pour financer nos travaux et rémunérer notre équipe. C’est ainsi que nous pourrons vous proposer rapidement encore davantage de contenus, de reportages et d’enquêtes.

Nous avons besoin de vous, merci pour votre soutien !


La rédaction vous conseille aussi :