Paris accueille « Hype », la première flotte de taxis électriques à hydrogène développée par la start-up STEP, Société du Taxi Electrique Parisien. Ces taxis se rechargent grâce à la première station hydrogène parisienne, installée par Air Liquide sur le parking du pont de l’Alma. Lumière sur ce nouveau service prometteur.

hype taxi hydrogène

Les taxis Hype se rechargent sur la première station hydrogène située au Pont de l’Alma. PHOTO//Matthieu Combe pour Natura-sciences.com

Hype est une flotte de taxis roulant grâce à une pile à combustible à hydrogène. En février 2016, la flotte est constituée de 5 véhicules Hyundai ix35, disposant d’une autonomie de 550 km et se rechargeant en moins de 5 minutes. L’objectif est d’atteindre 70 taxis à hydrogène fin 2016 et installer progressivement une dizaine de stations dans la capitale pour les recharger. D’ici 4 ans, la start-up STEP espère disposer d’environ 600 taxis, avec en toile de fond, l’envie de convaincre l’ensemble des taxis parisiens d’adopter cette technologie.

Hype, un taxi non surfacturé

« Hype est un vrai taxi et non élitiste ; le grand public peut le prendre dans la rue ou en station. Nous proposons un service équivalent au club affaire ou VTC, mais le service n’est pas surfacturé », assure Mathieu Gardies, président de STEP. Le dirigeant veut redonner au taxi son image de marque : les chauffeurs sont salariés en CDI et n’endossent pas le risque lié au passage à l’hydrogène. Mathieu Gardies déclare vouloir des « chauffeurs durables plutôt que des chauffeurs jetables », car ils constituent les meilleurs ambassadeurs du projet auprès du grand public et des autres chauffeurs de taxi.

« Le taxi est l’ambassadeur parfait de l’hydrogène : on ne fait pas prendre de risques à la technologie, car les clients ne voient pas les problèmes, on les règle en business to business », estime Mathieu Gardies. « C’est un message très puissant pour montrer au grand public que l’hydrogène est une solution très concrète », se réjouit-il. Par ailleurs, comme chaque véhicule roulera près de 130 000 km par an, cela fournira aux constructeurs des retours d’expérience rapides et complets.

Lire aussiPile à combustible : l’hydrogène décarbonera les transports

Air Liquide, acteur engagé pour développer l’hydrogène

Les stations gérées par Air Liquide délivrent de l’hydrogène, conformément à son initiative Blue Hydrogen. Par cette démarche, Air Liquide s’engage à produire au moins 50 % de l’hydrogène des applications énergétiques sans rejet de CO2 s’ici à 2020, en combinant le reformage de biogaz, l’électrolyse de l’eau par des énergies renouvelables et la captage/valorisation du CO2 émis lors de la production d’hydrogène à partir de gaz naturel.

Lire aussiComment produire de l’hydrogène « propre » ?

Air Liquide parie sur la généralisation de l’utilisation de l’hydrogène comme énergie propre, notamment dans les transports. À ce jour, 75 stations de recharge d’hydrogène ont déjà été conçues et installées par l’entreprise dans le monde, dont cinq en France. La première station de recharge d’hydrogène pour une collectivité locale française a été inaugurée en janvier 2015 à Saint-Lô par le Conseil Général de la Manche. Avec le projet HyWay, une première flotte captive de 50 véhicules utilitaires hybrides batteries/hydrogène s’est déployée autour de 2 stations sur Lyon et Grenoble.

Auteur : Matthieu Combe, fondateur du webzine Natura-sciences.com

LE NOUVEAU NATURA SCIENCES SUR ULULE

Alors que 53% Français estiment que les médias et les journalistes n'accordent pas assez de place à la crise écologique et climatique, le média Natura Sciences lance sa nouvelle formule pensée pour faire face aux défis climatiques et écologiques d'ici 2030. Notre mission : construire une nouvelle société, plus respectueuse des humains et du vivant dans toutes ses composantes.

Cette nouvelle formule, davantage tournée vers l'action et plus incisive, est en pré-vente exclusive sur Ulule jusqu'au 10 novembre prochain. Elle est soutenue par plusieurs personnalités dont le climatologue Jean Jouzel, la lauréate du prix Goldman pour l'environnement Lucie Pinson ou encore la réalisatrice Marie-Monique Robin. L’exigence de Natura Sciences passe encore et toujours par son indépendance et l’absence de toute publicité.

Partagez, pré-abonnez-vous, nous comptons sur votre soutien, merci !


La rédaction vous conseille aussi :