En France, près de 110.000 personnes ont marché ce week-end pour réclamer «une vraie loi climat», à la veille de l’examen à l’Assemblée du projet du gouvernement issu de la Convention citoyenne pour le climat.  Plus de 180 rassemblements étaient prévus à travers la France.

cortège parisien "pour une vraie loi climat"
À Paris comme ailleurs, les cortèges réclament “une vraie loi climat”. // PHOTO : Chaymaa Deb, Natura Sciences

Plus de 110.000 personnes ont marché partout en France pour exiger une vraie loi Climat, selon les organisateurs. Les marcheurs étaient 55 000 à Paris et 10 000 à Lyon.  “Il n’y a pas de négociations possible avec le climat, c’est une course contre la montre“, a déclaré le réalisateur et militant écolo Cyril Dion, qui fut “garant” de la Convention citoyenne pour le climat (CCC) avant de dénoncer la traduction de ses propositions par l’exécutif, qui “ne permet absolument pas à la France de tenir ses objectifs” en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre”.

À Saint-Etienne, près de 400 personnes ont marché derrière une banderole “Urgence climat, il est encore temps d’agir”. A Bordeaux, entre 1.500 (selon la police) et 3.000 personnes (d’après les organisateurs) ont défilé samedi dans le centre dans une ambiance festive pour dénoncer un “saccage” des propositions initiales. En queue de cortège, le maire EELV de Bordeaux défile discrètement avec des membres de son parti. “La montagne d’espoir suscitée par la Convention citoyenne pour le climat a accouché d’une souris législative qui ne permet pas d’être au rendez-vous des enjeux climatiques. C’est un projet de loi au rabais”, dit-il à l’AFP.

À Lille, les jeunes marchent pour le climat

Plus d’un millier de personnes, essentiellement des jeunes, ont manifesté dans le centre de Lille.  “Les calottes sont cuites !”, “quand c’est fondu, c’est foutu”, “les citoyens planchent, Macron tronçonne !”, clamaient notamment les pancartes de ces manifestants.

Le gouvernement, après s’être renié sur de nombreux sujets, a mis de côté ou considérablement amoindri les propositions de la Convention citoyenne pour le climat (CCC), que cette loi était sensée reprendre”, a déploré au micro Bernard de Veylder, représentant de la maison régionale de l’Environnement et des Solidarités. “Les députés qui débattront du projet de loi doivent à présent prendre leurs responsabilités”, et renforcer ce texte, notamment “s’agissant de la rénovation thermique, de la réglementation de la publicité, de la lutte contre l’artificialisation des sols”, a-t-il plaidé au nom des associations organisatrices. “Ecoute la jeunesse, elle lance un SOS !, criaient là encore les manifestants en tête de cortège.

Lambert Allaerd, Lillois membre de la CCC, avait pris plus tôt la parole. “Nous avons eu le temps, neuf mois de travail, et les moyens, cinq millions d’euros de budget”. Mais “aujourd’hui le projet de loi n’est pas à la hauteur”, a-t-il regretté. Il s’est toutefois félicité que la CCC ait “réussi son pari: rassembler un peuple autour de mesures fortes et ambitieuses”.

Matthieu Combe avec AFP

VOTRE SOUTIEN À NATURA SCIENCES EST CAPITAL !

Natura Sciences est un média indépendant qui permet à tout le monde de s’informer sur les enjeux écologiques et climatiques. Nous avons fait le choix de refuser les publicités pour préserver notre indépendance.

Mais l’information a un coût. Nous faisons donc appel à vous pour financer nos travaux et rémunérer notre équipe. C’est à ce prix que nous pourrons vous proposer rapidement encore davantage de contenus, de reportages et d’enquêtes.

Nous avons besoin de vous, merci pour votre soutien !


La rédaction vous conseille aussi :