Depuis trois mois et demi, l’épizootie d’influenza aviaire a contaminé près de 480 élevages de canards et autres volailles dans le sud-ouest. Mais elle semble désormais à un tournant, alors que le rythme d’apparition de nouveaux foyers a fortement diminué. Cinq nouveaux foyers sont apparus la première semaine de mars, contre 130 la première semaine de janvier. Le département des Landes, qui concentre près de 75% des foyers, n’a enregistré aucun nouveau foyer depuis un mois.

Le ministère de l’agriculture se félicite que “les mesures drastiques déployées pour limiter la propagation du virus” , via les abattages préventifs et la protection sanitaire renforcée aient “porté leurs fruits”. La vigilance reste de mise, mais l’amélioration de la situation sanitaire permet de remettre en place progressivement les volailles dans les élevages des cinq départements du Sud-Ouest sur les recommandations de l’Anses. Ces 5 départements sont les Landes, Pyrénées-Atlantiques, Gers, Hautes-Pyrénées et Lot-et-Garonne.

Lire aussi : Influenza aviaire : pour l’Anses, “une course contre se joue”

Un retour progressif des volailles dans les élevages

Les éleveurs peuvent remettre en place les poulets et autres galliformes dans les zones stabilisées sur le plan sanitaire. Toutefois, ils devront maintenir les animaux en bâtiment jusqu’à nouvel ordre. En revanche, le repeuplement des palmipèdes (canards, oies) est différé compte tenu de leur plus forte sensibilité au virus H5N8. “Il n’interviendra qu’une fois l’épizootie terminée et après une période d’assainissement de 4 semaines autour des anciens foyers des « zones de protection »”, avance le ministère.  

Le niveau de risque influenza reste élevé en France et en Europe. Une basse cour du Haut-Rhin est atteinte depuis le 15 mars. Par ailleurs, le département des Ardennes vient d’enregistrer un nouveau cas dans la faune sauvage. A l’échelle européenne, le virus continue d’être actif. 39 cas d’influenza aviaire hautement pathogène ont été répertoriés dans la faune sauvage pendant le week-end des 13-14 mars.

Source : Ministère de l’agriculture et de l’alimentation

Photo : Pukhov K / Shutterstock

Natura Sciences en accès libre grâce à vous !

Natura Sciences est un média qui appartient intégralement à ses lecteurs et à ses journalistes. Nous avons fait le choix de refuser les publicités pour préserver notre indépendance. Nos articles sont en accès libre pour que tout le monde puisse s’informer sur les enjeux écologiques et climatiques, sans distinction de revenus.

Mais l’information a un coût. Nous faisons donc appel à vous pour financer nos travaux et rémunérer notre équipe. C’est ainsi que nous pourrons vous proposer rapidement encore davantage de contenus, de reportages et d’enquêtes.

Nous avons besoin de vous, merci pour votre soutien !


La rédaction vous conseille aussi :